Glyphosate : Le CIRC a modifié son rapport pour exclure les résultats négatifs

Reuters révèle que le CIRC a sciemment manipulé son rapport sur l’aspect cancérigène du glyphosate. Entre le rapport préliminaire et final, l’agence a effectué des changements considérables qui modifient radicalement la conclusion. Dans la version préliminaire, on avait des études du glyphosate sur les animaux qui n’indiquaient aucun lien avec le cancer tandis que le rapport final disait exactement le contraire.


Reuters révèle que le CIRC a sciemment manipulé son rapport sur l'aspect cancérigène du glyphosate. Entre le rapport préliminaire et final, l'agence a effectué des changements considérables qui modifient radicalement la conclusion. Dans la version préliminaire, on avait des études du glyphosate sur les animaux qui n'indiquaient aucun lien avec le cancer tandis que le rapport final disait exactement le contraire.

Reuters rapporte que le a changé les résultats du rapport qui montrent l’aspect cancérigène du dans sa version préliminaire et finale.1 Les changements ne sont pas seulement cosmétiques, car dans la version préliminaire, on a des résultats qui indiquent que le glyphosate n’est pas suffisamment cancérigène dans les études pour animaux. Et dans la version finale, le CIRC indique que les résultats des études d’animaux sur le glyphosate sont suffisants pour montrer un aspect cancérigène. Ce n’est plus de la pirouette à ce niveau, mais une véritable manipulation.

Une manipulation du CIRC avec des implications considérables sur la bataille sur le glyphosate

Et pour cause, la classification Groupe 2A du Glyphosate par le CIRC est justifiée uniquement sur la base des études sur les animaux. Et c’est cette même classification qui a permis à des dizaines de firmes juridiques de lancer des plaintes contre . Reuters montre des extraits du rapport en version préliminaire pour comparer les changements. On peut voir les extraits du rapport final en ligne.2

 

Une conclusion de la version préliminaire du rapport sur le glyphosate

Une conclusion de la version préliminaire du rapport sur le glyphosate

Une conclusion de la version finale du rapport sur le glyphosate

Une conclusion de la version finale du rapport sur le glyphosate

and the incidence of ‘crud tubule 23 adenoma or carcinoma (combined) was 1/49 (2%). 0/49 (0%), 1/50 (2%), 3/50 (6%). The report 24 from the PWG also indicated they firmly believe sad unanimously concur with the original 25 pathologist that the incidences of tonal tubular-cell neoplasms in this study are not compound related Thc EPA (1991d) stated they did not feel that this lesion -was compound related.

and the incidence of adenoma ui carcinoma (combined) of the renal tubule was 1/49 (2%), 0/49, 1/50 (2%), 3/50 (6%) [P = 0.034, trend test for combined]. The Working Group considered that this second evaluation indicated a significant increase in the incidence of rare tumours, with a dose-related trend, which could be attributed to glyphosate. Chandra & Frith

Traduction de la version préliminaire du rapport du CIRC

Et l’incidence de l’adénome ou du carcinome (combiné) était de 1/49 (2 %). 0/49 (0 %), 1/50 (2 %), 3/50 (6 %). Le rapport 24 du PWG (Pathology Working Group) indique aussi qu’il croit fermement, en accord avec les 25 premiers pathologistes que les incidences de néoplasmes de cellule tubulaire dans cette étude ne sont pas associées. L’EPA (1991d) a déclaré qu’il ne pensait pas que cette lésion était liée au composant (le glyphosate).

Traduction de la version finale du rapport du CIRC

Et l’incidence de l’adénome ou du carcinome (combiné) des tubules rénaux était de 1/49 (2 %), 0/49, 1/50 (2 %), 3/50 (6 %) [P = 0.034, test de tendance pour la combinaison]. Le PWG (Pathology Working Group) considère que cette seconde évaluation indique une augmentation significative de l’incidence des tumeurs rares avec une tendance liée à la dose qui peut être attribuée au glyphosate. Chandra & Frith.

Reuters affirme qu’il a trouvé 10 changements de ce type entre la version préliminaire et finale du rapport du CIRC. À chaque fois, une conclusion, n’associant pas le glyphosate avec les tumeurs, a été modifiée ou supprimée. Quand Reuters a contacté le CIRC en mode : C’est quoi ce merdier ? L’agence a répondu que la version préliminaire était confidentielle et délibérative par nature. Après les questions de Reuters, le CIRC s’est empressé de publier un communiqué indiquant aux scientifiques, qui sont dans les groupes de travail, de ne pas se sentir obligés de discuter de leurs délibérations en dehors du CIRC.

Le CIRC continue de défendre son rapport

Reuters a également contacté 16 scientifiques qui avaient participé à ce groupe et 5 n’ont pas souhaité répondre à ces changements tandis que d’autres ont répondu qu’ils ignoraient les responsables de ces modifications. Pendant une audience dans une plainte contre Monsanto, Charles Jameson, le président du sous-groupe du CIRC qui a analysé les preuves du glyphosate sur les animaux, a également indiqué qu’il ignorait les responsables des modifications. Un président d’un groupe, qui a été capital pour décider que le glyphosate était cancérigène, ignorait les personnes chargées de modifications majeures ? Soit, c’est de l’incompétence, soit de la malhonnêteté.

On peut comprendre la confidentialité sur un débat scientifique, mais l’EFSA, quand il analyse les effets du glyphosate, propose un processus totalement transparent qui permet à n’importe qui de comprendre toutes les étapes du rapport final.3 C’est la même chose pour l’EPA où on peut avoir une retranscription totale de la réunion qui a analysé les effets du glyphosate.4 5 Si toutes les agences du monde sont transparentes, alors pourquoi le CIRC n’applique-t-il pas la même transparence s’il estime que son rapport est supérieur aux autres ?

Est-ce que le glyphosate provoque le cancer ?

Est-ce que l’utilisation du glyphosate provoque le cancer ? Si on regarde le consensus scientifique par l’EFSA (Europe), l’ECHA (Europe), l’EPA (Etats-Unis), l’APVMA (Australie), l’EPA (Nouvelle-Zélande), l’ANSES (France), la PMRA (Canada), la JMPR (FAO et OMS), la BfR (Allemagne) sur la base de 3 300 études scientifiques sur 40 ans, alors le glyphosate ne provoque absolument pas le cancer. Le CIRC est la seule agence qui montre un lien probablement cancérigène, mais le CIRC est critiqué par la communauté scientifique, car l’agence évalue le danger plutôt que le risque. Le mesure du danger est totalement non pertinent, car dans ce cas, toutes les choses dans l’univers doivent être interdit.

Le CIRC est de plus en plus critiqué dans la communauté scientifique. Il y a quelques jours, on a découvert que Christopher Portier, un expert engagé par le CIRC pour évaluer le glyphosate, se trouve dans un conflit d’intérêt considérable puisqu’à la même époque, il était également consultant pour une firme juridique qui attaquait Monsanto. Mais dans cette révélation de Reuters, c’est bien plus grave, car on a eu des changements considérables qui ont totalement changé la donne et qui a ouvert à la voie à des centaines de plaintes contre Monsanto, mais également un Lobbying monstrueux au Parlement européen qui pourrait mener à l’interdiction du glyphosate en Europe.

Sources

1.
Kelland Kate . Glyphosate: WHO cancer agency edited out . Reuters. https://www.reuters.com/investigates/special-report/who-iarc-glyphosate/. Published October 19, 2017. Accessed October 21, 2017.
2.
Cancer in Experimental Animals – – NCBI Bookshelf. ncbi.nlm.nih.gov. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK436764/. Accessed October 21, 2017.
3.
Glyphosate. efsa.europa.eu. https://www.efsa.europa.eu/en/topics/topic/glyphosate. Accessed October 21, 2017.
5.
FIFRA SCIENTIFIC ADVISORY PANEL (SAP) OPEN MEETING – FEDERAL INSECTICIDE, FUNGICIDE, AND RODENTICIDE ACT . epa.gov. https://www.epa.gov/sites/production/files/2017-02/documents/glyphosate_transcript.pdf. Accessed October 21, 2017.
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, average: 4,67 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *