Pourquoi le démoniaque reste-t-il dans son coin confortable de l’enfer ?

Le démoniaque est un histoire fascinante de la Bible et elle nous force à nous plonger dans nos souffrances personnelles et parfois, de s’aperçevoir qu’il n’y a aucun moyen de s’en sortir.


Le démoniaque est un histoire fascinante de la Bible et elle nous force à nous plonger dans nos souffrances personnelles et parfois, de s'aperçevoir qu'il n'y a aucun moyen de s'en sortir.

Je ne suis pas ce que l’on pourrait appeler un homme religieux. Je suis allé à l’église, puis à la classe de confirmation, sous la contrainte. Ma mère, que je considérais secrètement comme étant plus puissante que Dieu, a insisté pour que j’y aille. Alors je suis allé. Son insistance, cependant, eut la conséquence inattendue de me présenter à un pasteur que je méprisais. Alors j’ai fini par arrêter.

Le démoniaque de la Bible

Ce pasteur avait beaucoup de problèmes, mais celui qui me dérangeait le plus était son refus d’expliquer une histoire du Nouveau Testament que je trouvais particulièrement difficile à croire: l’histoire du démoniaque.

Cette histoire de Marc 5: 1-20 raconte comment Jésus et les disciples se rendent dans la ville de Gerasenes et y rencontrent un homme possédé par les mauvais esprits. Ce démoniaque, un exclu de la société, vivait à la périphérie de la ville et nuit et jour, entre les tombeaux et dans les collines, il criait et se coupait avec des pierres. Mais la partie la plus grossière de l’histoire n’est pas l’automutilation. C’est le refus insensé du démoniaque d’accepter de l’aide. Quand Jésus s’approcha de lui, le démoniaque se jeta à terre et cria: Que veux-tu avec moi? Au nom de Dieu, ne me torturez pas ! Lorsque vous êtes possédé par de mauvais esprits, la pire chose au monde est d’être guéri. En bref, le démoniaque dit à Jésus de s’éclipser, de le laisser, lui et ses petites pierres tranchantes, dans son confortable coin d’.

Le refus d’être guéri

Lorsque j’ai lu cette histoire du démoniaque pour la première fois, j’étais effrayé, mais je me suis finalement convaincu que la parabole était une tentative manipulatrice de persuader des non-croyants comme moi de trouver la . Et je n’y croyais pas. Mais quand je suis entré à l’université, que je suis entré en philosophie et que j’ai commencé à cultiver un que l’on pourrait appeler d’athéisme, j’ai découvert que plus d’un avait été attiré par cette histoire effrayante. Alors j’ai jeté un second coup d’oeil.

Le philosophe danois , qui a passé des années à analyser les dimensions psychologiques et éthiques du démoniaque, nous dit qu’être démoniaque est plus courant que nous ne voudrions l’admettre. Il fait remarquer que lorsque Jésus guérit le possédé, les esprits sont exorcisés en masse, s’envolant ensemble sous le nom de Légion, une vaste armée de forces perverses. Il y a suffisamment de petits démons, ce qui explique pourquoi ils viennent dans des endroits plutôt banals. Kierkegaard a déclaré: On peut entendre l’ivrogne dire : Laissez-moi être la saleté que je suis. Ou laissez-moi seul avec ma bouteille et laissez-moi gâcher ma vie. Je l’ai d’abord entendu de mon père, puis d’un nombre croissant d’amis proches, et plus récemment d’une voix qui m’empêche de dormir la nuit lorsque tout le monde dort.

Chacun s’auto-mutile à sa manière

Ceux qui sont le plus durement touchés sont souvent précisément ceux qui sont le moins en mesure de reconnaître leur souffrance ou de se sauver eux-mêmes. Et ceux qui ont les ressources pour se sauver sont généralement déjà sauvés. Comme le suggère Kierkegaard, la vertu de sobriété convient parfaitement à celui qui est déjà sobre. Bien manger est une seconde nature pour celui qui est déjà en bonne santé; économiser de l’argent est une évidence pour celui qui est déjà riche; Dire la vérité est la bonne habitude de quelqu’un qui est déjà honnête. Mais pour ceux qui sont aux prises avec une crise ou un péché, s’en sortir n’a généralement aucun sens. Les pierres tranchantes peuvent prendre diverses formes.

Dans The Concept of Anxiety (1844), Kierkegaard nous dit que la nature essentielle du démoniaque est l’inquiétude pour le bien. Je suis stressé par beaucoup de choses, sur les examens, les araignées, le fait de dormir, mais Kierkegaard explique que le sentiment que j’ai à propos de ces choses désagréables n’est pas du tout une angoisse. C’est la peur. L’inquiétude, par contre, n’a pas d’objet particulier. C’est le sentiment de malaise que l’on a au bord d’une falaise, ou qui grimpe dans une échelle ou qui pense aux perspectives d’un avenir complètement ouvert, ce n’est pas une peur en soi, mais le sentiment que nous avons face à une possibilité. C’est le sentiment troublant de liberté. Oui, la liberté, le plus précieux des mots d’ordre modernes, est profondément troublante.

Une vie libre comme une torture

Qu’est-ce que cela a à voir avec notre démoniaque ? Tout. Kierkegaard explique que le démoniaque reflète une non-liberté qui veut se fermer; lorsqu’il est confronté à la possibilité d’être guéri, il ne veut pas en entendre parler. La vie libre offerte par Jésus est, pour le démoniaque, une pure torture. J’ai souvent pensé que c’était le destin des personnages de la pièce Huis clos (1944) de Jean-Paul Sartre: ils sont toujours libres de partir, mais partir paraît impossible.

Pourtant, Jésus réussit à sauver le démoniaque. Et je voulais que mon pasteur me dise comment. À l’époque, j’avais considéré que la plupart des miracles de la Bible étaient de l’exagération, de l’interprétation ou de la licence poétique. Mais la guérison du démoniaque, contrairement au pain et au poisson et à la résurrection, semblait vraiment fantastique. Alors, comment Jésus l’a-t-il fait ? Mon pasteur n’a pas donné de bonnes réponses, j’ai donc quitté l’Église. Et ne suis jamais revenu. Mais aujourd’hui, je veux toujours savoir.

Les distractions face au paradoxe religieux

Je ne suis pas ici pour expliquer le salut du démoniaque. Je ne suis ici que pour constater, aussi soigneusement que possible, que cette situation démoniaque est un problème. En effet, je soupçonne que c’est le problème pour beaucoup, beaucoup de lecteurs. Le démoniaque reflète ce que les théologiens appellent le paradoxe religieux, à savoir qu’il est impossible aux êtres humains déchus, de telles créatures folles, de partir jusqu’au ciel. Toutes les ressources de rédemption à notre disposition sont probablement aussi bâclées que nous le sommes.

Il existe de nombreuses façons de nous distraire de ce paradoxe et nous sommes très doués pour les fabriquer: les films et l’alcool, Facebook et toutes les fixations et obsessions de la vie moderne. Mais à la fin de la journée, ceux-ci offrent pitoyablement peu de confort.

Donc, cette année, alors que le Nouvel An se retire de la mémoire et que l’obscurité de l’hiver persiste, je prends une résolution: je vais essayer de ne pas prendre part à toutes les fuites habituelles. Au lieu de cela, je vais essayer de rester simplement assis avec le sort du démoniaque, de mijoter, comme disait ma mère, pendant une minute ou deux de plus.

Dans son essai Self-will (1919), l’auteur allemand l’exprimait ainsi: Si vous et vous… souffrez, si vous êtes malade dans votre corps ou dans votre âme, si vous avez peur et craignez le danger, alors pourquoi, ne serait-ce que pour s’amuser… ou d’essayer de poser la question d’une autre manière ? Pourquoi ne pas demander si la source de votre douleur n’est peut-être pas vous-même ? Je n’atteindrai pas mes pierres démoniaques bien connues, ensanglantées et réconfortantes. Je vais demander pourquoi j’ai besoin d’elles en premier lieu. Quand je le ferai et que je tenterais de surmonter la souffrance sous-jacente du démoniaque, alors je pourrais remarquer que je ne suis pas le seul concerné.

Quand je le ferai, lorsque je lâcherai ce qui, à mon avis, va atténuer mes souffrances, je pourrais peut-être remarquer que je ne suis pas seul dans mon anxiété. Et peut-être que cette récompense est suffisante. Peut-être que c’est la liberté et c’est le meilleur que je puisse espérer.

Traduction d’un article par John Kaag, professeur de philosophie à l’université du Massachusetts

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, average: 2,33 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *