L’interdiction de parole est parfois une position justifiable

Le No-Plateforming consiste à empêcher quelqu’un de participer à un débat public, car son opinion est dangereuse ou inacceptable. Au delà de l’aspect manichéen du pour et contre la liberté d’expression, c’est un sujet plus complexe et en appelle aux différents types de preuves et argumentations.


Une manifestante de la Westboro Baptist Church, une organisation réputée pour ses positions racistes et violentes
Une manifestante de la Westboro Baptist Church, une organisation réputée pour ses positions racistes et violentes

La discussion sur le No-plateforming est souvent présentée comme un débat entre les partisans de la liberté d’expression, qui pensent que la seule réponse appropriée à une mauvaise parole est davantage de parole et ceux qui pensent que la parole peut être nuisible. Je pense que cette façon de structurer le débat n’est qu’à moitié vrai. Les défenseurs du discours ouvert insistent sur les preuves, mais ils négligent la manière dont la fourniture d’une plate-forme fournit elle-même des preuves.

L’interdiction de participer à un débat public (No-plateforming)

On parle de No-Plateforming quand une personne est empêchée de contribuer à un débat public, que ce soit par des moyens politiques ou par des manifestations, au motif que ses convictions sont dangereuses ou inacceptables. Les défenseurs du discours ouvert mettent en lumière ce que nous pourrions appeler des preuves de premier ordre: des preuves pour et contre les arguments avancés par les orateurs. Mais ils négligent les preuves d’ordre supérieur.

Les preuves d’ordre supérieur sont des preuves de la formation des croyances. Nous modérons souvent notre confiance en nos croyances à la lumière de preuves d’un ordre plus élevé. Par exemple, vous pouvez trouver les arguments, en faveur de la réservation de billets d’avion pour Las Vegas, convaincants à l’heure actuelle, mais vous hésitez parce que vous êtes ivre. Le fait que vous soyez en état d’ébriété est une preuve de rang supérieur: c’est la preuve que vous ne traitez peut-être pas bien la preuve de premier ordre. Le cas pour aller à Las Vegas ne semblera peut-être pas aussi convaincant le matin.

La preuve d’ordre supérieur

Les preuves d’ordre supérieur ont fait l’objet de nombreuses discussions dans l’épistémologie contemporaine, sous le titre de l’importance épistémique du désaccord. Voici un exemple familier: vous et un ami avez décidé de diviser l’addition de votre repas par deux. Chacun de vous additionne séparément tous les items que vous aviez tous les deux, en utilisant les prix indiqués dans le menu (la facture prend un temps fou à arriver) et vous divisez le total par deux.

Vous en concluez que vous devez chacun 34 dollars, mais l’autre personne pense que le montant exact est de 36 dollars. Vous savez que vous êtes plus ou moins aussi fiable en calcul mental. Dans ce cas, vous avez facilement sous la main toutes les preuves de premier ordre pertinentes, mais lorsque vous découvrez le désaccord, vous devriez réduire la confiance en votre réponse. Après avoir découvert que votre ami est en désaccord, vous devriez revérifier le calcul. Au moins l’un d’entre vous a commis une erreur et vous n’avez pas plus de raison de penser que c’est l’autre personne. Donc, vous devriez réduire votre confiance en votre .

L’endroit où on prend la parole

Une invitation à prendre la parole sur un campus universitaire, un événement prestigieux ou rédiger un article d’ pour un journal constitue (à première vue) une preuve irréfutable. C’est la preuve que l’orateur est crédible et qu’elle a une opinion qui mérite une audience respectueuse. Cela atteste généralement de l’expertise et l’expertise est une preuve irréfutable que l’opinion de la personne devrait recevoir un poids particulier (prenons un cas tel que celui de l’addition de restaurant ci-dessus, mais maintenant, le calcul en cause est difficile, et le différend vous oppose à un doctorat en mathématiques. Il est clair que vous devriez penser qu’il est beaucoup plus probable que vous ayez commis une erreur et non l’autre personne.

Les épistémologues ont fait remarquer que nous pouvons parfois rester fidèles à nos convictions face au désaccord, car la meilleure explication de son désaccord avec moi est que l’autre personne n’est pas compétente en la matière, qu’elle ne plaisante pas ou ne me trompe pas. Une invitation à prendre la parole devant un lieu crédible est la preuve que la personne est compétente et sincère. Il fournit donc une preuve pesante d’ordre supérieur.

Le cas des documentaires dangereux

Une invitation à prendre la parole confère de la crédibilité, car elle choisit quelqu’un, parmi la grande foule de conférenciers potentiels, comme la personne que nous devrions entendre. La crédibilité découle à la fois du fait de la sélection et du prestige du lieu où ils sont choisis pour parler. L’auto-sélection ne confère aucune crédibilité. Si je monte sur une tribune dans un jardin public, je le choisis moi-même et aucune crédibilité supplémentaire ne m’est conférée (le cas échéant, parler dans ce genre de lieu de parole confère une preuve négative d’ordre supérieur: les gens pourraient penser que je suis un fou et que je me prend pas au sérieux). La force de la preuve de rang supérieur conférée par une invitation dépend du prestige du lieu. Invité à donner une conférence TED confère une grande crédibilité, l’organisation étant si prestigieuse et des informations factuelles sur la procédure de sélection.

Pour voir comment cela se passe dans la pratique, considérons la controverse autour du documentaire Root Cause (2019), qui colporte la vision discréditée selon laquelle les thérapies endodontiques (un type de soin dentaire) causent le cancer. Le documentaire est disponible sur Netflix et Amazon. Dans une interview avec The Guardian récemment, la spécialiste des médias Erica Austin de la Washington State University a déclaré que contrairement à YouTube où le contenu est généré par l’utilisateur, la disponibilité sur ces sites confère de la crédibilité au documentaire.

La notion de preuves selon les plateformes où on s’exprime

Etre sur YouTube, c’est comme monter sur ma tribune dans un jardin public: aucune auto-sélection ne me confère une crédibilité supplémentaire. Mais être sélectionné pour Netflix ou Amazon confère une certaine crédibilité. Bien entendu, Netflix et Amazon ne sont pas très sélectifs et la crédibilité conférée est assez minime. Être invité à prendre la parole dans une université confère beaucoup plus de crédibilité.

Une preuve d’ordre supérieur est une preuve réelle. Il est rationnel de réagir à des preuves de niveau supérieur en modérant notre confiance en nos croyances, voire même en les abandonnant parfois (comme lorsque je me trouve en désaccord avec quelqu’un qui a beaucoup plus de compétences que moi). Les défenseurs du No-Plateforming peuvent donc invoquer des considérations épistémiques en faveur de leur point de vue.

Une interdiction justifiée de la parole

Ils peuvent raisonnablement faire valoir qu’inviter quelqu’un à donner des arguments mauvais ou faux génère des preuves trompeuses et nous devrions éviter de générer des preuves trompeuses. Si une personne est susceptible de parler en faveur d’une opinion que nous savons être fausse, nous avons des raisons de lui interdire de prendre la parole, car nous savons que lui fournir une plate-forme suffit pour donner une preuve de rang supérieur en faveur de cette opinion.

Fait important, il est extrêmement difficile de réfuter des preuves de rang supérieur. Si mon université donne une plateforme à un climato-sceptique, elle fournit des preuves de rang supérieur en faveur de son point de vue. L’université ne réfute pas cette preuve d’ordre supérieur en invitant un autre orateur à l’équilibrer plus tard, ou si elle est sujette à une réponse dévastatrice de la salle. Nous pouvons réfuter son affirmation selon laquelle le réchauffement climatique ne se produit pas, mais nous ne pouvons pas réfuter son affirmation selon laquelle l’invitation atteste de mon expertise.

La faiblesse de la preuve

Bien entendu, l’invitation n’est qu’une preuve prima facie d’ordre supérieur. Si nous découvrons qu’elle a été invitée uniquement parce qu’elle a fait un don important à l’école ou parce qu’elle est la cousine du doyen, cette preuve est considérablement affaiblie. C’est ce type de considération, et non l’argument rationnel, qui réfute les preuves de rang supérieur.

Nous réfutons les preuves de rang supérieur en utilisant des approches que beaucoup d’arguments du discours ouvert déplorent, car elles ne traitent pas de la preuve de premier ordre. Une attaque ad hominem (financée par l’industrie pétrolière, il est raciste, etc) ou une atteinte à la crédibilité de ceux qui lui ont fourni une tribune ne répondent pas à ses arguments, mais ils constituent souvent des réponses appropriées à des preuves plus poussées.

La liberté d’expression est vraiment précieuse. La est produite à travers l’ et le débat et les bonnes sociétés permettent l’expression de la dissidence. La suppression de la parole entraîne des coûts. Mais le fait que qu’une plate-forme fournisse des preuves d’ordre supérieur en faveur d’une opinion implique qu’il existe des considérations épistémiques des deux côtés de ce débat.

Lorsque nous avons de bonnes raisons de penser que la position défendue par un orateur potentiel est erronée, nous avons une raison épistémique en faveur d’une interdiction de parole. Nous pouvons être certains que lui fournir une plate-forme produira des preuves en faveur de son point de vue et ce sera très difficile à réfuter (et qui ne peut pas être réfuté par argument). Et au moins, cette considération suffira à justifier le refus de fournir une tribune aux orateurs.

Traduction d’un article d’Aeon par Neil Levy, chercheur senior à l’Oxford Uehiro Center for Practical Ethics et professeur de philosophie.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *