Luskhan itilensis, une nouvelle espèce de Pliosaure

Les chercheurs rapportent la découverte d’une nouvelle espèce de Pliosaure surnommée Luskhan itilensis qui montre des évolutions importantes parmi les plésiosaures.


Les chercheurs rapportent la découverte d'une nouvelle espèce de Pliosaure surnommée Luskhan itilensis qui montre des évolutions importantes parmi les plésiosaures.
Une illustration d'artiste du Luskhan itilensis - Crédit : Andrey Atuchin, 2017

Une nouvelle espèce de fossile de Pliosaure a été découverte en Russie et elle change profondément la façon dont nous comprenons l’évolution du groupe selon les chercheurs. Les plésiosaures représentent l’une des lignées les plus étendues et les plus diversifiées parmi les tétrapodes aquatiques. Le corps des plésiosaures est assez inhabituel avec leurs 4 grandes palmes, un tronc rigide et un cou d’une longueur très variable. Les pliosaures sont un type particulier de plésiosaure qui se caractérise par un grand crâne de 2 mètres de long, des dents énormes et des mâchoires extrêmement puissantes ce qui en fait de grands prédateurs pendant l’âge des dinosaures.

Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Current Biology, l’équipe rapporte la découverte d’un nouveau pliosaure exceptionnellement bien préservé datant du Crétacé en Russie (il y a environ 130 millions d’années). On l’a découvert en automne 2002 sur la rive droite de la Volga près de la ville d’Ulyanovsk par Gleb N. Uspensky qui est l’un des co-auteurs du papier. Le crâne de la nouvelle espèce, surnommé “Luskhan itilensis” qui signifie Maitre Esprit de la Volga, mesure 1,5 mètre de longueur. Mais son rostrum (un appendice de forme allongée situé sur la tête) est extrêmement mince et on peut le comparer à certains Gavials du Gange ou certaines espèces de dauphins. C’est la caractéristique la plus frappante, car elle suggère que les pliosaures ont colonisé une gamme écologique beaucoup plus large selon Valentin Fischer de l’Université de Liège et auteur principal de l’étude.

En analysant 2 ensembles de données qui décrivent l’anatomie et l’écomorphologie des plésiosaures, l’équipe a découvert plusieurs convergences évolutives (un phénomène biologique où des espèces éloignées évoluent et se ressemblent parce qu’elles occupent des rôles similaires) qui se sont produites lors de l’évolution des plésiosaures, notamment après une extinction importante à la fin du Jurassique. Les nouvelles découvertes ont également des ramifications dans l’extinction finale des pliosaures qui s’est produite plusieurs dizaines de millions d’années avant celle des dinosaures. En effet, les nouveaux résultats suggèrent que les pliosaures ont pu survivre après la dernière extinction du Jurassique, mais ils ont ensuite fait face à une autre extinction qui les a fait disparaitre pour toujours.

Source : Current Biology (http://dx.doi.org/10.1016/j.cub.2017.04.052)

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne : 4,00 sur 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *