Le concept de singularité technologique – Le basilic de Roko

Extraits du chapitre « Le concept de singularité technologique » de mon livre « Le basilic de Roko« .


Extraits du chapitre "Le concept de singularité technologique" de mon livre "Le basilic de Roko".

Par définition, une singularité, dans la définition de changement majeur, est mondiale. Même si vous n’y avez pas accès, vous en serez affecté. Déjà qu’aujourd’hui, les relations entre les pays à cause de l’inégalité de la transformation technologique et industrielle sont très tendues à la limite d’une espèce de guerre froide sans limite. Les changements de type singulariste vont exacerber ces tensions à un niveau sans précédent.

Les nations devront disparaître dans un monde singulariste si on l’entend par une entité technologique conscience d’elle-même. Tout le monde devra se fondre dans le même moule. Toutefois, de nouvelles formes de guerre apparaîtront et on en voit déjà les embryons ces derniers temps. Quand les plus riches créent une inégalité abyssale, alors on a de plus en plus des confrontations qui peuvent devenir violentes.

L’être humain en est peut-être un parent, mais il n’est pas un chimpanzé ou un autre primate primitif qui peut mettre de côté son gène égoïste. L’être humain ne supporte pas l’inégalité aussi infime que soit-elle. Quand on demande à des personnes, indépendamment de sa classe sociale, le salaire qu’ils leur faudrait pour être heureux, 100 % répondent le double.

Cela signifie que l’ouvrier qui déteste le jour de sa paye parce qu’il sait qu’il lui en manque la moitié pour vivre décemment et le cadre qui réfléchit quelle nouvelle voiture, il va acheter ce mois ont le même degré d’insatisfaction.

Mais ce degré n’est pas national ou même régional, je dirais même qu’il est plus proche du voisinage. C’est pourquoi, il est bienséant que des riches habitent avec des riches, car la différence de richesse serait suffisamment importante pour avoir des émeutes tous les jours.

Et ces tensions sont uniquement provoquées parce que des gens possèdent plus de papiers avec des images de cadavre dessus que d’autres. L’argent papier est assez récent dans l’histoire humaine et les échanges et la perception de l’inégalité peut prendre différentes formes. Qu’est-ce qui se passera si les enfants des pauvres se rendent compte que les enfants des riches ont un QI 2 fois supérieur à cause de la thérapie génique.

De plus, malgré les inégalités de richesse entre les classes sociales, on avait un juge de paix, impitoyable et impartial, qui était le même pour tous. La mort a toujours tranché de manière claire et même si le prix du cercueil est différent, le moment où on va vous mettre dans ce cercueil n’a pas beaucoup changé depuis la révolution médicale et industrielle.

Aujourd’hui, on estime qu’un riche a une espérance de vie de 80 ans tandis qu’un pauvre mourra autour de 60 ans (Angleterre). Aux États-Unis, une grande étude en 2016 a montré que la différence de l’espérance de vie entre les pauvres et les riches était de 10 à 15 ans. Et selon les commentateurs, c’est déjà trop. Mais en soi, ce n’est pas un problème majeur puisque la différence n’est pas visible sur le plan médical.

Si on parle en généralités et avec la médecine actuelle, on peut dire qu’un homme ou femme pauvre de 60 ans aura quasiment les mêmes problèmes de santé qu’un homme ou femme riche de 80 ans. Bien sûr, il y aura des différences. Le premier pourra acheter certains médicaments et le second préférera subir la maladie plutôt que la dette pour ses proches.

Dans le cas du traitement contre le cancer, on a la chirurgie, la chimiothérapie, la radiothérapie, mais également les médicaments, durant des décennies, pour la convalescence.

Dans de nombreux pays, les dettes médicales d’un défunt doivent être remboursé par sa famille restante. Mais le pauvre de 60 ans se dira : « Mon ami d’enfance, qui est devenu riche, et qui est à 80 ans, il m’a snobé en tant que pauvre, mais nous serons égaux devant la mort ».

Le riche peut augmenter son espérance de vie de quelques années, mais il ne va pas non plus péter la forme. Les maladies de la vieillesse, les troubles cardiaques, le niveau de mauvais cholestérol, les cancers, l’Alzheimer, etc sont des affections qui sont dévastatrices pour l’organisme et l’intellect.

Mais cette égalité devant la mort va disparaître ou se réduire considérablement avec une singularité pleinement biotechnologique. Dans l’amélioration de l’intelligence, on a montré que c’était poussif. Les chercheurs sont en train de tourner en rond, autour du cerveau, pour savoir par quel bout entrer et activer les bons interrupteurs.

Mais les gènes de la vieillesse sont de plus en plus connus. Et la preuve est que des thérapies géniques sont déjà proposées aux organismes de recherche. La lutte contre la vieillesse est un domaine très actif de la recherche qui attire des dizaines milliards de dollars.

Dans un monde dominé par l’amélioration biotechnologique, il ne faut pas oublier que les modifications peuvent se faire dans les lignées germinales. La thérapie génique germinale permet aussi de transmettre les modifications aux enfants et aux futures générations. Cela peut être justifié si la personne, bénéficiant de la thérapie génique, est atteint d’une grave maladie et qu’on ne veut pas la transmettre à sa descendance.

Toutefois, si on découvre les clés génétiques de la jeunesse éternelle ou de l’immortalité, il est évident que la modification germinale sera pratiquée massivement. D’une part, parce que c’est beaucoup plus facile de faire des modifications à l’état embryonnaire et surtout, tout le monde veut vivre le plus longtemps possible (cela doit être débattu, mais en moyenne, tout le monde acceptera l’idée).

Le ralentissement génétique de la vieillesse va être visible pendant toute la durée de vie d’une personne. Et c’est crucialement important pour la perception des inégalités. Si on a une thérapie germinale qui augmente l’espérance de vie à 200 ans, alors cela signifie que la personne, qui en bénéficie, sera un adolescent quand il aura 50 ans.

Cela ouvre tout de suite de nouvelles perspectives sur le domaine de l’inégalité. Pour éviter de fâcher le pauvre, on va le faire passer, avec la médecine classique, de 60 à 80 ans. Mais il est clair qu’à 50 ans, même avec une mort à 80 ans, le pauvre se rendra compte qu’il est au bout de sa vie et qu’il doit prendre sa retraite alors que le riche, il n’a même pas encore commencé à travailler.

Cela implique aussi un cercle qui peut devenir très vicieux où le riche aura beaucoup plus de temps pour devenir riche et le pauvre, eh bien, sa vie ne va pas changer pour autant. Mais on peut imaginer des confrontations et des émeutes bien plus sanglantes. Après tout, l’immortalité est promise pour les morts naturelles. Qu’un gueux vienne vous décapiter parce qu’il ne supporte pas votre richesse financière, biologique et génétique, disons que la science s’en lave les mains.

Et on risque d’arriver dans une guerre interne ou civile sans limites. D’où l’intérêt de démocratiser ces technologies révolutionnaires au plus grand nombre. Il y aura toujours des inégalités, car la hiérarchie est une loi naturelle de tout système complexe. Toutefois, il faudra s’assurer que les inégalités restent acceptables pour les deux camps, car les bienfaits d’un monde singulariste disparaîtront dans une guerre sans fin entre les classes sociales d’un même pays.

Nous terminons cette partie, assez longue, sur les singularités technologiques. On a dû parler longuement de chaque singularité, car contrairement au Basilic de Roko dont on va enfin aborder les tenants et aboutissants, les 5 singularités ont leurs graines qui sont déjà plantés dans ce monde.

Une singularité de type Skynet est possible avec l’avènement de la puissance de calcul démesuré. La singularité ICM et IHM sont également présents et on interagit de plus en plus avec un monde de plus en plus cybernétique. La singularité internet, qui pour moi, a été la plus difficile à décrire, car ses racines plongent dans des croyances obsolètes, est également présente.

La singularité de la Gaïa numérique est terrifiante par son potentiel et sa rapidité de propagation. Elle nous a permis d’entrevoir ce qu’une élite pourrait faire avec une technologie, lui donnant un pouvoir divin. Enfin, la singularité biotechnologique permet l’avènement de l’Homo Deus. Jeunesse éternelle, immortalité, décuplement des capacités cérébrales et physique, ce n’est plus de la science-fiction, mais une réalité qui se concrétise à chaque semaine qui passe.

L’inégalité entre les individus est présente et pourra être terrible pour chaque singularité. En sachant qu’elles ne sont pas exclusives. On pourra avoir un monde subissant plusieurs singularités en même temps et le fait de simplement l’imaginer me donne un mélange de béatitude et de terreur absolu, face à nos lacunes cognitives et à une humanité qui semble de plus en plus à la dérive dans ses vieux démons.

Mais n’oublions pas l’avertissement de Vernor Vinge. Vous pourriez être l’égal d’un Dieu, mais dans un monde vraiment singulariste, vous ouvrirez la porte de votre chambre et vous serez totalement inutile et obsolète parce que la singularité qui régnera sur ce monde sera tellement différente que vous n’y aurez plus votre place.

Extraits du chapitre « Le concept de singularité technologique », tiré de mon livre « Le basilic de Roko », disponible sur Amazon.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 4,00 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *