Découverte de plumes d’un dinosaure conservées dans de l’ambre

Une queue avec des plumes d’un dinosaure a été parfaitement conservée dans de l’ambre. Le dinosaure est un cousin plus jeune du T.Rex.


Une queue avec des plumes d'un dinosaure a été parfaitement conservée dans de l'ambre. Le dinosaure est un cousin plus jeune du T.Rex.
Les plumes appartenait à un Coelurosaure - Crédit : CREDIT Chung-tat Cheung and Yi Liu

Les chercheurs ont découvert une queue complète de avec ses qui a été piégé dans un morceau d’ambre. La découverte publiée dans Current Biology permet de compléter les détails de la structure et de l’évolution des plumes des dinosaures qu’on ne peut pas comprendre à partir de données fossiles.1 Bien que ce ne soient pas les premières plumes qu’on trouve dans de l’ambre, les précédents spécimens étaient difficiles à associer avec le dinosaure d’origine.

La nouvelle découverte montre une queue composée de huit vertèbres d’un dinosaure jeune qui sont entourées par des plumes selon Ryan McKellar du Royal Saskatchewan Museum au Canada. Nous sommes certains de l’animal associé puisque les vertèbres n’ont pas fondu dans un pygostyle comme chez les oiseaux modernes et leurs proches parents. Au lieu, la queue est longue et flexible avec des plumes de chaque côté. En d’autres termes, les plumes sont certainement celles d’un dinosaure et non d’un oiseau préhistorique.

La partie d'une queue entourée de plumes d'un dinosaure qui a été piégé dans l'ambre - CREDIT : Royal Saskatchewan Museum (RSM/ R.C. McKellar)

La partie d’une queue entourée de plumes d’un dinosaure qui a été piégé dans l’ambre – CREDIT : Royal Saskatchewan Museum (RSM/ R.C. McKellar)

Le principal auteur de l’étude, Lida Xing de l’Université chinoise des géosciences, a découvert ce spécimen remarquable sur un marché de l’ambre à Myitkyina au Myanmar en 2015. À l’origine, le morceau d’ambre était considéré comme une sorte d’inclusion végétale et destinée à devenir une curiosité ou un morceau de bijou, mais Xing a reconnu son importance scientifique et il a suggéré que le Dexu Institute of Palaeontology achète le spécimen.

Les chercheurs estiment que le spécimen représente la queue conservée dans l’ambre concernant un théropode non aviaire (un Coelurosauria) datant du Crétacé moyen il y a environ 99 millions d’années. Xing et ses collègues ont utilisé un scanner et des observations microscopiques pour avoir plus de détails.

Les plumes suggèrent que la queue avait une surface marron tandis que la partie inférieure était blanche. Le spécimen offre également un aperçu de l’évolution des plumes. Les plumes ne possèdent pas un rachis (l’axe central des plumes d’oiseau). Leur structure suggère que les deux niveaux les plus détaillés dans les ramifications des plumes modernes, connues sous le nom de barbules, sont apparus avant la formation du rachis.

Les chercheurs ont également examiné la composition chimique de la queue à l’endroit où elle a été exposée à la surface de l’ambre. L’analyse montre que la couche de tissus mous autour des os conserve des traces de fer ferreux qui est le reste de l’hémoglobine qui a également été piégé dans l’échantillon.

Les morceaux d’ambre conservent des genres d’instantanés des anciens écosystèmes, mais ils enregistrent également des détails microscopiques, des agencements tridimensionnels et des tissus difficiles à étudier dans d’autres environnements. Cette découverte souligne l’importance de l’ambre pour comprendre l’évolution des dinosaures et l’ambre doit être protégé au même titre que les fossiles.

Sources

1.
Xing L, McKellar RC, Xu X, et al. A Feathered Dinosaur Tail with Primitive Plumage Trapped in Mid-Cretaceous Amber. Current Biology. December 2016. doi: 10.1016/j.cub.2016.10.008

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *