Les parasites P. falciparum peuvent développer une résistance aux médicaments par des changements épigénétiques dans l’expression du gène clag3


  • FrançaisFrançais



  • On pense que la résistance aux médicaments antipaludiques résulte principalement de modifications du génome du parasite. Cependant, P. falciparum peut également développer une résistance à certains composés antipaludiques par des changements épigénétiques, selon une nouvelle étude menée par ISGlobal, une institution soutenue par « la Caixa » et l’Institut de médecine tropicale (ITM) d’Anvers. Ceci est préoccupant car la résistance acquise au niveau épigénétique peut survenir rapidement, même au cours d’une seule infection.

    P. falciparum, le parasite du paludisme le plus mortel, a développé une résistance à tous les médicaments antipaludiques, y compris les thérapies combinées à base d’artémisinine (ACT), qui sont actuellement le traitement de première ligne. La plupart des mécanismes connus par lesquels P. falciparum les parasites développent une résistance aux médicaments antipaludiques sont dus à des modifications du génome. Cependant, une équipe dirigée par Alfred Cortés (ISGlobal) et Anna Rosanas-Urgell (ITM) a exploré le rôle de l’épigénétique (c. En particulier, ils se sont intéressés à deux gènes parasitaires — clag3.1 et clag3.2 — dont l’expression est régulée par des mécanismes épigénétiques et qui déterminent l’activité d’un canal appelé Plasmodial Surface Anion Channel (PSAC), qui régule l’entrée des nutriments et d’autres molécules dans les globules rouges infectés par le parasite. Auparavant, Cortés et son équipe avaient découvert que des changements dans l’expression de clag3 entraînaient des modifications de la perméabilité de l’AFPC et de la résistance aux composés toxiques pour le parasite.

    Dans cette étude, les chercheurs ont cherché à savoir si d’autres médicaments antipaludiques ont besoin de clag3 pour atteindre leur cible intracellulaire et pourraient par conséquent être sujets à la résistance des parasites par des mécanismes épigénétiques. Ils ont découvert que certains composés tels que les sels de bis-thiazolium T3 et T16 nécessitent le produit des gènes clag3 pour pénétrer dans les érythrocytes infectés. En outre, P. falciparum les populations pourraient développer une résistance à ces composés par la sélection de parasites avec une expression réduite des deux gènes. En revanche, d’autres composés censés utiliser des voies de transport pour pénétrer dans les érythrocytes infectés, tels que la doxycycline, l’azithromycine ou la luméfantrine, n’ont pas nécessité l’expression des gènes clag3 pour leur activité antipaludique.

    « Ces résultats montrent que P. falciparum peut développer une résistance à certains composés antipaludiques par des changements épigénétiques dans l’expression des gènes clag3 », explique Sofia Mira, co-première auteure de l’étude avec Anastasia Pickford et Nuria Rovira. « Ces résultats sont pertinents pour les efforts de développement de médicaments, car la résistance par des mécanismes épigénétiques peut survenir rapidement, même au cours d’une seule infection », ajoute Cortés. « Il est également facilement réversible, conférant au parasite un niveau de plasticité extraordinaire.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Institut de Barcelone pour la Santé Globale (ISGlobal). Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.