Le fossile du « serpent à 4 pattes » n’était pas vraiment un serpent

En 2015, on avait rapporté la découverte d’un fossile appelé Tetrapodophis qu’on avait surnommé comme le serpent à 4 pattes. Ce fossile était considéré comme le lien évolutionnaire entre le serpent et le lézard. Mais des chercheurs ont analysé ce fossile et ils estiment qu’il ne possède aucune des caractéristiques du serpent.


En 2015, on avait rapporté la découverte d'un fossile appelé Tetrapodophis qu'on avait surnommé comme le serpent à 4 pattes. Ce fossile était considéré comme le lien évolutionnaire entre le serpent et le lézard. Mais des chercheurs ont analysé ce fossile et ils estiment qu'il ne possède aucune des caractéristiques du serpent.

En 2015, les médias et la communauté scientifique s’étaient excités sur la découverte d’un fossile d’un serpent à 4 pattes. Les serpents sont un groupe très varié parmi les reptiles avec plus de 3 600 espèces. L’origine des serpents qui proviendrait des lézards a toujours été un sujet controversé en et biologie. Cette controverse vient de l’absence de fossiles et de résultats contradictoires dans les mesures phylogénétique en utilisant les molécules et l’anatomie.

De nombreux chercheurs associent les serpents à des lézards tels que les varans. Certains paléontologues ont remarqué une suite de caractéristiques anatomiques qui associent les serpents à un groupe de lézards marins du Crétacé connus comme les mosasaures et ils estiment que les serpents ont évolué à l’origine dans un environnement aquatique.

Le rapport de 2015 concerne un de de 20 centimètres datant du Crétacé qu’on a découvert au Brésil. Appelé comme le (), ce fossile possède un corps long avec 160 vertèbres en face de la queue, mais il possède également 4 petites jambes. On n’a jamais observé une telle combinaison chez un lézard ou un serpent. Le Tetrapodophis montrait que l’allongement du corps a précédé la perte des jambes dans l’évolution des serpents et il a donc connu une couverture médiatique considérable puisqu’on la considéré comme une forme transitionnelle. L’expression de forme transitionnelle de même que le maillon ou le chainon manquant est à bannir, car elles ne sont pas pertinentes selon les découvertes et théories actuelles de l’évolution.

Récemment, une équipe de chercheurs menée par Michael W. Caldwell de l’université d’Alberta a de nouveau examiné le seul fossile connu du Tetrapodophis. L’équipe a découvert que ce reptile manque de nombreuses caractéristiques principales des serpents dans son crâne et sa colonne vertébrale. Ainsi, son crâne long possède de grandes orbites oculaires et ses dents ne sont pas incurvées. L’équipe a également observé que les jambes du spécimen brésilien partagent des caractéristiques avec un certain nombre de reptiles qui évoluent dans l’eau. Les chercheurs concluent que le Tetrapodophis utilisait son corps long pour la nage.

La conclusion des chercheurs est que ce spécimen défie de nombreuses idées sur l’évolution de l’allongement du corps et de la réduction des jambes chez les tétrapodes. Le fossile propose des caractéristiques anatomiques qui violent toutes les règles. Et pour compliquer les choses, le crâne n’est pas bien préservé et l’animal est vraiment minuscule. De ce fait, il est très difficile d’associer ce fossile à un groupe particulier des Squamates qui incluent notamment les lézards et les serpents. C’est un véritable casse-tête paléontologique dans de nombreux aspects.

Source : Society of Vertebrate Paleontology, Eurêka Alert

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *