Le riz deviendra moins nutritif avec l’augmentation du CO2

Une étude suggère que l’augmentation des niveaux de CO2 va baisser les nutriments dans le riz dans les prochaines décennies. Si c’est confirmé, alors c’est l’alimentation de 600 millions de personnes qui court un risque.



Selon une équipe de recherche internationale, qui a analysé des échantillons de riz provenant d’expériences sur le terrain lancé par un professeur de l’Université de Tokyo, l’augmentation du dioxyde de carbone dans l’atmosphère réduira la valeur nutritionnelle du riz. Plus précisément, le fer, le zinc, les protéines et les vitamines B1, B2, B5 et B9 ont été réduits dans le riz cultivé sous des concentrations plus élevées de dioxyde de carbone attendues dans la seconde moitié de ce siècle (568 à 590 parties par million).1

Une baisse des nutriments dans le riz avec l’augmentation du CO2

Le riz n’est pas seulement une source majeure de calories, mais aussi des protéines et des vitamines pour de nombreuses personnes dans les pays en développement et pour les communautés pauvres des pays développés selon le professeur Kazuhiko Kobayashi de l’Université de Tokyo.

Dans les pays où la consommation de riz est la plus élevée et où le produit intérieur brut est le plus bas, les populations risquent davantage de souffrir de malnutrition à mesure que la valeur nutritionnelle des aliments de base à bas prix comme le riz va diminuer. Toutes les variétés de riz n’ont pas répondu de la même manière de sorte que des projets de recherche pourraient examiner la possibilité de trouver des variétés de riz qui puissent rester nutritives malgré le changement de l’atmosphère.

Une expérience pour refléter l’augmentation du CO2

Le riz a été cultivé sur des sites de recherche en Chine et au Japon en utilisant une méthode en champ ouvert où les chercheurs construisent des octogones de tuyaux en plastique de 17 mètres de large qui ont été surélevé de 1 centimètre au dessus des champs de riz traditionnels. Un réseau de capteurs et de moniteurs mesure la vitesse et la direction du vent afin de déterminer la quantité de dioxyde de carbone qui sort des tuyaux pour élever la concentration locale en dioxyde de carbone jusqu’au niveau expérimental souhaité. La technique est connue sous le nom d’enrichissement en dioxyde de carbone en air libre (FACE).

L'expérience du riz avec les niveaux de CO2 - Crédit : Dr. Toshihiro HASEGAWA (National Agriculture and Food Research Organization of Japan).

L’expérience du riz avec les niveaux de CO2 – Crédit : Dr. Toshihiro HASEGAWA (National Agriculture and Food Research Organization of Japan).

J’ai commencé à utiliser cette technique pour la première fois en 1998, car nous savions que les plantes élevées dans une maison en plastique ou en verre ne poussent pas de la même manière que les plantes dans des conditions normales de plein champ. Les plantes, qui poussent dans ces conditions, seront celles que les agriculteurs vont cultiver dans leurs champs dans quelques décennies selon Kobayashi.

600 millions de personnes dépendent du riz dans le monde

La faune locale a parfois ajouté un défi supplémentaire à la recherche. Pendant notre première visite sur le terrain, nous avons appris que nous devions garder tous les tuyaux et les tubes au-dessus du sol parce que les ratons laveurs continuaient à tout ronger et compromettaient l’expérience selon Kobayashi.

Les chercheurs ont analysé un total de 18 variétés différentes de riz pour les niveaux de protéines, de fer et de zinc. 9 variétés de riz cultivées en Chine ont été utilisées pour les analyses de vitamines B1, B2, B5 et B9. D’autres noms communs pour les vitamines sont la thiamine (B1), la riboflavine (B2), l’acide pantothénique (B5) et le folate (B9).

600 millions de personnes, principalement au Bangladesh, au Cambodge, en Indonésie, en République démocratique populaire lao, au Myanmar, au Vietnam et à Madagascar, obtiennent au moins 50 % de leur énergie et de leurs protéines quotidiennes directement du riz. C’était également vrai au Japon durant les années 1960, mais les Japonais actuels n’obtiennent que 20 % de leur énergie alimentaire quotidienne à partir du riz.

Sources

1.
Carbon dioxide (CO2) levels this century will alter the protein, micronutrients, and vitamin content of rice grains with potential health consequences for the poorest rice dependent countries. Science Advances. 10.1126/sciadv.aaq1012″ target= »_blank » rel= »noopener noreferrer »>http://dx.doi.org/10.1126/sciadv.aaq1012. Published May 23, 2018. Accessed May 23, 2018.
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *