Le changement climatique transforme la Grande Barrière de Corail

Une nouvelle étude publiée dans Nature montre que les coraux de la grande barrière de corail du nord ont connu une mortalité catastrophique suite à la vague de chaleur marine prolongée de 2016.


Une nouvelle étude publiée dans Nature montre que les coraux de la grande barrière de corail du nord ont connu une mortalité catastrophique suite à la vague de chaleur marine prolongée de 2016.

Quand les coraux blanchissent à cause d’une vague de chaleur, alors ils peuvent survivre et retrouver lentement leur couleur lorsque la température baisse, mais ils peuvent également mourir. En moyenne sur toute la Grande Barrière de Corail, nous avons perdu 30 % des coraux au cours de la période de 9 mois de mars à novembre 2016 selon le professeur Terry Hughes, directeur du Centre d’excellence de l’ARC pour les études sur les récifs coralliens (Coral CoE).1

Une perte considérable à cause de la vague de chaleur marine de 2016

Les scientifiques ont cartographié la répartition géographique de l’exposition à la chaleur des satellites et ont mesuré la survie des coraux le long des 2 300 km de la Grande Barrière de Corail à la suite de la vague de chaleur marine extrême de 2016. La quantité de corail qu’ils ont mesurée était étroitement liée à la quantité de blanchissement et au niveau d’exposition à la chaleur, le tiers nord de la Grande Barrière étant le plus gravement touché. L’étude a révélé que 29 % des 3 863 récifs constituant le plus grand système récifal au monde ont perdu les deux tiers ou plus de leurs coraux ce qui a transformé la capacité de ces récifs à maintenir un fonctionnement écologique complet.

Ces différents couleurs d'Acropora millepora montre que chacun réagit à un blanchissement massif de corail - RC Centre of Excellence for Coral Reef Studies/ GergelyTorda

Ces différents couleurs d’Acropora millepora montre que chacun réagit à un blanchissement massif de corail – RC Centre of Excellence for Coral Reef Studies/ GergelyTorda

La mort des coraux a provoqué des changements radicaux dans le mélange d’espèces de coraux sur des centaines de récifs où des communautés de récifs matures et diverses sont transformées en systèmes plus dégradés avec seulement quelques espèces selon le co-auteur Andrew Baird de Coral CoE à l’Université James Cook.

L’apparition de coraux plus résistants

Dans le cadre d’un événement mondial de blanchissement des coraux couvrant la période 2014-2017, la a de nouveau souffert de stress thermique et de décoloration en 2017 en affectant cette fois la région centrale de la Grande Barrière selon le Dr Mark Eakin de l’Administration nationale océanique et atmosphérique des États-Unis. Nous en sommes maintenant à un point où nous avons perdu près de la moitié des coraux dans les habitats des eaux peu profondes des deux tiers nord de la Grande Barrière de Corail en raison de blanchissements consécutifs sur deux années consécutives selon le professeur Sean Connolly de Coral CoE à l’Université James Cook.

Mais cela laisse encore un milliard de coraux vivants et en moyenne, ils sont plus résistants que ceux qui sont morts. Nous devons nous concentrer d’urgence sur la protection du verre encore à moitié plein en en aidant ces survivants à se rétablir selon Hughes. Les scientifiques affirment que ces résultats renforcent la nécessité d’évaluer le risque d’un effondrement à grande échelle des écosystèmes récifaux, en particulier si l’action mondiale contre le changement climatique ne parvient pas à limiter le réchauffement de 1,5 à 2 degrés Celsius au-dessus des niveaux préindustriels.

L’étude est unique, car elle teste le cadre émergent de la Liste Rouge des Ecosystèmes de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), qui cherche à classer les écosystèmes vulnérables comme étant sûrs, menacés ou en danger. La Grande Barrière de Corail est menacée par le changement climatique, mais elle n’est pas condamnée si nous nous attaquons très rapidement aux émissions de gaz à effet de serre. Notre étude montre que les récifs coralliens changent radicalement en réponse à des vagues de chaleur sans précédent.

Les chercheurs préviennent que le fait de ne pas maîtriser les changements climatiques, en provoquant des températures mondiales supérieures à 2 Celsius, modifiera radicalement les écosystèmes récifaux tropicaux et supprimera les bénéfices qu’ils procurent à des centaines de millions de personnes, principalement dans les pays pauvres et ceux en développement rapide.

Sources

1.
Nature. Nature. 10.1038/s41586-018-0041-2″ target= »_blank » rel= »noopener noreferrer »>http://dx.doi.org/10.1038/s41586-018-0041-2. Published April 18, 2018. Accessed April 18, 2018.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *