Attractivité des mélanges blé-haricot pour les insectes pollinisateurs —


  • FrançaisFrançais



  • Il y a souvent trop peu de plantes à fleurs dans les paysages agricoles, ce qui est une des raisons du déclin des insectes pollinisateurs. Des chercheurs de l’Université de Göttingen ont maintenant étudié comment un mélange de cultures de fèves (fèves) et de blé affecte le nombre d’insectes pollinisateurs. Ils ont constaté que les zones de cultures mixtes par rapport aux zones de cultures uniques sont visitées tout aussi souvent par les abeilles butineuses. Leurs résultats ont été publiés dans la revue Agriculture, Ecosystèmes & Environnement.

    Les chercheurs ont observé et compté les abeilles domestiques et les abeilles sauvages butineuses dans des mélanges de blé et de féverole et dans des cultures pures qui ne contenaient que des féveroles. « Nous nous attendions à ce que les cultures mixtes avec moins de fleurs soient visitées moins fréquemment par les abeilles pour le butinage que les cultures simples », explique le doctorant Felix Kirsch du groupe de recherche sur l’agrobiodiversité fonctionnelle de l’Université de Göttingen. « A notre grande surprise, ce n’était pas le cas. »

    Cela peut être dû à plusieurs raisons. « Nos cultures mixtes étaient moins denses que les cultures pures, ce qui a peut-être augmenté la visibilité des fleurs. Cela aurait pu attirer le même nombre d’abeilles vers les cultures mixtes », suggère le Dr Annika Haß, chercheuse postdoctorale dans le groupe de recherche Functional Agrobiodiversity. « En outre, la réduction de la concurrence entre les plants de féverole dans les cultures mixtes pourrait signifier qu’elles peuvent investir davantage de ressources dans la production de nectar et de pollen pour augmenter leur attrait pour les abeilles », ajoute le professeur Wolfgang Link, responsable du groupe de recherche en élevage Faba. Haricot.

    « La culture mixte de blé et de féverole présente également d’autres avantages pour la production végétale », déclare le professeur Catrin Westphal, responsable de l’agrobiodiversité fonctionnelle. Par exemple, les rendements par plant de haricot étaient plus élevés dans les cultures mixtes que dans les cultures pures. « Les cultures céréalières peuvent être écologiquement améliorées en ajoutant des légumineuses telles que les haricots ou les lentilles. Cela peut apporter une contribution précieuse à l’augmentation de l’abondance de fleurs sur les terres arables et ainsi lutter contre le déclin des pollinisateurs », conclut Haß.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *