Créer une intelligence artificielle qui agit plus humainement en « sachant qu’elle sait »


  • FrançaisFrançais



  • Un groupe de recherche de la Graduate School of Informatics de l’Université de Nagoya a fait un grand pas en avant vers la création d’un réseau de neurones avec métamémoire grâce à une expérience d’évolution informatisée.

    Ces dernières années, des progrès rapides ont été réalisés dans la conception d’une technologie d’intelligence artificielle utilisant des réseaux de neurones qui imitent les circuits cérébraux. L’un des objectifs de ce domaine de recherche est de comprendre l’évolution de la métamémoire pour l’utiliser pour créer une intelligence artificielle avec un esprit de type humain.

    La métamémoire est le processus par lequel nous nous demandons si nous nous souvenons de ce que nous avons mangé hier au dîner, puis utilisons cette mémoire pour décider de manger quelque chose de différent ce soir. Bien que cela puisse sembler une question simple, y répondre implique un processus complexe. La métamémoire est importante car elle implique qu’une personne connaisse ses propres capacités de mémoire et ajuste son comportement en conséquence.

    « Afin d’élucider la base évolutive de l’esprit et de la conscience humaine, il est important de comprendre la métamémoire », explique l’auteur principal, le professeur Takaya Arita. « Une intelligence artificielle véritablement humaine, avec laquelle on peut interagir et apprécier comme un membre de la famille dans la maison d’une personne, est une intelligence artificielle qui possède une certaine quantité de métamémoire, car elle a la capacité de se souvenir de choses qu’elle a déjà entendues ou entendues. appris. »

    Lorsqu’ils étudient la métamémoire, les chercheurs utilisent souvent une «tâche d’appariement différé à l’échantillon». Chez l’homme, cette tâche consiste pour le participant à voir un objet, tel qu’un cercle rouge, à s’en souvenir, puis à participer à un test pour sélectionner la chose qu’il avait précédemment vue parmi plusieurs objets similaires. Les bonnes réponses sont récompensées et les mauvaises réponses punies. Cependant, le sujet peut choisir de ne pas faire le test et de gagner quand même une plus petite récompense.

    Un humain effectuant cette tâche utiliserait naturellement sa métamémoire pour déterminer s’il se souvenait d’avoir vu l’objet. S’ils s’en souvenaient, ils passeraient le test pour obtenir la plus grosse récompense, et s’ils n’étaient pas sûrs, ils éviteraient de risquer la pénalité et recevraient la plus petite récompense à la place. Des études antérieures ont rapporté que les singes pouvaient également effectuer cette tâche.

    L’équipe de l’Université de Nagoya, composée du professeur Takaya Arita, Yusuke Yamato et Reiji Suzuki de la Graduate School of Informatics, a créé un modèle de réseau neuronal artificiel qui a effectué la tâche d’appariement différé à l’échantillon et analysé son comportement.

    Bien qu’il soit parti de réseaux de neurones aléatoires qui n’avaient même pas de fonction de mémoire, le modèle a pu évoluer au point de fonctionner de la même manière que les singes dans les études précédentes. Le réseau de neurones pourrait examiner ses mémoires, les conserver et séparer les sorties. L’intelligence a pu le faire sans nécessiter aucune assistance ou intervention de la part des chercheurs, suggérant la plausibilité de ses mécanismes de métamémoire. « Le besoin de métamémoire dépend de l’environnement de l’utilisateur. Par conséquent, il est important pour l’intelligence artificielle de disposer d’une métamémoire qui s’adapte à son environnement en apprenant et en évoluant », explique le professeur Arita à propos de la découverte. « Le point clé est que l’intelligence artificielle apprend et évolue pour créer une métamémoire qui s’adapte à son environnement. »

    Créer une intelligence adaptable avec métamémoire est un grand pas vers la fabrication de machines qui ont des mémoires comme la nôtre. L’équipe est enthousiasmée par l’avenir, « Cette réalisation devrait fournir des indices sur la réalisation de l’intelligence artificielle avec un » esprit de type humain « et même une conscience. »

    Les résultats de la recherche ont été publiés dans l’édition en ligne de la revue scientifique internationale Rapports scientifiques. L’étude a été en partie financée par une subvention JSPS/MEXT pour la recherche scientifique KAKENHI (JP17H06383 in #4903).

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Université de Nagoya. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.