“Connais-toi toi-même” ou les maximes du temple d’Apollon à Delphes

Tout le monde connait cette expression : Connais-toi toi-même. Elle est inscrite sur une roche au temple d’Apollon à Delphes. Mais il y a d’autres maximes de Delphes. Certaines sont incongrues, mais d’autres nous servent toujours… après plus de 25 siècles.


Un tableau allégorique du 17e siècle sur la maxime "Connais-toi toi même", inscrite au Temple de Delphes - Crédit : Wikimedia Commons
Un tableau allégorique du 17e siècle sur la maxime "Connais-toi toi même", inscrite au Temple de Delphes - Crédit : Wikimedia Commons

Connais-toi toi-même

Nous connaissons l’un des plus célèbres conseils qui est inscrit sur le temple d’Apollon à : Connais-toi toi-même. C’est une recommandation puissante et décourageante.1 Si vous le prenez au sérieux, alors vous commencerez à rejeter toutes les idées fausses que vous avez, non seulement à propos de vous-même, mais à propos des êtres humains en général. Vous commencerez à réfléchir profondément sur qui vous êtes réellement et qui vous devriez être. Vous pourriez commencer à prendre des décisions qui changeront votre vie, des décisions qui (si vous avez raison) vous mettront en harmonie avec votre nature et vos circonstances, ou (si vous vous trompez), vont transformer votre vie en une grosse erreur. Il ne faut pas s’étonner que ce commandement soit le commandement le plus important de toute la : suivez-le comme une loi religieuse et, d’une manière ou d’une autre, vous serez un grand philosophe.

Mais ce puissant commandement n’est en réalité que l’un des quelques apophthegmata (mots de sagesse) inscrits sur un monument de pierre à Delphes. On ne sait pas d’où viennent ces maximes moins connues. L’ancien compilateur Stobaeus les a attribués aux Sept Sages, des hommes sages du VIe siècle avant notre ère tels que Solon et Thales, mais peut-être qu’ils ont été créés de la même manière que celles des maximes de la sagesse des foules. Ils se sont ensuite transmis au fil des générations pour parvenir à des chercheurs de sagesse comme nous.

Mais certaines de ces maximes ne nous conviennent absolument pas. Je pense qu’on peut écarter définitivement 2 de ces maximes qui sont Régnez sur votre femme et Admirez les oracles. Ensuite, Gardez profondément le secret absolu et Engendrez des chemins nobles sont tout simplement déconcertants (Engendrez des routes nobles pourrait signifier qu’on doit écarter les choses négatives et se concentrer sur les choses qui nous rendent heureux).2 Mais il reste de nombreuses maximes de la sagesse delphique que nous devrions garder à l’esprit au cours de notre vie.

Exercez la noblesse de caractère

Exercez la noblesse de caractère. La noblesse n’est pas un terme très en vogue ces jours-ci, mais nous devrions envisager de le remettre au gout du jour. Mettez de côté toute association de prétention ou de valeurs bourgeoises désuètes. Demandez-vous : qu’est-ce que c’est d’être noble, de prendre la grande route ou de suivre la plus grande sagesse ? La question nous oblige à réfléchir à ce qu’il faut faire pour nous améliorer. Ce n’est peut-être pas du tout évident, car cela nous force à être de meilleures personnes. Peut-être devrions-nous être les premiers à pardonner, ou bien accepter une perte pour le profit de l’autre, ou nous devrions garder le silence quand nos paroles pourraient causer du tort. Mais le simple fait d’essayer d’exprimer ce que meilleur signifie est en soi une entreprise louable. En vous demandant chaque jour : Qu’est-ce que c’est que d’être noble ? Et comment puis-je devenir noble ? Rendra votre vie plus intéressante et plus précieuse.

Priez pour rendre les choses possibles

Priez pour rendre les choses possibles. Non, je ne suis pas un défenseur de la prière. Mais je suis prêt à lui donner un certain poids en tant qu’expression d’un profond espoir. La grande majorité des actualités portées à notre attention incitent au cynisme et au désespoir, car les histoires sur ce qui va bien ou sur les maux du passé que nous avons surmontés n’attirent pas les lecteurs. Et il y a sûrement beaucoup de raisons de désespérer. Mais le désespoir lui-même tend à devenir une prophétie auto-réalisatrice : abandonner l’espoir nous amène dans des circonstances sans espoir. D’autre part, lorsque nous gardons les yeux ouverts pour de nouvelles solutions et de nouvelles possibilités et que nous nous permettons même un espoir infime qu’elles deviennent réalité, alors il est plus probable qu’elles le deviennent. Je ne suis pas en train d’affirmer que souhaiter des choses va faire en sorte qu’elles vont se réaliser par magie, je suggère seulement que, même dans un quartier très fréquenté, vous êtes plus susceptible de trouver une place de stationnement si vous en cherchez une. En nous donnant une espérance profonde et optimiste, nous gardons ces possibilités, et qui sait ? Si une opportunité se présente, les avoir à l’esprit peut m’aider à les concrétiser.

Ne méprisez personne

Ne méprisez personne. Cela semble évident : quand, après tout, est-ce une bonne idée de mépriser quelqu’un ? Par contre, combien de fois par jour avez-vous ressenti un mépris pour les autres ? Les gens peuvent être tellement stupides, sans coeur ou incroyablement crédules. (Les autres, je veux dire, pas moi évidemment). Mais c’est une chose d’identifier où et comment une personne a mal tourné, et c’est une autre chose de les mépriser. Il faut un peu plus de retenue à l’esprit pour séparer l’erreur de la personne et critiquer l’erreur tout en maintenant la personne dans une certaine mesure d’estime. Si j’applique cette restriction, alors je peux voir l’autre personne comme une personne à qui on peut montrer son erreur, puis la guider dans un meilleur état d’esprit, plutôt que de la considérer simplement comme une cible pour mon mépris intelligent. (Et, bien sûr, il se peut que je sois celui à qui l’on montre mon erreur !)

Les autres maximes delphiques

À la base, il y a un groupe de quatre maximes qui nous aident à traverser les périodes de notre vie. Les deux premiers sont les suivants : En tant qu’enfant, soyez sage et, En tant que jeune, soyez discipliné. Ces maximes ne peuvent pas être adressées aux jeunes eux-mêmes, car ils ne sont pas en mesure de déterminer comment les respecter. Mais ils sont de bons conseils pour les parents : apprenez à vos enfants à se bien comporter et que vos ainés fassent preuve de discipline. Ce n’est pas amusant d’être un parent sévère, et c’est trop facile de céder à la tentation de laisser nos enfants faire ce qu’ils veulent. Mais nous ne leur rendons pas service en plantant des graines pour des crises de colère chez des enfants gâtés (de tous âges). Quiconque a été dans un restaurant bondé ou au cinéma approuvera sans réserve cet ancien conseil parental.

Les deux autres maximes de ce groupe sont les suivantes : Dès l’âge moyen (la cinquantaine), soyez juste, et En tant que vieil homme, soyez sensible. Pour ceux d’entre nous d’âge moyen et plus âgés, nous pouvons voir les mérites d’agir avec justice (ou noblesse) dans les parties les plus actives de notre vie. Mais ce n’est pas notre attente habituelle. Certes, nous sommes censés être mûrs, respectables et économiquement solvables. Mais la justice comporte des obligations morales et politiques et l’on s’attend à ce que d’autres puissent compter sur notre capacité à prendre des décisions. Et, au fur et à mesure que nous avançons au-delà de l’âge moyen, nous pouvons peut-être aussi voir la sagesse (et le soulagement) de résister aux stratagèmes de marketing de notre époque. Ces stratagèmes sont de nous inciter à courir après notre jeunesse qui est définitivement perdue.

Le fait que la grande majorité des maximes, figurant sur la liste, puissent encore nous servir aujourd’hui mérite lui-même une réflexion plus approfondie. Il ne fait aucun doute que nos vies ont beaucoup changé au cours des 25 derniers siècles. Mais la nécessité d’organiser ses priorités, de cultiver des amitiés et des liens sociaux, de prendre soin des familles et de mesurer ses émotions, ce sont des exigences philosophiques à la base de la vie humaine et elles n’ont pas changé. En réfléchissant à ces maximes et en réfléchissant à la manière dont ils pourraient changer nos vies, nous nous sommes associés à ceux qui se sont tournés vers les anciens sages pour les guider et à participer aux efforts humains pour vivre sagement.

Traduction d’un article d’Aeon par Charlie Huenemann, professeur de philosophie à l’université de l’Utah.

Aeon counter – do not remove

Sources

1.
‘Know thyself’ is not just silly advice: it’s actively dangerous – Bence Nanay | Aeon Ideas. Aeon. https://aeon.co/ideas/know-thyself-is-not-just-silly-advice-its-actively-dangerous. Published September 7, 2018. Accessed September 7, 2018.
2.
Delphic Maxim #138. dandthegods.tumblr.com. http://dandthegods.tumblr.com/post/169663439966/delphic-maxim-138. Published September 7, 2018. Accessed September 7, 2018.
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (4 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *