La fréquence de nombreuses variantes liées à la maladie diminue dans les races régulièrement testées pour le marqueur


  • FrançaisFrançais



  • Treize variantes génétiques associées à la maladie chez les chats sont présentes dans plus de races généalogiques qu’on ne le pensait auparavant, selon la plus grande étude jamais réalisée sur les chats domestiques, menée par Heidi Anderson du Wisdom Panel aux États-Unis et des collègues de l’Université d’Helsinki en Finlande. Cependant, ces variantes sont en baisse de fréquence dans les races qui sont régulièrement testées pour les marqueurs génétiques. Les résultats sont publiés le 16 juin dans la revue en libre accès Génétique PLOS.

    Les chercheurs ont génotypé plus de 11 000 chats domestiques, dont 90 races et types de races avec pedigree, et 617 chats sans pedigree, pour 87 variantes génétiques associées à la maladie, au groupe sanguin ou à l’apparence physique. Ils ont constaté qu’il y avait plus de diversité génétique dans la population de chats sans pedigree que dans la population de chats avec pedigree, et trois variantes associées à la maladie ont été trouvées uniquement chez les chats sans pedigree. Ils ont également identifié 13 variantes associées à la maladie dans 47 races pour lesquelles la maladie n’avait pas été documentée auparavant. Cependant, les résultats suggèrent que la fréquence de certains marqueurs a diminué depuis qu’ils ont été identifiés pour la première fois. Par exemple, PKD1, une variante associée à la maladie polykystique des reins et signalée précédemment comme affectant 40 % des chats persans, n’a été identifiée chez aucun des 118 persans de cette étude, mais était présente chez les Maine Coons et les Scottish Straights. Les marqueurs de certaines couleurs et motifs de pelage, tels que les points de couleur chez les chats siamois, étaient également responsables du même trait dans d’autres races, et la variante de couleur la plus rare était la couleur de pelage ambre trouvée chez les chats des forêts norvégiennes, qui a également été détectée chez un non- chat de race.

    Selon les auteurs, le dépistage génétique des variantes connues de la maladie et les informations sur la diversité génétique de toutes les races peuvent éclairer les décisions des éleveurs. À leur tour, ces outils peuvent également aider à élaborer des plans d’élevage bien équilibrés qui maintiennent la diversité génétique et évitent l’élevage de chatons affectés.

    Anderson ajoute: « Cette étude démontre l’utilité clinique et l’importance du dépistage génétique complet des variantes félines dans le soutien des programmes d’élevage de chats domestiques, des soins vétérinaires et de la recherche en santé. »

    Source de l’histoire :

    Matériel fourni par PLO. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    1 Response

    1. 18 juin 2022

      […] Source link […]

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.