La première thérapie optogénétique pour traiter la cécité d'une Texane

Une femme aveugle au Texas est la première personne qui recevra une thérapie qui se base sur une nouvelle technologie appelée optogénétique. Si ça fonctionne, alors cette thérapie va créer des cellules sensibles à la lumière dans ses yeux pour lui permettre de retrouver la vue.


La première thérapie optogénétique pour redonner la vue aux personnes atteint de cécité ou d'une maladie comme la rétinite pigmentaire

Cette patiente et d’autres sont candidats pour un essai clinique pour une maladie dégénérative appelée Rétinite Pigmentaire. Dans cette maladie, les cellules sensibles à la lumière de la rétine meurent progressivement. Ces cellules transmettent des signaux électriques à des nerfs qui les transportent jusqu’au cerveau. La thérapie utilise l’, une thérapie qui est une combinaison de thérapie génique et de lumière pour contrôler précisément les nerfs. La thérapie va permettre de créer certaines cellules nerveuses dans l’oeil de la femme. Ces cellules, appelées ganglions, sont sensibles à la lumière. L’oeil a reçu des injections de virus qui transportaient de l’ADN sensible à la lumière qui provient d’algues. Si le processus fonctionne, alors les cellules vont faire exactement la même chose que des cones et des bâtonnets d’une rétine en bonne santé, à savoir, déclencher un signal électrique réagissant à la lumière ce qui permet de restaurer une partie de la vue.

En février 2015, la patiente a été traitée à Dallas par des médecins menés par David Birch de la Retina Foundation. La thérapie a été développée par RetroSense Therapeutics au Michigan. Au-delà des implications pour traiter les personnes aveugles, cet essai clinique est suivi de près la communauté des neurosciences. Si ça marche, alors cela prouverait que l’optogénétique n’est pas juste un outil de laboratoire pour étudier les circuits cérébraux pour des maladies telles que le Parkison ou la Schizophrénie, mais une thérapie potentielle pour ces types de maladie.

C’est un grand test pour l’optogénétique, car l’oeil est facilement accessible selon Todd Sherer, un neuroscientifique et CEO de la Michael J. Fox Foundation pour la recherche sur le Parkinson. Jusqu’à l’année prochaine, les médecins de la Retina Foundation vont surveiller l’oeil de cette première patiente pour la sensibilité à la lumière à mesure qu’ils vont administrer 3 doses supplémentaires de la thérapie génique. L’objectif n’est pas de restaurer totalement la vision, mais une vue partielle par rapport à une complète. Selon Birch, si c’est un succès, alors elle pourrait voir des gens dans une pièce et elle pourrait traverser une route.

Et c’est particulièrement excitant parce qu’il n’y a aucun traitement pour la sauf une prothèse rétinale qui utilise une puce pour stimuler les cellules à l’arrière de l’oeil selon Jacque Duncan, professeur de la clinique ophtalmologique de l’université de Californie. Mais la vision, basée sur des ganglions sensibles à la lumière, est différente d’une rétine saine. Quand vous allez dehors, la lumière pourrait être 10 000 fois plus brillante qu’à l’intérieur. Des rétines saines s’adaptent automatiquement, mais les cellules issues de la thérapie génique ne sont pas capables de le faire. Pour cette raison, la thérapie devra s’accompagner d’une sorte de lunettes à vidéo projection qui vont ajuster cette différence de luminosité. Pendant ce temps, l’essai clinique continue de recruter d’autres patients atteints de rétinite pigmentaire pour arriver à un total de 15. La fondation recrute des personnes avec une vision très faible, mais également celles qui sont totalement aveugles.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *