Quand l’État est injuste, les citoyens peuvent utiliser une violence justifiable

Quand est-ce qu’on doit utiliser la légitime défense ? Quand notre vie est en danger ? Mais est-ce qu’on peut l’utiliser contre des policiers qui abusent de leurs pouvoirs. Dans les époques tourmentées, il faut souvent réfléchir sur le concept de légitime violence contre des gouvernements injustes.


Quand est-ce qu'on doit utiliser la légitime défense ? Quand notre vie est en danger ? Mais est-ce qu'on peut l'utiliser contre des policiers qui abusent de leurs pouvoirs. Dans les époques tourmentées, il faut souvent réfléchir sur le concept de légitime violence contre des gouvernements injustes.
Crédit : Samuel Corum/Anadolu Agency/Getty Images

Si vous voyez la police étrangler quelqu’un, comme Eric Garner, l’horticulteur noir âgé de 43 ans qui a lutté dans les rues de New York en 2014, vous pourriez choisir de les asperger de poivre et de fuir. Vous pourriez même sauver une vie innocente. Mais quelles considérations éthiques justifient des actes héroiques aussi dangereux ? (Après tout, les flics pourraient vous arrêter ou vous tuer.)

La contre le gouvernement

Plus important encore : Avons-nous le droit de nous défendre et de protéger autrui des injustices du gouvernement lorsque des agents du gouvernement respectent une loi injuste ? Je pense que la réponse est oui. Mais ce point de vue doit être défendu. Dans quelles circonstances une légitime défense active, y compris une possible, pourrait-elle être justifiée, par opposition à la résistance passive à la que les Américains applaudissent généralement ?

La désobéissance civile est un acte public qui vise à créer un changement social ou juridique. Pensez à l’arrestation d’Henry David Thoreau en 1846 pour avoir refusé de payer des impôts pour financer les exploits coloniaux des États-Unis ou à Jr cherchant la colère des autorités en 1963 pour faire honte à l’Amérique blanche afin que cette dernière respecte les droits civils des Noirs. Dans de tels cas, les citoyens désobéissants enfreignent la loi et acceptent les sanctions, de manière à attirer l’attention sur une cause.

Différentes formes de désobéissance civile

Mais la résistance justifiable ne doit pas nécessairement avoir un caractère civique. Il n’est pas nécessaire qu’elle vise à modifier la loi, à réformer des institutions dysfonctionnelles ou à remplacer les mauvais dirigeants. Parfois, il s’agit simplement de mettre fin à une injustice immédiate. Si vous arrêtez une agression, vous essayez d’empêcher cette agression en ce moment, en n’essayant pas de mettre fin aux agressions partout. En effet, si vous aviez balancé du poivre au policier Daniel Pantaleo pendant qu’il étouffait Eric Garner, vous auriez essayé de sauver Garner et non de réformer la police américaine.

De manière générale, nous convenons qu’il est mal de mentir, de tricher, de voler, de tromper, de manipuler, de détruire des biens ou d’attaquer des personnes. Mais peu d’entre nous pensent que les interdictions de telles actions sont absolues. Selon la moralité de sens commun, de tels actes sont autorisés en légitime défense ou en défense d’autrui (même si la loi n’est pas toujours d’accord). Vous pouvez mentir au meurtrier qui est à votre porte. Vous risquez de casser les vitres de la voiture d’un ravisseur potentiel. Vous pouvez tuer le violeur potentiel.

La violence pour empêcher une injustice

Il s’agit d’un exercice philosophique. Imaginez une situation dans laquelle un civil commet une injustice, contre laquelle vous croyez qu’il est permis d’employer la tromperie, le subterfuge ou la violence pour se défendre ou défendre autrui. Par exemple, imaginez que votre ami ne s’arrête pas correctement à un feu rouge et que son père, en colère, le tire hors de la voiture, le bat comme un fou et continue de frapper son crâne même après que votre ami perde conscience. Pouvez-vous utiliser la violence, s’il est nécessaire d’arrêter le père ? Maintenant, imaginez la même scène, sauf que cette fois, l’attaquant est un officier de police de l’Ohio et la victime est Richard Hubbard III, qui a connu une telle attaque en 2017 telle que je viens de vous la décrire. Est-ce que ça change les choses ? Devez-vous laisser l’agent de police tuer probablement Hubbard plutôt que d’intervenir ?

La plupart des gens répondent par l’affirmative, convaincus qu’il ne nous est pas interdit d’arrêter des agents du gouvernement qui violent nos droits. Je trouve cela déroutant. De ce point de vue, mes voisins peuvent supprimer notre droit de légitime défense et notre droit de défendre d’autres personnes en accordant un mandat à une personne ou en adoptant une mauvaise loi. De ce point de vue, nos droits à la vie, à la liberté, à une procédure régulière et à la sécurité des personnes peuvent disparaître grâce à une manoeuvre politique ou même lorsqu’un policier passe une mauvaise journée.

La même violence peut s’appliquer contre des criminels et les agents gouvernementaux

Dans When All Else Fails: The Ethics of Resistance to State Injustice (qui paraitra en 2019), je soutiens plutôt que nous pouvons agir de manière défensive contre les agents du gouvernement dans les mêmes conditions que celles que nous appliquons aux civils. À mon avis, les agents civils et gouvernementaux sont sur un pied d’égalité et nous avons des droits identiques de légitime défense (et de défense des autres) contre les deux. Nous devrions présumer, par défaut, que les agents du gouvernement ne bénéficient d’aucune immunité spéciale contre la légitime défense, à moins que nous ne découvrions de bonnes raisons de penser le contraire. Mais il s’avère que les principaux arguments en faveur d’une immunité spéciale sont faibles.

Certaines personnes disent que nous ne pouvons pas nous défendre contre l’injustice du gouvernement parce que les gouvernements et leurs agents ont une «  ». (Par définition, un gouvernement a autorité sur vous si, et seulement si, il peut vous obliger à obéir : vous devez faire ce qu’il dit parce qu’il le dit). Mais l’argument de l’autorité ne fonctionne pas. C’est une chose de dire que vous avez le devoir de payer vos impôts, de vous présenter comme juré ou de respecter la limite de vitesse.

C’est une toute autre chose de montrer que vous êtes spécifiquement tenu de permettre à un gouvernement et à ses agents d’utiliser une violence excessive et d’ignorer vos droits à une procédure régulière. Une idée centrale du libéralisme est que l’autorité des gouvernements est limitée. En fait, la définition originaire du libéralisme, avant qu’il soit dévoyé, est que le citoyen et ceux qui gouvernent sont égaux devant la loi.

Se contenter de la méthode pacifique ?

D’autres disent que nous devrions résister à l’injustice du gouvernement, mais uniquement par des méthodes pacifiques. Nous devrions le faire, mais cela ne fait pas la différence entre la légitime défense contre des civils et le gouvernement. La doctrine de la légitime défense est toujours régie par une clause de nécessité : vous pouvez mentir ou utiliser la violence uniquement si nécessaire, c’est-à-dire quand les actions pacifiques ne sont pas aussi efficaces. Mais les méthodes pacifiques échouent souvent pour arrêter les actes répréhensibles. Eric Garner s’est plaint pacifiquement: « Je ne peux pas respirer », jusqu’à ce qu’il ait rendu son dernier souffle.

Un autre argument est que nous ne devrions pas agir comme des justiciers. Mais invoquer ce point ici méconnaît le principe antimilice, selon lequel, lorsqu’il existe un système de public viable, vous devez vous en remettre aux agents publics qui tentent, de bonne foi, d’administrer la . Donc, si les flics tentent d’arrêter une agression, vous ne devriez pas vous interposer. Mais s’ils ignorent ou ne peuvent pas arrêter une agression, alors vous pouvez intervenir. Si les policiers eux-mêmes sont les agresseurs, comme dans une confiscation civile injuste, le principe antimilice ne vous interdit pas de vous défendre. Il insiste sur le fait que vous devez vous en remettre à des agents plus compétents du gouvernement lorsqu’ils rendent la justice, sans que vous deviez les laisser commettre des injustices.

Quand est-ce que la légitime défense est justifiée ?

Certaines personnes trouvent ma thèse trop dangereuse. Ils prétendent qu’il est difficile de savoir exactement quand la légitime défense est justifiée; que les gens font des erreurs, en résistant quand ils ne devraient pas. Peut-être. Mais c’est également le cas de la légitime défense contre les civils. Personne ne dit que nous n’avons pas le droit de nous défendre entre nous, car il est difficile d’appliquer le principe. Certains principes moraux sont difficiles à appliquer.

Cependant, cette objection prend le problème à l’envers. Dans la vraie vie, les gens sont trop déférents et conformistes face à l’autorité gouvernementale. Ils sont bien trop disposés à électrocuter des sujets expérimentaux, à gazer des Juifs ou à bombarder des civils quand on leur ordonne de le faire, et réticents à lutter contre l’injustice politique. Au contraire, la thèse dangereuse, la thèse selon laquelle la plupart des gens commettront une erreur d’application erronée, est que nous devrions nous en remettre aux agents du gouvernement lorsqu’ils semblent agir injustement. N’oubliez pas que la légitime défense contre l’État consiste à mettre fin à une injustice immédiate et non à réparer des règles enfreintes.

La violence est parfois nécessaire pour amorcer un processus de non violence

Bien sûr, la stratégique est généralement le moyen le plus efficace d’induire un changement social durable. Mais nous ne devrions pas supposer que la stratégique du type pratiqué par King fonctionne toujours seule. Deux livres récents, This Nonviolent Stuff’ll Get You Killed (2013) de Charles Cobb Jr et We Will Shoot Back (2013) d’Akinyele Omowale Umoja, montrent que la dernière phase non-violente de l’activisme américain des a réussi (dans la mesure du possible), seulement parce que, dans les phases précédentes, les Noirs se sont armés et ont riposté en légitime défense.

Une fois que les foules meurtrières et la police blanche ont appris que les Noirs ripostaient, ils se sont tournés vers des formes d’oppression moins violentes et les Noirs ont à leur tour commencé à utiliser des tactiques non violentes. Le subterfuge défensif, la tromperie et la violence sont rarement les premiers recours, mais cela ne signifie pas qu’ils ne sont jamais justifiés.

Traduction d’un article sur Aeon par Jason Brennan, professeur adjoint de stratégie, d’économie, d’éthique et de politique publique à l’université de Georgetown.

When All Else Fails: The Ethics of Resistance to State Injustice (English Edition) (Format Kindle)

Why you have the right to resist unjust government

The economist Albert O. Hirschman famously argued that citizens of democracies have only three possible responses to injustice or wrongdoing by their governments: we may leave, complain, or comply. But in When All Else Fails, Jason Brennan argues that there is a fourth option. When governments violate our rights, we may resist. We may even have a moral duty to do so.

For centuries, almost everyone has believed that we must allow the government and its representatives to act without interference, no matter how they behave. We may complain, protest, sue, or vote officials out, but we can’t fight back. But Brennan makes the case that we have no duty to allow the state or its agents to commit injustice. We have every right to react with acts of “uncivil disobedience.” We may resist arrest for violation of unjust laws. We may disobey orders, sabotage government property, or reveal classified information. We may deceive ignorant, irrational, or malicious voters. We may even use force in self-defense or to defend others.

The result is a provocative challenge to long-held beliefs about how citizens may respond when government officials behave unjustly or abuse their power.


By (author):  Jason Brennan

Neuf: 0 Non disponible
Release date: December 11, 2018.

buy now

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de vote)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *