Est-ce que vous croyez aux miracles ?

Cette année, Pâques, qui est l’un des jours les plus essentiels du calendrier chrétien, coïncide avec la plus farfelue des célébrations annuelles laïques qui est le jour du poisson d’avril. Pâques commémore un événement miraculeux, la résurrection de Jésus-Christ d’entre les morts. Le poisson d’avril est marqué par des blagues et des canulars. La conjonction de ces deux jours soulève une question. La croyance aux miracles est-elle la marque d’un imbécile ? Un penseur majeur, le philosophe écossais David Hume, estime que oui.


Cette année, Pâques, qui est l'un des jours les plus essentiels du calendrier chrétien, coïncide avec la plus farfelue des célébrations annuelles laïques qui est le jour du poisson d'avril. Pâques commémore un événement miraculeux, la résurrection de Jésus-Christ d'entre les morts. Le poisson d'avril est marqué par des blagues et des canulars. La conjonction de ces deux jours soulève une question. La croyance aux miracles est-elle la marque d'un imbécile ? Un penseur majeur, le philosophe écossais David Hume, estime que oui.

La définition de Hume

Hume publia l’un de ses principaux livres il y a 270 ans intitulé Enquête sur l’entendement humain.1 La 10e section de ce livre, intitulée Sur les Miracles (Of Miracles), fut intentionnellement omise. Hume expliqua plus tard qu’il avait supprimé la section pour éviter d’offenser la sensibilité religieuse de ses lecteurs et peut-être aussi pour s’éviter la censure inévitable qui s’ensuivrait.2 Pourtant, la dixième section est incluse dans toutes les éditions modernes.

Dans Of Miracles, Hume prétend avoir découvert un argument qui va vérifier ce qu’il appelle L’illusion superstitieuse. Il utilise la définition suivante d’un miracle : Une transgression d’une loi de la nature par une divinité ou un agent invisible.3

Bien que n’étant pas originale pour Hume, cette définition a rapidement gagné un large assentiment. 60 ans plus tard, Thomas Jefferson avait produit sa propre version de la Bible, La vie et la morale de Jésus, dont tous les miracles avaient été effacés comme des offenses contre la raison.4

A propos de Hume

David Hume - Crédit : Georgios Kollidas/Shutterstock.com

David Hume – Crédit : Georgios Kollidas/Shutterstock.com

Né en 1711 à Édimbourg, Hume est entré à l’université à l’âge remarquablement jeune de 12 ans, mais il n’a jamais été diplômé. Il a lu avec voracité.5 En tant que jeune homme, il a souffert quelque chose de proche d’une dépression nerveuse. Ses premières tentatives pour écrire de la philosophie sont tombées lettre morte aux yeux de la presse de l’époque, mais il a décroché un poste de bibliothécaire à l’université. Il a ensuite écrit un livre intitulé L’Histoire de l’Angleterre qui s’est très bien vendu.6 Dans un certain nombre d’ouvrages philosophiques importants, il a illustré le scepticisme, l’idée que certains types de connaissances sont impossibles et le naturalisme, la croyance que seules les forces naturelles peuvent être évoquées comme des explications.

Le scepticisme de Hume l’a conduit à rejeter de nombreuses spéculations sur la nature de la réalité telles que la croyance en l’existence de Dieu. Bien qu’il ait produit un certain nombre de travaux philosophiques importants, ses vues sur la religion ont assombri sa carrière. Il est mort, probablement d’une forme de cancer de l’abdomen, en 1776.

Concernant le rôle des miracles dans le christianisme, Hume a écrit dans Of Miracles :

La religion chrétienne est l’une des premières à avoir utilisé des miracles, mais même à ce jour, cette religion ne peut être crue par une personne raisonnable sans ces miracles. La simple raison est insuffisante pour nous convaincre de sa véracité et quiconque, poussée par la Foi à y consentir, est conscient d’un miracle continu dans sa propre personne qui subvertit tous les principes de sa compréhension et lui donne la détermination de croire ce qui est le plus contraire à la coutume et à l’expérience.3

En définissant les miracles comme des événements hautement improbables ou peut-être même impossibles, Hume garantit essentiellement que la raison sera toujours contre eux. Il souligne que différentes religions ont leurs propres histoires sur les miracles, mais parce qu’elles se contredisent sur plusieurs points, elles ne peuvent toutes être vraies. Il soutient également que ceux qui prétendent avoir été témoins de miracles sont crédules et désespérément biaisés par leurs propres croyances religieuses.

L’influence durable de Hume

Les vues de Hume sur les miracles ont de nombreux défenseurs à notre époque. Par exemple, le biologiste Richard Dawkins définit les miracles comme des coïncidences qui ont une probabilité très faible, mais qui sont néanmoins dans le domaine des probabilités ce qui implique qu’elles peuvent être expliquées par la science.7 Le défunt polémiste Christopher Hitchens a rejeté les déclarations de miracles en disant : Ce qui peut être affirmé sans preuves peut être rejeté sans preuves.8

Le récit des miracles de Hume est si répandu qu’on peut même le trouver dans le dictionnaire. La définition d’un miracle par l’Oxford Dictionary est un événement extraordinaire et ardemment souhaité qui n’est pas explicable par les lois naturelles ou scientifiques et qui est donc attribué à une agence divine.9 Même si les miracles ne contredisent pas la science, cette définition suggère quand même qu’ils sont contre les principes scientifiques et ainsi se distingue comme étant surnaturels qui est une catégorie d’événements qui est rejetée par beaucoup de personnes.

La vision alternative d’Augustin sur les miracles

Bien sûr, d’autres récits de miracles sont possibles. Augustin d’Hippone, écrivant au Ve siècle, a explicitement rejeté l’idée que les miracles sont contraires à la nature en affirmant plutôt qu’ils ne sont contraires qu’à notre connaissance de la nature.10 Il a continué à soutenir que les miracles sont rendus possibles par des capacités placées par Dieu dans la nature. En d’autres termes, notre connaissance de ce qui est naturellement possible est limitée et de nouvelles potentialités peuvent se révéler au fil du temps.

À des moments antérieurs de l’histoire, de nombreuses capacités que nous tenons pour acquises aujourd’hui auraient semblé miraculeuses. Le vol pour des humains, la transmission sans fil de la voix humaine et la transplantation d’organes humains auraient été considérés comme des impossibilités par des hommes comme Hume et Jefferson. Il est probable qu’à mesure que l’histoire continue à se développer, de nouvelles capacités dans la nature seront identifiées et les êtres humains auront de nouveaux pouvoirs que nous ne pouvons pas imaginer aujourd’hui.

Les miracles contre la science

Mais ce serait une erreur de supposer que le cours de l’histoire va des événements inhabituels du domaine du miraculeux à celui de la science. Augustin a également écrit :

L’univers lui-même n’est-il pas un miracle pourtant visible et fabriqué par Dieu ? Non, tous les miracles faits dans ce monde sont moindres que le monde lui-même. Le ciel et la terre se trouvent dans ce monde et pourtant Dieu les a tous faits et d’une manière que l’homme ne peut concevoir ou comprendre.10

Augustin ne prétend pas que la compréhension humaine ne peut pas progresser ou que la science est impossible. Il ne considère pas non plus la science et les miracles comme opposés les uns aux autres. Au contraire, Augustin met en lumière un récit de la science et le désir humain de savoir qui traite le monde tel que nous l’expérimentons tous les jours comme non moins miraculeux qu’aucun événement que la science ne peut expliquer. De ce point de vue, la vie quotidienne est pleine d’émerveillement si seulement nous la voyons correctement.

Les miracles modernes

En tant que médecin, je ressens régulièrement ce sentiment d’émerveillement dans la pratique de la médecine. Nous savons beaucoup de choses sur la façon dont les bébés sont conçus, comment les êtres humains se développent, comment les infections et le cancer surviennent et ce qui se passe quand nous mourons. Pourtant, il y a aussi beaucoup de choses que nous ne comprenons pas. Dans mon expérience, l’approfondissement de notre compréhension scientifique de tels événements et processus ne diminue pas notre sens de l’émerveillement face à leur beauté. Au contraire, il l’approfondit et l’enrichit.

Un embryon à 2 cellules qui passe par une mitose - Crédit : Mandril Vodolazhskyi/Shutterstock.com

Un embryon à 2 cellules qui passe par une mitose – Crédit : Mandril Vodolazhskyi/Shutterstock.com

Inspecter des cellules à l’aide d’un microscope, utiliser la tomodensitométrie et l’IRM pour scruter les replis intérieurs du corps humain ou simplement écouter attentivement les patients pour leur donner un aperçu de leur vie. Toutes ces expériences ouvrent le champ d’émerveillement décrit par Augustin. Bien sûr, beaucoup de gens en dehors de la médecine apprécient des expériences similaires comme lorsque la lumière du soleil filtre à travers les feuilles ou forme un arc-en-ciel lorsqu’il passe à travers des gouttes de pluie.

Certaines personnes, similaires à Hume, pourraient dire que ce serait une bénédiction de chasser toute trace du miraculeux de notre vision du monde et même de rejeter la possibilité de miracles. D’autres et je m’inclus dedans, pensons autrement. Loin de chercher à faire disparaître le miraculeux de la vie, nous nous efforçons plutôt de réveiller notre conscience de sa présence. Pour ceux qui voient le monde en ces termes, le 1er avril de cette année est moins une affaire de canulars que l’éclosion d’un sentiment renouvelé d’émerveillement devant la plénitude et la beauté de la vie.

Traduction d’un article de The Conversation par Richard Gunderman, professeur de médecine, d’arts et de philanthropie à l’université d’Indiana.

Sources

1.
PHILOSOPHICAL  ESSAYS  CONCERNING  Human Understanding. davidhume.org. http://www.davidhume.org/texts/ehu.html. Published March 26, 2018. Accessed March 26, 2018.
2.
David Hume (Stanford Encyclopedia of Philosophy) . plato.stanford.edu. https://plato.stanford.edu/entries/hume/. Published March 26, 2018. Accessed March 26, 2018.
3.
Of Miracles – David Hume (1711–76).  An Enquiry Concerning Human Understanding. bartleby.com. http://www.bartleby.com/37/3/14.html. Published March 26, 2018. Accessed March 26, 2018.
4.
Edwards O. How Thomas Jefferson Created His Own Bible. Smithsonian. https://www.smithsonianmag.com/arts-culture/how-thomas-jefferson-created-his-own-bible-5659505/. Published March 26, 2018. Accessed March 26, 2018.
5.
David Hume’s Life and Works. humesociety.org. http://www.humesociety.org/about/HumeBiography.asp. Published March 26, 2018. Accessed March 26, 2018.
6.
David Hume, The History of England, 6 vols. [1778]. oll.libertyfund.org. http://oll.libertyfund.org/titles/hume-the-history-of-england-6-vols. Published March 26, 2018. Accessed March 26, 2018.
7.
Mehta H. Why Your Miracles Aren’t Really Miracles. richarddawkins.net. https://www.richarddawkins.net/2014/05/why-your-miracles-arent-really-miracles/. Published March 26, 2018. Accessed March 26, 2018.
8.
Kinsley M. God Is Not Great: How Religion Poisons Everything – Christopher Hitchens – Books – Review. nytimes.com. http://www.nytimes.com/2007/05/13/books/review/Kinsley-t.html. Published May 13, 2007. Accessed March 26, 2018.
9.
miracle | Definition of miracle in English by Oxford Dictionaries. Oxford Dictionaries | English. https://en.oxforddictionaries.com/definition/miracle. Published March 26, 2018. Accessed March 26, 2018.
10.
The City of God, Volume I by Bishop of Hippo Saint Augustine. gutenberg.org. http://www.gutenberg.org/ebooks/45304. Published March 26, 2018. Accessed March 26, 2018.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

1 réponse

  1. Eliat Bruno dit :

    Merci pour ces nuances. Vivre avec le miracle presque au quotidien est ce qui caractérise un chrétien, dans la mesure où sa religion n’est pas qu’une abstraction, mais un « dialogue » avec une Personne : Dieu. Une relation authentique produit effectivement des résultats inattendus, incroyables, merveilleux. Si on lit la vie de la plupart des saints, le miracle y abonde, non comme transgression des lois de la nature, mais comme réalisation contre toute attente de projets un peu fous, en réalité au service de l’amour, dans une logique d’amour au sens « recherche du bien de la personne ou des personnes ». Ma propre vie peut en témoigner aussi : je parle d’expérience. Pas de miracle dans votre vie ? Faites des projets avec Jésus, rêvez vos rêves dans le concret, vous verrez…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *