La communication facilite la chasse des chimpanzés


  • FrançaisFrançais



  • Semblables aux humains, les chimpanzés utilisent la communication pour coordonner leur comportement coopératif, comme pendant la chasse. Lorsque les chimpanzés produisent une vocalisation spécifique, appelée « aboiement de chasse », ils recrutent plus de membres du groupe pour la chasse et capturent leurs proies plus efficacement, ont montré des chercheurs de l’Université de Zurich et de l’Université Tufts.

    Les chimpanzés ne se contentent pas de chercher des fruits, ils recherchent aussi de temps en temps des occasions d’acquérir de la viande riche en protéines. Pour attraper leur agile proie de singe dans la canopée, les chimpanzés ont intérêt à avoir des compagnons de chasse à leurs côtés. Les scientifiques ont découvert pour la première fois que la communication est essentielle pour recruter des membres du groupe pour se joindre à la chasse.

    Les aboiements de chasse rendent la poursuite plus efficace

    En étudiant plus de 300 événements de chasse enregistrés au cours des 25 dernières années au sein de la communauté de chimpanzés de Kanyawara en Ouganda, des chercheurs de l’Université de Zurich (UZH) et de l’Université Tufts de Boston ont découvert qu’en émettant des vocalisations d’écorce, les singes sauvages catalysent la chasse en groupe, rendre cette forme de comportement coopératif plus efficace. « Les chimpanzés qui produisent des écorces de chasse fournissent des informations à ceux qui se trouvent à proximité sur leur motivation à chasser, et ces informations peuvent persuader les individus réticents à se joindre, augmentant ainsi les chances globales de succès », explique Joseph Mine, doctorant au Département de sciences comparées du langage de l’UZH. , qui a dirigé l’étude.

    Chasser des singes en groupe dans une forêt tropicale humide dense où la visibilité est restreinte peut être difficile. La communication vocale permet un travail de groupe plus efficace. « Étonnamment, suite à la production d’écorces de chasse, nous avons observé plus de chasseurs se joindre, une plus grande vitesse pour commencer la chasse et un temps plus court pour effectuer la première capture », déclare le co-dernier auteur de l’étude Zarin Machanda de l’Université Tufts, qui dirige le Projet sur les chimpanzés de Kanyawara.

    Bien que les chasses soient plus efficaces après un aboiement, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour savoir pourquoi les aboiements ont cet effet. « Pour le moment, on ne sait toujours pas si ces aboiements sont donnés intentionnellement pour coordonner les actions précises du groupe, ou si ces aboiements annoncent simplement la décision d’un individu de chasser, ce qui, à son tour, augmente la probabilité que d’autres les rejoignent et avec plus de chasseurs. ils sont plus efficaces », ajoute le professeur de l’UZH Simon Townsend, qui a aidé à diriger l’étude.

    Co-évolution de la communication et de la coopération

    Les biologistes de l’évolution ont pris en compte un large éventail d’autres facteurs susceptibles d’affecter le résultat d’une chasse, notamment la présence de chasseurs qualifiés ainsi que les distractions potentielles, mais la présence d’aboiements de chasse a conservé un rôle clé. « La communication joue un rôle clé dans la coordination d’actes complexes de coopération chez les humains, et c’est la première indication que la communication vocale pourrait également faciliter la coopération de groupe chez nos plus proches parents vivants », explique Townsend.

    Il est largement admis que la communication et la coopération sont étroitement liées et co-évoluées chez les humains. Au fil du temps, à mesure que l’un devenait plus complexe, l’autre devenait de même, générant un cycle de rétroaction qui a finalement conduit au langage et aux formes de coopération particulièrement complexes dans lesquelles s’engagent les humains modernes.

    Racines évolutives d’au moins 7 millions d’années

    Cependant, on ne savait pas jusqu’où dans le passé évolutif des humains cette relation entre la coopération de groupe et la communication peut être retracée. Joseph Mine conclut : « Nos résultats indiquent que la relation entre la communication vocale et la coopération au niveau du groupe est ancienne. Ce lien semble être en place depuis au moins 7 millions d’années, depuis notre dernier ancêtre commun avec les chimpanzés. »

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Université de Zürich. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.