Une nouvelle étude met en lumière les raisons pour lesquelles les opioïdes peuvent causer des problèmes gastro-intestinaux


  • FrançaisFrançais



  • Les opioïdes sont l’étalon-or pour le traitement de la douleur chronique et aiguë; cependant, leur utilisation peut entraîner des effets secondaires gastro-intestinaux importants, notamment des nausées, des vomissements et de la constipation. Les raisons derrière ces effets secondaires ne sont pas bien comprises. Une nouvelle étude en Le Journal américain de pathologiepublié par Elsevier, est le premier rapport sur la façon dont les opioïdes comme la morphine provoquent une inflammation gastrique et comment cette condition peut être inversée grâce à un traitement avec des inhibiteurs de la pompe à protons comme l’oméprazole, un médicament en vente libre couramment utilisé pour réduire l’acide gastrique.

    « En raison d’un manque de meilleures alternatives, la morphine est toujours considérée comme l’un des meilleurs médicaments de gestion de la douleur malgré son association avec des comorbidités importantes », a expliqué la chercheuse principale Sabita Roy, PhD, Département de chirurgie, Miller School of Medicine, Université de Miami ; et Sylvester Comprehensive Cancer Center, Miami, Floride, États-Unis. « Plusieurs groupes de chercheurs, dont le nôtre, travaillent depuis longtemps pour comprendre le phénomène et décrypter le mécanisme sous-jacent aux effets indésirables gastro-intestinaux de la morphine. »

    Les utilisateurs d’opioïdes, par rapport aux non-utilisateurs, ont une incidence plus élevée de dysfonctionnement gastrique, des niveaux plus élevés de rétention gastrique, une moins bonne qualité de vie, une augmentation des hospitalisations et une utilisation accrue d’antinauséeux et d’analgésiques.

    Pour étudier l’effet de la morphine sur l’inflammation gastrique, les chercheurs ont traité des souris avec de la morphine ou un placebo. Ils ont découvert que les dommages gastriques médiés par la morphine sont une conséquence de l’accumulation d’acide dans l’estomac en raison de l’augmentation de la sécrétion d’acide gastrique et du retard de la vidange gastrique, augmentant ainsi le temps de rétention de l’acide dans l’estomac. Dans vivo l’imagerie a confirmé que les souris traitées à la morphine avaient retardé la vidange gastrique. Les dommages gastriques dramatiques comprenaient une perturbation importante des cellules de la muqueuse gastrique, une région glandulaire réduite et une augmentation de la mort des cellules gastriques.

    Le traitement à la naloxone, une drogue synthétique qui bloque la fonction des récepteurs des opioïdes, a réduit ces effets chez les souris traitées à la morphine, suggérant que les récepteurs opiacés classiques sont impliqués. Les récepteurs opioïdes se trouvent à des concentrations élevées dans l’antre gastrique de l’estomac, la partie inférieure (près de l’intestin grêle).

    Le Dr Roy et ses co-chercheurs ont émis l’hypothèse que la cytokine IL-6 est impliquée dans la régulation du retard induit par les opioïdes dans la vidange gastrique et les dommages gastriques. Les souris traitées à la morphine présentaient des niveaux élevés d’IL-6. Les souris dépourvues d’IL-6 ont été traitées avec de la morphine et les retards de vidange gastrique ont été réduits. Aucune inflammation gastrique n’a été détectée chez ces souris et les niveaux de pH étaient similaires à ceux du groupe placebo. Ceci démontre qu’une augmentation aiguë de l’IL-6 après un traitement à la morphine provoque un retard de la vidange gastrique, conduisant à l’accumulation d’acide et entraînant une inflammation gastrique.

    Une nouvelle découverte importante de cette étude est que la co-administration de l’oméprazole, un inhibiteur de la pompe à protons, avec de la morphine fournit une gastroprotection en bloquant la sécrétion d’acide gastrique, en réduisant directement le retard gastrique et l’inflammation et en améliorant la tolérance à la morphine.

    L’étude a également abordé une préoccupation importante quant à savoir si l’effet gastroprotecteur de l’oméprazole compromet de quelque manière que ce soit l’effet analgésique de la morphine. Les enquêteurs ont découvert que le prétraitement entraînait une amélioration significative de la tolérance aux analgésiques induite par la morphine. Dans des recherches antérieures, ils avaient découvert que la morphine pouvait activer les cytokines pro-inflammatoires qui favorisent la tolérance à la morphine. Ils émettent l’hypothèse que l’oméprazole rompt le cycle de la tolérance chronique à la morphine en réduisant le niveau de ces cytokines.

    « Nos études ont des implications cliniques claires et suggèrent que le traitement par l’oméprazole au moment de l’administration de la morphine est une approche prometteuse, sûre et peu coûteuse pour réduire la pathologie gastro-intestinale induite par la morphine, améliorer la tolérance analgésique de la morphine et prolonger son efficacité en tant qu’agent analgésique », observe le Dr Roy.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Elsevier. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.