Un est le chiffre le plus seul, l’histoire d’un problème occidental

La solitude est devenue un problème de santé publique. On parle d’épidémie mondiale. Mais quand on regarde de plus près, la solitude est foncièrement un problème occidental, notamment dans les pays qui privilégient une approche individualiste.


La solitude est devenue un problème de santé publique. On parle d'épidémie mondiale. Mais quand on regarde de plus près, la solitude est foncièrement un problème occidental, notamment dans les pays qui privilégient une approche individualiste.

Dieu, mais que la vie est a écrit l’auteure Sylvia Plath dans ses journaux privés. Malgré tous les sourires et les grimaces que nous échangeons, dit-elle, malgré tous les opiacés que nous prenons :

Quand enfin, tu trouves quelqu’un à qui tu sens que tu peux déverser ton âme, tu t’arrêtes en état de choc avec les paroles que tu prononces, elles sont si rouillées, si laides, si dénuées de sens et faibles.

L’histoire de la solitude

Au 21e siècle, la solitude est devenue omniprésente. Les commentateurs appellent cela une épidémie, une maladie semblable à celle de la lèpre et une plaie silencieuse de la civilisation. En 2018, le Royaume-Uni est allé jusqu’à nommer un ministre de la solitude. Pourtant, la solitude n’est pas une maladie universelle ; ce n’est pas non plus une expérience interne purement viscérale. C’est moins une seule émotion et plus un ensemble complexe de sentiments, composé de colère, de chagrin, de peur, d’anxiété, de tristesse et de honte. Elle a également des dimensions sociales et politiques, évoluant dans le temps en fonction d’idées sur le moi, sur Dieu et sur le monde naturel. En d’autres termes, la solitude a une histoire.

Le terme solitude apparaît pour la première fois en anglais vers 1800. Avant, le mot le plus proche était Oneliness, simplement le fait d’être seul. Comme dans le cas de la solitude, du latin solus qui signifie seul, la constance n’était pas colorée par une suggestion de manque émotionnel. La solitude ou l’Onelineless n’était pas malsaine ou indésirable, mais plutôt un espace nécessaire pour réfléchir avec Dieu ou avec ses pensées les plus profondes. Puisque Dieu était toujours à proximité, une personne n’était jamais vraiment seule. Mais en un ou deux siècles, l’utilisation de la solitude, grevée d’associations de vide et d’absence de lien social, a bel et bien dépassé l’Onelineless. Qu’est-ce qui s’est passé ?

La solitude associée aux transformations économiques et culturelles

La notion contemporaine de solitude découle des transformations culturelles et économiques qui ont eu lieu dans l’Occident moderne. L’, la croissance de l’économie de consommation, le déclin de l’influence de la religion et la popularité de la biologie évolutive ont tous mis en évidence l’importance de l’individu, et non des visions paternalistes traditionnelles d’une société où chacun a sa place.

Au 19e siècle, les philosophes politiques utilisaient les théories de Charles Darwin sur la pour justifier la poursuite de la richesse individuelle pour les Victoriens. La médecine scientifique, qui met l’accent sur les émotions et les expériences centrées sur le cerveau et sur la classification du corps en états normaux et anormaux, a souligné ce changement. Les quatre humeurs (flegmatiques, sanguines, colériques, mélancoliques) qui ont dominé la médecine occidentale pendant 2 000 ans et ont transformé les personnes en types se sont effondrées au profit d’un nouveau modèle de santé dépendante du corps physique et individuelle.

L’introversion et l’extraversion

Au 20e siècle, les nouvelles sciences de l’esprit, en particulier la et la , ont joué un rôle central dans la définition des émotions saines et malsaines qu’un individu devrait ressentir. Carl Jung a été le premier à identifier des personnalités introverties et extraverties (pour utiliser l’orthographe originale) dans ses Types psychologiques (1921). L’introversion est associée à la névrose et à la solitude tandis que l’extraversion est liée à la sociabilité, au grégarisme et à l’autonomie. Aux États-Unis, ces idées ont pris une signification particulière, car elles étaient liées aux qualités individuelles associées à l’auto-amélioration, à l’indépendance et au .

Les associations négatives d’introversion aident à expliquer pourquoi la solitude entraîne désormais une telle stigmatisation sociale. Les personnes seules veulent rarement admettre qu’elles sont seules. Alors que la solitude peut créer de l’empathie, les personnes seules sont également sujettes au mépris ; ceux qui ont des réseaux sociaux forts évitent souvent la solitude. C’est comme si la solitude était contagieuse, comme les maladies avec lesquelles elle est maintenant comparée. Lorsque nous utilisons le langage d’une épidémie moderne, nous contribuons à une à propos de la solitude qui peut aggraver le problème sous-jacent. En supposant que la solitude soit une maladie répandue, mais fondamentalement individuelle, alors il sera presque impossible de la traiter.

La rupture avec le tissu social

Pendant des siècles, les écrivains ont reconnu la relation entre la santé mentale et l’appartenance à une communauté. Servir la société était une autre façon de servir l’individu, car, comme le disait le poète dans son poème An Essay on Man (1734) : Le véritable amour-propre et le social sont les mêmes. Il n’est donc pas surprenant de constater que la solitude remplit une fonction physiologique et sociale, comme l’a prétendu le défunt neuroscientifique John Cacioppo.

Nul n’est une île écrivait le poète dans un esprit similaire, dans Devotions Upon Emergent Occasions (1624), ni femme non plus, car chacun formait une partie du continent, une partie du principal. Une motte emportée par la mer et l’Europe est diminuée. la mort d’un homme me diminue parce que je fais partie de l’humanité. Pour certains d’entre nous, les remarques de Donne sont particulièrement poignantes à la lumière du départ du Royaume-Uni de l’Europe ou du narcissisme de la présidence américaine de Donald Trump. Ils nous renvoient également à des métaphores médicales : les références de Donne à la destruction de la politique du corps rappellent la solitude moderne en tant qu’affection physique, un fléau de la modernité.

Une nécessité des communautés sociales

Nous avons besoin rapidement d’une évaluation plus nuancée de qui est seul, quand et pourquoi. Les politiciens déplorent la solitude parce que cela coûte cher, surtout pour une population vieillissante. Les personnes seules sont plus susceptibles de développer des maladies telles que le cancer, les maladies cardiaques et la dépression et 50 % plus susceptibles de mourir prématurément que leurs homologues non solitaires. Mais il n’y a rien d’inévitable à être vieux et seul, même au Royaume-Uni et aux États-Unis où, contrairement à la plupart des pays d’Europe, il n’y a pas d’histoire de soins familiaux aux personnes âgées. La solitude et l’individualisme économique sont liés.

Jusqu’aux années 1830 au Royaume-Uni, les voisins, les amis et la famille ainsi que la paroisse, s’occupaient des personnes âgées. Mais le Parlement a ensuite adopté la , une réforme qui a supprimé l’aide financière pour les personnes autres que les personnes âgées et les infirmes, limitant cette aide aux travailleurs et considérant que l’allègement de la pauvreté était un processus bureaucratique impersonnel. L’essor de la vie en ville et l’effondrement des communautés locales ainsi que le regroupement des nécessiteux dans des bâtiments construits à cet effet, ont produit des personnes âgées plus isolées. Compte tenu de leur histoire, il est probable que des pays individualistes (Royaume-Uni, Afrique du Sud, États-Unis, Allemagne et Australie) pourraient connaître la solitude différemment des pays collectivistes (Japon, Chine, Corée, Guatemala, Argentine et Brésil). La solitude est donc vécue différemment selon l’endroit et le temps.

Le problème de l’individualisme

Rien de tout cela ne vise à sentimentaliser la vie communautaire ou à suggérer qu’il n’y avait pas d’ avant la période victorienne. Je prétends plutôt que les émotions humaines sont indissociables de leurs contextes social, économique et idéologique. Par exemple, la juste colère des victimes morales serait impossible sans une croyance dans le juste et le faux et dans la responsabilité personnelle. De même, la solitude ne peut exister que dans un monde où l’individu est conçu comme distinct du tissu social plutôt que comme partie de celui-ci. Il est clair que la montée de l’individualisme a corrodé les liens sociaux et communautaires et conduit à un langage de solitude qui n’existait pas avant 1800.

Là où autrefois les philosophes demandaient ce qu’il fallait pour vivre une vie pleine de sens, l’attention culturelle s’est déplacée vers les questions relatives au choix individuel, au désir et à la réalisation. Ce n’est pas un hasard si le terme individualisme a été utilisé pour la première fois (et était un terme péjoratif) dans les années 1830 alors même que la solitude était en hausse. Si la solitude est une épidémie moderne, alors ses causes sont aussi modernes, et la conscience de son histoire pourrait bien être ce qui pourrait nous sauver.

Traduction d’un article sur Aeon par Fay Bound Alberti, écrivain, historien et consultant.

Aeon counter – do not remove

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *