Glyphosate : Christopher Portier, mensonges, lobbying et hypocrisie (Portier Papers)

Christopher Portier, l’un des auteurs du rapport du CIRC qui a classé le glyphosate comme probablement cancérigène est embourbé dans des conflits d’intérêts considérables. Il a été payé par une firme juridique, qui attaquait Monsanto, alors qu’il préparait le rapport. Il a reçu près de 160 000 dollars pour cette activité. Il n’avait jamais révélé cette activité et son expertise sur le glyphosate est plus que douteuse. Ces révélations sont connues comme les Portiers Papers.


Christopher Portier, l'un des auteurs du rapport qui a classé le glyphosate comme probablement cancérigène est embourbé dans des conflits d'intérêts considérables. Il a été payé par une firme juridique, qui attaquait Monsanto, alors qu'il préparait le rapport. Il a reçu près de 160 000 dollars pour cette activité. Il n'avait jamais révélé cette activité et son expertise sur le glyphosate est plus que douteuse. Ces révélations sont connues comme les Portiers Papers.

, l’un des principaux conseillers du sur le glyphosate et l’un des auteurs du rapport de 2015 sur la probabilité cancérigène du , possède une définition très conceptuelle du conflit d’intérêts. Depuis plusieurs années, le CIRC défend sa mesure dans son monographe sur le glyphosate concernant l’aspect cancérigène. Mais Christopher Portier se trouve au milieu d’un énorme scandale qui a été révélé par le site Risk Monger et on a également une traduction française sur le blog de Seppi qui est disponible.1 2

Les conflits d’intérêts Christopher Portier

Il a établi le potentiel cancérigène du glyphosate alors qu’il avait un contrat de consultant pour des firmes juridiques qui allaient attaquer en prétendant que l’herbicide provoquait le cancer chez les humains. Et il avait conclu ce contrat dans les mêmes semaines avant la publication du rapport par le CIRC.

Le contrat était particulièrement juteux, car Christopher Portier a facturé sa consultation pour un tarif de 450 dollars de l’heure. Parmi ses tâches de consultant, il devait analyser les preuves scientifiques d’un document.

Et on peut dire que Christopher Portier est quelqu’un de très méticuleux puisqu’il lui a fallu 19 heures pour lire un document de 2 pages avec un tarif de 450 dollars par heure, soit 8 550 dollars.

160 000 dollars pour cancérigéner le glyphosate ?

Et il a travaillé comme consultant d’octobre 2016 jusqu’à juin 2017 pour une prestation totale de 160 000 dollars, soit environ 355 heures en comptant sur son tarif par heure. 355 heures de travail pendant 9 mois…

Christopher Portier

Christopher Portier

En soi, chacun facture ses prestations comme il veut et peut-être que les travaux de Christopher Portier méritent ce prix. Mais le gros problème est que Christopher Portier avait signé un contrat de confidentialité l’interdisant de révéler qu’il travaillait pour des firmes juridiques, qui attaquaient Monsanto, alors que dans le même temps, il était l’auteur d’un rapport qui incriminait le glyphosate, dont Monsanto est l’un des producteurs, comme cancérigène. Même le Loup de Wall Street trouverait que c’est abusé.

Avec ce financement tout à fait juteux, Risk Monger estime que Christopher Portier a voyagé aux 4 coins du monde en profitant de la moindre conférence et réunion pour diaboliser Monsanto et le glyphosate. Et à plusieurs reprises, Portier a déclaré qu’il n’avait aucun conflit et qu’il n’avait pas reçu d’argent à part ses activités à l’Environmental Defense Fund qui promeut une agriculture sans pesticides.

Dans un article pour défendre son frère, Kenneth Portier, qui était au Scientific Advisory Panel de l’EPA (pour évaluer également l’aspect cancérigène du glyphosate), Christopher Portier a déclaré texto (parce qu’on le soupçonnait déjà de conflits d’intérêts à cause de liens avec l’Environmental Defense Fund) :

Je travaille pour eux 2 jours par semaine, principalement sur la pollution de l’air, sa modélisation et le changement climatique. Ce travail n’a rien à avoir avec les pesticides. Personne ne m’a donné un seul centime pour mes travaux sur le glyphosate et je n’ai aucun conflit d’intérêts.3

Ce n’est pas un centime qu’il a reçu, mais 160 000 dollars. Mais peut-être que Christopher Portier pensait que ce n’était pas du conflit d’intérêt. Peut-être que le conflit d’intérêts s’applique uniquement à Big Ag, mais ce serait étonnant vu la carrière de Christopher Portier. Il a travaillé pour le CDC et le NIEHS (National Institute of Environmental Health Sciences) et comme il le dit lui, il travaille également sur le changement climatique. Ce sont des sujets sensibles et la question du conflit d’intérêts doit être cruciale.

Un expert qui n’est pas si expert

Mais on peut passer la facturation à des milliers de dollars et même pour le conflit d’intérêts, mais Risk Monger estime que la partie la plus grave de cette histoire est que Christopher Portier n’est pas un expert en glyphosate. Il possède un cursus en mathématique et en biostatistique. Pendant une grande partie de sa carrière, il a travaillé sur l’impact de l’environnement sur la santé. Au CDC, il a travaillé sur la santé environnementale, notamment sur les substances toxiques. Au NIEHS, il était le directeur du programme de toxicologie environnementale.4 On pourrait croire que cela inclut le glyphosate, mais la toxicologie est un domaine trop vaste pour le considérer comme un expert.

La couille dans le potage est que le CIRC l’a appelé pour un rapport sur le glyphosate alors qu’il n’est pas un expert dans le domaine. On a un serpent qui se mord la queue. Quand on demande son expertise, Portier et ses partisans nous disent qu’il est un conseiller au CIRC, mais ce dernier a engagé un expert qui n’est pas un expert. Mais ça aussi, on peut pardonner, car le contenu est indépendant de son créateur. Tout le monde peut écrire un article spécialisé du moment que le contenu est reproductible et qu’on est prêt à changer d’avis si on a tort. Quand le CIRC a publié son monographe, la majorité des agences de régulation l’ont critiqué en estimant que c’est du n’importe quoi. Si le CIRC était honnête dans sa position, il aurait dû changer d’avis. Mais à la place, Portier a défendu le rapport contre vents et marées en utilisant le syndrome de Galilée (seul contre tous).

Les Portiers Papers

Les Portiers Papers proviennent d’une retranscription de l’audience que Christopher Portier a passée chez la firme juridique Weitz & Luxenberg le 5 septembre 2017. Risk Monger a proposé plusieurs captures d’écran de cette retranscription que nous listons ci-dessous. Nous vous encourageons à lire tout le document qui montre que tout ce qu’on a dit dans cet article est sorti de la bouche de Portier.5 Dans la retranscription, le Q représente l’avocat de la défense et A est les réponses de Portier.

Christopher Portier est obligé d'admettre qu'il avait passé un contrat avec une firme juridique, qui attaquait Monsanto, alors qu'il préparait le rapport du CIRC sur le glyphosate

Christopher Portier est obligé d’admettre qu’il avait passé un contrat avec une firme juridique, qui attaquait Monsanto, alors qu’il préparait le rapport du CIRC sur le glyphosate

L'aveu de Portier sur le fait qu'il était en contact avec les responsables de la firme juridique montrant un conflit d'intérêt manifeste

L’aveu de Portier sur le fait qu’il était en contact avec les responsables de la firme juridique montrant un conflit d’intérêt manifeste

Christopher Portier admet qu'il a accepté l'exclusivité pour travailler avec la firme tout en évitant de révéler ce contrat à d'autres

Christopher Portier admet qu’il a accepté l’exclusivité pour travailler avec la firme tout en évitant de révéler ce contrat à d’autres

En travaillant avec les autorités européennes et américaines sur le glyphosate, Christopher Portier admet qu'il a été un consultant payant pour la firme juridique

En travaillant avec les autorités européennes et américaines sur le glyphosate, Christopher Portier admet qu’il a été un consultant payant pour la firme juridique

Ici, Christopher Portier avoue que pendant qu'il travaillait pour l'évaluation du glyphosate pour l'EPA, il était toujours payé par la firme juridique

Ici, Christopher Portier avoue que pendant qu’il travaillait pour l’évaluation du glyphosate pour l’EPA, il était toujours payé par la firme juridique

L'un des points forts des Portiers Papers. Christopher Portier a reçu 160 000 dollars pour son travail avec la firme juridique, qui attaquait Monsanto, tout en prétendant être "indépendant" sur son rapport sur le glyphosate

L’un des points forts des Portiers Papers. Christopher Portier a reçu 160 000 dollars pour son travail avec la firme juridique, qui attaquait Monsanto, tout en prétendant être « indépendant » sur son rapport sur le glyphosate

19 heures pour lire un mémo de 2 pages... facturé à 450 dollars par heure

19 heures pour lire un mémo de 2 pages… facturé à 450 dollars par heure

Christopher Portier a donné de nombreuses interviews dans les médias, mais à aucun moment, il n'a révélé qu'il était payé par cette firme juridique.

Christopher Portier a donné de nombreuses interviews dans les médias, mais à aucun moment, il n’a révélé qu’il était payé par cette firme juridique.

L'arroseur arrosé. Dans une présentation, Christopher Portier avait déclaré que la science sur le glyphosate était uniquement motivé par des activités économiques. Une accusation qui le concerne principalement avec ces documents

L’arroseur arrosé. Dans une présentation, Christopher Portier avait déclaré que la science sur le glyphosate était uniquement motivé par des activités économiques. Une accusation qui le concerne principalement avec ces documents

Alors que les autorités européennes s'apprêtaient à considérer que le glyphosate, Christopher Portier a déclaré "qu'il ne le laisserait jamais faire."

Alors que les autorités européennes s’apprêtaient à considérer que le glyphosate, Christopher Portier a déclaré « qu’il ne le laisserait jamais faire. »

Avant de travailler sur le rapport du CIRC, Christopher Portier avoue qu'il n'avait jamais consulté la littérature scientifique du glyphosate. Comment nomme-t-on un expert sans aucune expertise ?

Avant de travailler sur le rapport du CIRC, Christopher Portier avoue qu’il n’avait jamais consulté la littérature scientifique du glyphosate. Comment nomme-t-on un expert sans aucune expertise ?

Le CIRC instrumentalisé par les chasseurs d’ambulance ?

Le CIRC est peut-être une agence indépendante, mais depuis quelques années et avec la publication du rapport sur le glyphosate, on s’est aperçu qu’elle mélangeait souvent une certaine idéologie et la véracité scientifique. Et ce n’est pas la première fois que l’indépendance de Christopher Portier est mise en cause. En 2015, il avait utilisé le principe de précaution pour bannir les compteurs intelligents à cause des effets des radiofréquences (RF). Les fameuses ondes électromagnétiques. En sachant qu’à ce jour, il n’y a aucune étude vraiment sérieuse qui monte un effet des RF et des ondes électromagnétiques en général.6 EMFacts avait déjà estimé que Portier était en plein conflit d’intérêt, car il donnait son expertise pour bannir les compteurs intelligents pour les autorités américaines alors qu’il était membre d’une organisation qui voulait bannir ces compteurs intelligents.7 Dans notre cas, on a un conflit d’intérêt encore plus manifeste doublé d’un motif lucratif considérable.

Qu’est-ce qu’on aurait dit si les positions étaient inversés. Imaginons que Christopher Portier aurait vanté les bienfaits des OGM et qu’on découvrait qu’il était payé par Monsanto. C’est le même mécanisme, alors pourquoi pardonne-t-on dans un cas et qu’on allume le bucher dans l’autre ? Quand on regarde les classifications probablement cancérigène du CIRC, alors on se rend que les interdictions sont très lucratives. On a le glyphosate, mais ces derniers temps, la nouvelle lubie est les ondes électromagnétiques. Cela permet à des associations et des ONG de dire n’importe quoi et de faire payer les fabricants. Ainsi, on a de nombreuses entreprises qui vous vendent des coques de protection pour vos compteurs intelligents. C‘est un circuit circulaire où le CIRC fonctionne comme un argument d’autorité plutôt qu’une autorité scientifique. On pourrait arguer qu’une agriculture sans pesticides et sans OGM bénéficierait à l’agriculture « bio ». Mais quand les firmes juridiques extorquent des millions de dollars aux entreprises, est-ce que que les agriculteurs « bio » reçoivent cet argent pour développer leurs activités ? La réponse est non dans la majorité des cas. Ces firmes juridiques fonctionnent sur le principe du chasseur d’ambulance. Ils vont contacter des personnes pour devenir des plaignants en leur garantissant la gratuité de leurs prestations en échange d’une commission (jusqu’à 50 %) des dommages et intérêts. Le plaignant est gagnant dans tous les cas. Les firmes gagnent parfois et l’argent récolté leur permet d’attraper de plus gros poissons en alimentant constamment le processus.

On remarque le même processus avec les anti-vaxx. La récente (et très stupide) décision de la Cour Européenne de Justice de montrer un lien entre le vaccin contre l’hépatite B et la sclérose en plaques est un bon exemple (Même si sa décision est très nuancé). 8 Dans les semaines qui ont suivi, plusieurs associations anti-vaxx ont annoncé qu’ils allaient porter plainte contre les fabricants de vaccin en se fondant sur cette décision. Quand vous ne pouvez pas battre la véracité scientifique, alors votre seule chance est de déplacer le combat sur le terrain de l’idéologie et du juridique.

Réformer le CIRC

Une grande partie de la communauté scientifique appelle à réformer le CIRC pour qu’il remplisse correctement son rôle. En premier lieu, le recrutement des experts doit suivre un processus strict avec une exigence de transparence draconienne, comme c’est le cas dans toutes les disciplines scientifiques, afin d’éviter des magouilles comme les . Mais le plus important est que le CIRC doit changer la mesure de ses monographes. Le fait de confondre le danger et le risque n’a aucun sens et cette confusion est présente chez de nombreuses personnes. Le CIRC mesure le danger alors qu’il faut mesurer le risque. Par exemple, les rayons UV du soleil peuvent provoquer le cancer. C’est un danger. Mais c’est l’exposition prolongée à ces rayons UV qui augmentent les probabilités du cancer. C’est un risque. Une roche au repos est un danger. Mais si cette roche atteint une certaine vitesse et qu’elle se dirige malencontreusement vers votre crâne, alors cela devient un risque. Le risque peut indiquer la dose (dans le cas d’une substance) ou les conditions d’utilisation de cette substance.

Comprendre la différence entre le danger et le risque

Comprendre la différence entre le danger et le risque

Tant que le CIRC continue de s’entêter dans sa mentalité, la science sera toujours la principale victime.

Sources

1.
Greed, Lies and Glyphosate: The Portier Papers. risk-monger.com. https://risk-monger.com/2017/10/13/greed-lies-and-glyphosate-the-portier-papers/.
2.
La cupidité, les mensonges, et le glyphosate : les « Portier Papers ». seppi.over-blog.com. http://seppi.over-blog.com/2017/10/la-cupidite-les-mensonges-et-le-glyphosate-les-portier-papers.html.
3.
Oh, brother: CropLife questions makeup of glyphosate panel. agri-pulse.com. https://www.agri-pulse.com/articles/7584-oh-brother-croplife-questions-makeup-of-glyphosate-panel.
5.
La retranscription de l’audience de Christopher Portier qui montre ses conflits d’intérêts. usrtk.org. https://usrtk.org/wp-content/uploads/2017/10/Deposition-of-CHRISTOPHER-JUDE.pdf.
6.
Radiofréquences et santé – Mise à jour de l’expertise. ANSES. https://www.anses.fr/fr/system/files/AP2011sa0150Ra.pdf.
7.
20 APR 15 Does Christopher Portier have a massive conflict of interest when it comes to smart meters? emfacts.com. https://www.emfacts.com/2015/04/does-christopher-portier-have-a-massive-conflict-of-interest-when-it-comes-to-smart-meters/.
8.
Sclérose en plaques et vaccin contre l’hépatite B: aux racines d’un mal français. Slate.fr. http://www.slate.fr/story/147546/sclerose-plaques-vaccin-hepatite-b-racines-mal-francais.
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (13 votes, moyenne : 3,38 sur 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

1 réponse

  1. AlainCo dit :

    Zaruk vient de se faire virer sous la pression de Olivier De Schutter.
    Ca devient effrayant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *