La capacité de la Terre n’est pas fixe pour les humains

On entend souvent un discours néo-malthusien sur des limites fixes de la Terre par rapport à la consommation des humains. Et les prévisions des activistes et des environnementalistes nous prédisent l’effondrement. Mais la capacité de la Terre n’a jamais été et ne sera jamais une valeur fixe.


On entend souvent un discours néo-malthusien sur des limites fixes de la Terre par rapport à la consommation des humains. Et les prévisions des activistes et des environnementalistes nous prédisent l'effondrement. Mais la capacité de la Terre n'a jamais été et ne sera jamais une valeur fixe.

Dans un récent papier dans la revue Nature Sustainability, une équipe de scientifiques a conclu que la Terre ne pouvait supporter, au maximum, que 7 milliards de personnes à des niveaux de subsistance de consommation (et en juin 2018, nous étions 7,6 milliards).1 Si on devait parvenir à une satisfaction de vie élevée pour tout le monde, alors on transgresserait les limites biophysiques de la Terre, menant à l’effondrement écologique.

Les limites de la Terre par rapport à notre consommation

En dépit de sa précision scientifique apparente, la revendication est assez ancienne. C’est juste une variante de l’affirmation de longue date que notre population et notre consommation pourraient bientôt dépasser la capacité de charge fixe de la Terre. Le concept, de manière révélatrice, doit son origine à la navigation du 19e siècle, se référant aux capacités de charge utiles des navires à vapeur.2 Il a sauté de l’inanimé à la terre à la fin du 19e siècle, en décrivant le nombre maximum de bétail ou de gibier sauvage que les écosystèmes des prairies et des pâturages pouvaient supporter.

Appliqué à l’écologie, le concept est problématique. Le fret ne se multiplie pas de sa propre volonté. La capacité d’un écosystème ne peut pas non plus être déterminée à partir des graphiques d’un ingénieur. Néanmoins, les scientifiques de l’environnement ont, pendant des décennies, appliqué le concept aux sociétés humaines avec une précision revendiquée qui dément sa nature nébuleuse.

Une vision néo-malthusienne de la fécondité et de la consommation humaine

L’écologiste William Vogt a été le premier à le faire dans les années 1940, prédisant que l’utilisation excessive des terres agricoles conduirait à l’épuisement des sols et ensuite à la catastrophe. À la fin des années 1960 et au début des années 70, Paul Ehrlich s’est concentré sur la production alimentaire et le Club de Rome sur les ressources matérielles tandis que les scientifiques et les militants environnementaux se sont davantage concentrés sur les effets de la pollution et la destruction de l’habitat sur les systèmes terrestres dont dépend le bien-être humain.

Mais tous ont la même vision néo-malthusienne de la fécondité et de la consommation humaines. À partir des arguments du révérend Thomas Robert Malthus du 18e siècle, les prophètes de la destruction de l’environnement ont imaginé qu’en réponse à l’abondance, les humains répondraient avec plus d’enfants et plus de consommation. Comme les protozoaires ou les mouches des fruits, nous continuerons à nous reproduire et à continuer de consommer jusqu’à épuisement des ressources qui permettent une croissance continue.

Une baisse de la mortalité plutôt qu’une hausse de la fécondité

En réalité, la fécondité humaine et la consommation ne fonctionnent pas de cette manière. L’affluence et la modernisation entraînent une baisse et non une hausse des taux de fécondité. Au fur et à mesure que notre situation matérielle s’améliore, nous avons moins d’enfants.3 L’explosion de la population humaine au cours des 200 dernières années n’a pas été le résultat de l’augmentation des taux de fécondité, mais plutôt de la baisse des taux de mortalité. Avec une meilleure santé publique, la nutrition, l’infrastructure physique et la sécurité publique, nous vivons beaucoup plus longtemps.

Le taux de fécondité au niveau mondial a baissé considérablement de 1950 à 2010. Aujourd'hui, la moyenne mondiale est de 2,5 enfants par femme - OurWorldinData

Le taux de fécondité au niveau mondial a baissé considérablement de 1950 à 2010. Aujourd’hui, la moyenne mondiale est de 2,5 enfants par femme – OurWorldinData

L'espérance de vie augmente dans tous les pays depuis 1770 - Crédit : OurWorldinData

L’espérance de vie augmente dans tous les pays depuis 1770 – Crédit : OurWorldinData

Aujourd’hui, aux États-Unis, en Europe, au Japon, dans une grande partie de l’Amérique latine et même dans certaines parties de l’Inde, les taux de fécondité sont inférieurs au taux de remplacement, le nombre moyen d’enfants nés par femme étant inférieur à deux. Une grande partie du reste du monde suivra probablement au cours des prochaines décennies. En conséquence, la plupart des démographes projettent que la population humaine atteindra un pic, puis commencera un lent déclin, dans certains cas, avant la fin de ce siècle.4

La stagnation et l’inversion de la croissance

Pour cette raison, les avertissements contemporains sur un effondrement écologique imminent se concentrent principalement sur l’augmentation de la consommation et non sur la croissance démographique. Comme beaucoup le reconnaissent désormais, notre biologie sociale pourrait ne pas fonctionner comme des protozoaires, mais c’est le cas du capitalisme. Ce dernier ne peut pas survivre sans une croissance sans fin de la consommation matérielle.

Il n’y a pas de base particulièrement bien établie pour cette affirmation et beaucoup de preuves du contraire. La tendance à long terme dans les économies de marché a été une croissance plus lente et moins intensive en ressources.5 La croissance de la consommation par habitant augmente de façon spectaculaire avec la transition des économies agraires rurales vers les économies industrielles modernes. Mais ensuite, la croissance s’inverse. Aujourd’hui, l’Europe occidentale et les États-Unis luttent pour maintenir une croissance annuelle de 2 %.

La composition des économies riches évolue également. Le secteur manufacturier représentait autrefois 20 % ou plus de la production économique et de l’emploi dans la plupart des économies développées. Aujourd’hui, elle atteint 10 % dans certains cas, la plus grande partie de la production économique provenant des secteurs du savoir et des services avec des intensités matérielles et énergétiques nettement inférieures.

Une baisse constante de l’utilisation des ressources et de l’énergie

Pendant des décennies, chaque augmentation de la croissance économique dans les économies développées a entraîné une baisse de l’utilisation des ressources et de l’énergie par rapport à la dernière. C’est à cause de la saturation de la demande de biens matériels et de services. Peu d’entre nous ont besoin ou veulent consommer plus de 3 000 calories par jour ou vivre dans une maison de 1 500 mètres carrés. Beaucoup d’Américains préfèrent conduire des SUVs, mais il y a peu d’intérêt à transporter les enfants à un match de football dans un semi-camion. Notre appétit peut être prodigieux pour les biens matériels, mais il a une limite.

Les rendements agricoles sur le blé en Europe depuis 1850, une hausse spectaculaire - Crédit : OurWorlinData

Les rendements agricoles sur le blé en Europe depuis 1850, une hausse spectaculaire – Crédit : OurWorlinData

Même ainsi, cela ne signifie pas nécessairement que nous ne dépasserons pas la capacité de charge de la planète. Certains scientifiques de l’environnement affirment que nous avons déjà dépassé la capacité de charge de la Terre.6 Mais cette vue est profondément anhistorique, en supposant que la capacité de charge soit statique.7 En fait, nous avons conçu nos environnements de manière à servir de façon plus productive les besoins humains pendant des dizaines de millénaires. Nous avons défriché les forêts pour les prairies et l’agriculture. Nous avons sélectionné et élevé des plantes et des animaux plus nutritifs, fertiles et abondants. Il a fallu 6 fois plus de terres agricoles pour nourrir une seule personne il y a 9 000 ans, à l’aube de la révolution néolithique, qu’aujourd’hui, même si nous mangeons presque tous des régimes beaucoup plus riches. Le registre paléoarchéologique suggère fortement que la capacité de charge n’est pas fixe. Cette capacité était beaucoup plus grande que quand nous avons commencé notre voyage sur cette planète.

La Terre est capable de supporter des milliards de personnes pendant très longtemps

Il n’y a pas de raison particulière de penser que nous ne serons pas en mesure de continuer à augmenter la capacité de charge. L’énergie nucléaire et le solaire sont clairement capables de fournir de grandes quantités d’énergie à un grand nombre de personnes sans produire beaucoup d’émissions de carbone. Les systèmes agricoles modernes et intensifs sont également capables de répondre aux besoins alimentaires de plus de personnes. Une planète avec beaucoup plus de poulets, de maïs et de puissance nucléaire pourrait ne pas être l’idylle souhaitée par les activistes, mais elle serait clairement capable de supporter des milliards de personnes qui consommeront des choses pendant très longtemps.

Malgré une croissance formidable des rendements agricoles et des terres pour l'agriculture depuis 1800, le nombre de personnes employées dans l'agriculture descend en flèche, montrant la performance de l'industrialisation au fil du temps. Nous produisons de plus en plus avec peu de personnes - Crédit : OurWorldinData

Malgré une croissance formidable des rendements agricoles et des terres pour l’agriculture depuis 1800, le nombre de personnes employées dans l’agriculture descend en flèche, montrant la performance de l’industrialisation au fil du temps. Nous produisons de plus en plus avec peu de personnes – Crédit : OurWorldinData

Mais un tel avenir est un anathème pour de nombreux partisans des limites planétaires, suggérant un hybris d’un ordre plus élevé. Et même si c’est le cas, il doit provenir de l’optimisme, de la conviction qu’avec la sagesse et l’ingéniosité, les humains peuvent continuer à prospérer. En revanche, le fait d’exiger que les sociétés humaines soient limitées à des limites planétaires suggère quelque chose de beaucoup plus sombre. Pourtant, c’est le principal prisme des scientifiques environnementalistes et des activistes.

Nous ne sommes ni des organismes cellulaires, ni des insectes

Si nous considérons les humains de la même manière que nous considérons les organismes unicellulaires ou les insectes, alors nous les traiterons de la même manière. Malthus a été contre les Poor Laws (des lois pour aider les pauvres remontant au 15e siècle), en estimant que ces lois ont seulement incité les pauvres à se reproduire. Ehrlich a plaidé contre l’aide alimentaire pour les pays pauvres pour des raisons similaires et il a inspiré des mesures de contrôle d’une énorme cruauté sur la population. Aujourd’hui, les exigences visant à imposer des limites planétaires à l’échelle mondiale sont formulées dans une rhétorique redistributive et égalitaire, de manière à éviter toute suggestion selon laquelle cela pourrait condamner des milliards à une pauvreté agraire profonde. Mais ils disent peu de choses, sur la façon dont l’ingénierie sociale d’une telle échelle, serait imposée de manière démocratique ou équitable.

Le nombre de personnes, vivant dans une pauvreté extrême, a baissé considérablement depuis 1820. En 2015, seulement 10 % de la population mondiale vit dans une extrême pauvreté - Crédit : OurWorldinData

Le nombre de personnes, vivant dans une pauvreté extrême, a baissé considérablement depuis 1820. En 2015, seulement 10 % de la population mondiale vit dans une extrême pauvreté – Crédit : OurWorldinData

En fin de compte, il n’est pas nécessaire de préconiser l’imposition de limites pseudo-scientifiques aux sociétés humaines pour croire que beaucoup d’entre nous feraient mieux de consommer moins. Il ne faut pas non plus postuler l’effondrement des sociétés humaines pour s’inquiéter profondément que la consommation humaine croissante pourrait avoir des conséquences terribles pour le reste de la création.

Mais les menaces d’effondrement de la société, les affirmations selon lesquelles la capacité de charge est fixe et les demandes de restriction radicale de l’aspiration humaine ne sont ni scientifiques ni justes. Nous ne sommes pas des mouches à fruits, programmées pour se reproduire jusqu’à ce que notre population s’effondre. Nous ne sommes pas non plus du bétail, dont le nombre doit être géré. La compréhension de l’expérience humaine sur la planète, c’est comprendre que nous avons modifié la planète encore et encore pour servir nos besoins et nos rêves. Aujourd’hui, les aspirations de milliards de personnes dépendent qu’on continue à le faire. Et espérons qu’il en soit ainsi.

Traduction d’un article sur Aeon par Ted Nordhaus, expert de la politique environnementale et directeur exécutif du Breakthrough Institute en Californie.

Aeon counter – do not remove

Sources

1.
A good life for all within planetary boundaries. Nature Sustainability. https://www.nature.com/articles/s41893-018-0021-4. Published February 5, 2018. Accessed July 5, 2018.
2.
Sayre NF. The Genesis, History, and Limits of Carrying Capacity. A. 2008;98(1):120-134. doi:10.1080/00045600701734356
3.
Is predicting population growth over the next century within the experts’ reach? | Aeon Videos. Aeon. https://aeon.co/videos/is-predicting-population-growth-over-the-next-century-within-the-experts-reach. Published July 5, 2018. Accessed July 5, 2018.
4.
Population projections. iiasa.ac.at. http://www.iiasa.ac.at/web/home/about/news/20140922-natgeo-pop.html. Published July 5, 2018. Accessed July 5, 2018.
5.
Dematerialization. phe.rockefeller.edu. https://phe.rockefeller.edu/dematerialization/. Published July 5, 2018. Accessed July 5, 2018.
6.
Earth Overshoot Day – Global Footprint Network. Global Footprint Network. https://www.footprintnetwork.org/our-work/earth-overshoot-day/. Published July 5, 2018. Accessed July 5, 2018.
7.
Krausmann F, Gingrich S, Haberl H, et al. Long-term trajectories of the human appropriation of net primary production: Lessons from six national case studies. E. 2012;77:129-138. doi:10.1016/j.ecolecon.2012.02.019
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (5 votes, moyenne : 4,20 sur 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *