Qu’est-ce que le trou ?

Nous les voyons tous les jours, mais jusqu’à présent, on n’a pas encore tranché, sur le plan philosophique, la définition d’un trou.


Nous les voyons tous les jours, mais jusqu'à présent, on n'a pas encore tranché, sur le plan philosophique, la définition d'un trou.

Il semble indiscutable qu’il y a des trous. Par exemple, il y a des trous de serrure, des trous noirs et des gouffres. Et il y a des trous dans des choses telles que les tamis, les terrains de golf et les beignets. Nous venons dans le monde à travers des trous et quand nous mourrons, beaucoup d’entre nous seront mis dans des trous spécialement creusés. Mais quels sont ces trous et de quoi sont-ils faits ? L’une des grandes questions philosophiques sur les trous est de savoir s’ils existent par eux-mêmes ou, comme le suggère l’écrivain juif allemand Kurt Tucholsky dans La psychologie sociale des trous (1931), s’ils sont quelque chose qui ne s’y trouve pas. Pour nous aider à étudier ce problème, commençons par disséquer l’anatomie du trou.

Le trou du beignet

Imaginez un beignet, le type classique qui est rond avec un trou au milieu plutôt que le type rempli de confiture. La pâte du beignet est un exemple de ce qu’on appelle l’hôte du trou, le truc qui entoure le trou. Imaginez maintenant que vous mettez votre doigt à travers le trou dans le beignet et portez le beignet comme une bague. Votre doigt est alors un exemple de ce qu’on appelle un invité dans le trou, le truc qui se trouve à l’intérieur du trou. Mais considérons maintenant le beignet à un stade précoce de sa création dans une cuisine, sur le point de faire sortir le trou de la pâte. Comment appelons-nous la partie de la pâte qui est enlevée pour créer le trou ? Devrait-elle dire que c’est un invité sur le point d’être expulsé ? Ces parties de la pâte ont été marquées par les marchands de nourriture comme Timbits et Munchkins et ils sont commercialisés comme le trou réel du beignet. Pourtant, mais ce ne sont pas des trous, car le trou est créé par le retrait des Timbits ou des Munchkins plutôt que d’être identifié à ce qui est retiré.

Nous les voyons tous les jours, mais jusqu'à présent, on n'a pas encore tranché, sur le plan philosophique, la définition d'un trou.

Crédit : Sally L. Steinberg Collection of Doughnut Ephemera/Smithsonian

Maintenant, si la pâte supprimée n’est pas le trou, alors qu’est-ce qui définit un trou ? Est-ce que les trous sont des choses matérielles où les choses matérielles sont physiques (comme les tables et les chaises) ou sont-elles des choses immatérielles, où les choses immatérielles ne sont pas physiques (comme des entités abstraites) ? Ou les trous ne sont-ils même pas des choses en soi ?

Le trou est-il matériel ou immatériel ?

Cette question est discutée dans l’étude ‘Holes‘ (1970) par les philosophes américains Stephanie et David Lewis, qui contient un dialogue entre les personnages Argle et Bargle. Argle est un matérialiste, c’est-à-dire quelqu’un qui rejette l’existence de quelque chose d’immatériel. Le matérialisme pourrait être considéré comme une position plausible pour Argle, car il n’engage pas Argle à l’existence d’entités potentiellement étranges qui vont au-delà du matériel. En d’autres termes, il est ontologiquement parcimonieux. Comme Madonna, Argle est une fille matérielle vivant dans un monde matériel où toutes les choses qui existent sont des objets matériels physiques.

Nous les voyons tous les jours, mais jusqu'à présent, on n'a pas encore tranché, sur le plan philosophique, la définition d'un trou.

Bargle, d’autre part, conteste le matérialisme d’Argle en introduisant deux autres positions plausibles, à savoir, que les trous existent et que ces trous sont des objets immatériels. Il est plausible que des trous existent, nous semblons percevoir des trous ; nous nous référons à eux dans notre langue et ils semblent nécessaires à l’existence d’autres choses. Il est également plausible que les trous soient des choses immatérielles puisque notre vision intuitive des trous est qu’ils ne sont pas des objets tangibles, mais plutôt des vides, et ne sont donc pas des choses matérielles, mais plutôt, comme le décrit Tucholsky, que des choses matérielles qui ne sont pas. Le débat d’Argle et Bargle porte donc sur les affirmations suivantes, individuellement plausibles, mais collectivement incompatibles, qui peuvent être rejetées :

  • (1) Il n’y a pas d’objets immatériels.
  • (2) Il y a des trous.
  • (3) Les trous sont des objets immatériels.

Ceux-ci sont inconsistants parce que (1) estime qu’il n’y a pas d’objets immatériels, mais (2) et (3) impliquent que des trous immatériels existent. S’il y a des trous et si les trous sont des objets immatériels, alors des trous immatériels existent. Alors, que devrions-nous rejeter ? Nous pourrions rejeter (1), qui estime qu’il n’y a pas d’objets immatériels et au contraire, considérer qu’il y a des choses immatérielles dans le monde incluant des trous. Mais cette option n’est pas disponible pour Argle, puisque Argle est un matérialiste engagé et ne veut donc pas dire qu’il existe des choses immatérielles.

Une perforation plutôt qu’un trou ?

Qu’en est-il de rejeter (2), alors, qui dit qu’il y a des trous ? Le problème est que nous disons (ou chantons) des choses telles que : Il y a un trou dans mon seau, chère Liza et ainsi, nous nous référons aux trous. Quand nous prononçons (ou chantons) une telle phrase (ou paroles), nos mots (et peut-être aussi nos doigts) pointent vers le trou dans le seau. S’il n’y a pas de trous et donc, pas un trou descriptible par nos doigts ou nos mots, alors nous avons besoin de réinterpréter ces phrases sans faire référence à des trous.

Nous les voyons tous les jours, mais jusqu'à présent, on n'a pas encore tranché, sur le plan philosophique, la définition d'un trou.

Par exemple, nous pourrions utiliser le langage d’objets perforés plutôt que des objets ayant des trous en tant que tels : Mon seau est perforé, chère Liza. Cela n’a pas la même sonorité que la première phrase, mais le sens semble être conservé. Dans cette phrase paraphrasée, nous désignons le seau plutôt qu’un trou et nous décrivons ce seau comme ayant une certaine forme perforée. C’est le seau qui une perforation en forme de y plutôt que de véritables trous dans le seau. Mais toute vérité sur les trous peut-elle être réinterprétée et systématiquement paraphrasée comme vérités sur les objets hôtes perforés ? Et l’éliminabilité du mot dans notre langue nous fournit-elle vraiment des preuves concernant l’existence réelle de la chose ? D’ordinaire, nous ne pensons pas qu’en ne parlant pas de quelque chose, il cesse d’exister.

Quant à (3), qui dit que les trous sont des objets immatériels : cela peut-il être rejeté ? Les trous pourraient-ils être matériels plutôt qu’immatériels ? C’était notre problème central. Si les trous sont matériels, de quelle matière s’agit-il ? Pourraient-ils être l’invité ? Non, pour des raisons similaires pour lesquelles les TimBits et Munchkins ne sont pas les trous. Pourraient-ils faire partie de l’hôte, peut-être la doublure du trou ? Peut-être. Mais quelle est l’épaisseur de la paroi du trou ? Devrions-nous prendre une épaisseur d’un millimètre du beignet autour du trou comme constituant le trou ?

Quand des trous peuvent décider du destin du monde

Ou toute la largeur du beignet, à savoir, l’hôte entier ? Ou même quelque part entre ces épaisseurs de la doublure ? Il y a tellement de doublures candidates du trou et il semble qu’il n’y ait aucune raison de choisir l’une par rapport à l’autre, ce qui laisse une question arbitraire quant à la doublure que nous utilisons pour définir et identifier le trou. Et si nous ne choisissions pas une des doublures, laissant une multitude de doublures, alors il y aurait une multitude de trous, un par doublure, tous quelque part à l’intérieur d’un seul beignet. Cela semble être beaucoup de trous en un seul endroit ! Cela conduit également à d’autres bizarreries. Par exemple, nous ne pensons pas que nous mangeons le trou d’un beignet lorsque nous mangeons la doublure hôte de la pâte. Encore une fois, c’est une matière à réflexion supplémentaire.

Mais pourquoi tout cela importe-t-il ? Qu’est-ce qu’il y a dans un trou ? Eh bien, un cas qu’Achille Varzi, expert du trou et professeur de philosophie à l’Université de Columbia, cite est celui de recompter les trous dans les bulletins de vote lors de l’élection présidentielle américaine de 2000. Dans les mots de Varzi : Tout à coup, nous réalisons que le destin des États-Unis, sinon le destin du monde entier, dépend de nos critères pour compter les trous. Et pour compter les trous, nous devons savoir comment les identifier et les individualiser et ainsi, nous devons savoir ce qu’ils sont. Certes, c’est un cas inhabituel. Mais une meilleure compréhension des trous, dans leur plan matériel ou immatériel, devrait combler une lacune dans notre connaissance de la réalité.

Traduction d’un article sur Aeon par Suki Finn, chercheur postdoc en philosophie l’université de Southampton.

Aeon counter – do not remove

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *