Seule la science peut répondre aux grandes questions

Malgré les croyances, les religions et d’autres méthodes alternatives, seule la science est capable de répondre aux grandes questions. Mais cela dépend des questions.


Malgré les croyances, les religions et d'autres méthodes alternatives, seule la science est capable de répondre aux grandes questions. Mais cela dépend des questions.

La science s’est révélée être un moyen fiable d’aborder toutes sortes de questions sur le monde physique. En tant que scientifique, je suis amené à me demander si sa capacité à fournir de la compréhension est illimitée. Peut-elle répondre à toutes les grandes questions, aux grandes questions de l’être, qui surgissent ? Pour commencer, quelles sont ces grandes questions ? À mon avis, ils se répartissent en deux classes.

Les grandes questions qui sont une perte de temps

La première classe consiste en des questions inventées qui sont souvent basées sur des extrapolations injustifiées de l’expérience humaine. Ils comprennent généralement des questions de finalité et des préoccupations concernant l’annihilation de soi, comme Pourquoi sommes nous ici ? Et Quels sont les attributs de l’âme ? Ce ne sont pas de vraies questions, car elles ne sont pas basées sur des preuves. Ainsi, comme rien ne prouve que l’univers ait un but, il est inutile d’essayer d’en déterminer l’objectif ou d’en explorer les conséquences. Comme il n’y a aucune preuve de l’existence d’une âme (sauf dans un sens métaphorique), il ne sert à rien de passer du temps à se demander quelles pourraient être les propriétés de cette âme si le concept devait être étayé. La plupart des questions de cette classe sont une perte de temps parce qu’elles ne sont pas ouvertes au discours rationnel et au pire, on tente de les résoudre avec l’épée, la bombe et la flamme.

Les grandes questions méritant une réponse

La seconde catégorie de grandes questions concerne les caractéristiques de l’Univers pour lesquelles il existe d’autres preuves que la spéculation et la stimulation fournies par l’étude des textes sacrés. Ils incluent des investigations sur l’origine de l’Univers, et plus précisément sur la manière dont il y a quelque chose plutôt que rien, les détails de la structure de l’Univers (en particulier les forces relatives des forces fondamentales et l’existence des particules fondamentales), la nature de la conscience. Ce sont toutes de véritables grandes questions et, à mon avis, sont ouvertes à une élucidation scientifique.

Du Pourquoi au Comment

La première catégorie de questions, les inventées, commencent généralement, mais pas invariablement, par Pourquoi. La deuxième classe commence correctement avec Comment, mais pour éviter un langage maladroit, elles sont souvent emballées comme des questions pour la commodité du discours. Ainsi, Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? (qui est coloré par des indices de finalité) est en fait une forme déguisée. Comment se fait-il que quelque chose soit sorti de rien ? De telles questions peuvent toujours être déconstruites en concaténations de questions, et sont en principe dignes d’être prises en considération dans l’espoir d’obtenir une réponse.

J’accepte que certains me critiquent dans le sens que j’utilise un argument circulaire. Que les vraies grandes questions sont celles auxquelles on peut répondre scientifiquement et que, par conséquent, seule la science peut en principe élucider ces questions, laissant de côté les questions inventées comme des mauvaises herbes intellectuelles. Cela pourrait être le cas. Après tout, les preuves accessibles au public sont certainement un excellent moyen de distinguer les deux catégories de questions et le fondement de la science est la preuve.

La science comme Michel-Ange

La science est comme Michel-Ange. Le jeune Michel-Ange a démontré son talent de sculpteur en sculptant la ravissante Pietà au Vatican. Michel-Ange, un homme mûr, ayant acquis et démontré son talent, s’est libéré des conventions et a créé ses quasi-abstractions extraordinaires. La science a suivi le même chemin. À travers ses 4 siècles d’efforts sérieux, à partir de Galilée, lorsque les preuves se sont mêlées aux mathématiques et que l’extraordinaire réticulation des concepts et des réalisations a émergé, la science a acquis sa maturité et de l’élucidation de simples observations, elle est maintenant capable de traiter avec le complexe. En effet, l’émergence du calcul en tant que composante des implications des théories et de la détection de modèles dans des ensembles de données massifs a élargi la portée du rationnel et enrichit grandement la méthode scientifique en augmentant l’analyse.

L’armure de la science à trois volets, composée de l’observation, de l’analyse et du calcul, est maintenant prête à s’attaquer aux vraies grandes questions. Elles sont, dans l’ordre chronologique : Comment l’Univers a-t-il commencé ?Comment la matière est-elle devenue vivante dans l’univers ?et Comment la matière vivante est-elle devenue consciente d’elle-même ? Lorsqu’elles sont inspectées et distinguées, ces questions incluent beaucoup d’autres, telles que, dans la première question, l’existence des forces et des particules fondamentales et, par extension, l’avenir à long terme de l’univers. Cela inclut le problème, non négligeable, de l’union de la gravitation et de la mécanique quantique.

De grandes questions fondamentales

La deuxième question concerne non seulement le passage de l’organique au produit inorganique, mais aussi de l’évolution des espèces et des ramifications de la biologie moléculaire. La troisième comprend non seulement notre capacité à réfléchir et à créer, mais aussi la nature du jugement esthétique et moral. Je ne vois aucune raison pour laquelle la méthode scientifique ne peut pas être utilisée pour répondre, ou du moins éclairer, à la question de Socrates : Comment devrions-nous vivre ? en faisant appel à celles actuellement en sciences (anthropologie, éthologie, psychologie et économie).

Le cyclique surgit de nouveau, car il est concevable que les limitations de la conscience empêchent la compréhension complète de la structure profonde du tissu de la réalité, alors peut-être que dans le troisième cas, le premier se trouve limité. Nous en voyons déjà un indice avec la mécanique quantique, qui est si éloignée de l’expérience courante (je pourrais l’ajouter, car elle s’applique à notre cerveau) que personne ne le comprend actuellement (mais cela n’a pas empêché notre capacité de l’utiliser).

L’optimiste pour aller vers des chemins inimaginables

Le lubrifiant de la méthode scientifique est l’optimisme, l’optimisme qui, avec la patience et l’effort, souvent issu de la collaboration, nous offrira la compréhension. Cet optimiste l’a fait par le passé, et il n’y a aucune raison de supposer qu’un tel optimisme est maintenant révolu. Bien sûr, les contreforts ont cédé la place aux montagnes et on ne peut pas s’attendre à des progrès rapides dans la poussée finale. Peut-être que l’effort nous mènera, au moins temporairement, dans des impasses (la théorie des cordes peut-être), mais alors la cécité de cette allée pourrait soudainement s’ouvrir et il y aura un élan de succès.

Peut-être des paradigmes de pensée entièrement révisés tels que ceux d’il y a environ un siècle, lorsque la relativité et la mécanique quantique ont émergé, prendront tout leur sens dans des directions inimaginables. Peut-être trouverons-nous que le cosmos n’est que des mathématiques substantielles. Peut-être notre compréhension de la conscience devra-t-elle être laissée à l’appareil artificiel que nous pensions être simplement une machine pour le simuler. Peut-être, en effet, à nouveau la circularité, que seule la conscience artificielle que nous aurons construite aura la capacité de comprendre l’émergence de quelque chose à partir de rien.

Je considère qu’il n’y a rien que la méthode scientifique ne puisse élucider. En effet, nous devrions nous réjouir du cheminement de l’esprit humain collectif dans l’entreprise que nous appelons science.

Traduction d’un article sur Aeon par Peter Atkins, un Fellow du Lincoln College, Université d’Oxford.

 

Aeon counter – do not remove

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (4 votes, average: 4,00 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *