Comment la poésie d’Erasmus Darwin a prédit la Théorie de l’Evolution

Tout le monde connait Charles Darwin. Mais son grand-père, Erasmus Darwin, a prophétisé la théorie de l’évolution. Il était considéré comme l’un des plus grands poètes de son temps.


Tout le monde connait Charles Darwin. Mais son grand-père, Erasmus Darwin, a prophétisé la théorie de l'évolution. Il était considéré comme l'un des plus grands poètes de son temps.
Erasmus Darwin - Wikimedia

Bien qu’il soit décédé avant même la naissance de son petit-fils Charles, avait anticipé la théorie de l’évolution par le biais d’une , bien que sous une forme poétique. Dans The Temple of Nature (1803), publié à titre posthume, il écrit :

La vie organique sous les vagues sans rivage
Est né et a grandi dans les grottes perlières de l’océan;
Premières formes minuscules, invisibles par le verre sphérique,
Déplacez-vous dans la boue ou percez la masse aqueuse;
Ceux-ci, à mesure que les générations successives fleurissent,
De nouveaux pouvoirs s’acquièrent et des membres plus grands s’assument;
D’où d’innombrables groupes de végétation jaillissent,
Et respirant des royaumes des nageoires, des pieds et des ailes.

Ce verset démontre la prescience des arts imaginatifs, comment les rêves poétiques peuvent préfigurer la réalité empirique. Il est juste d’admettre que les contributions d’Erasmus n’avaient pas la spécificité de son petit-fils et que la pensée évolutive remonte à l’antiquité, mais qu’il s’agissait d’une nouvelle façon d’anticiper la sélection naturelle. La poésie a un potentiel non réalisé, non seulement pour célébrer et décrire la nature, mais aussi comme une manière intégrale de penser de la nature.

Erasmus occulté par Charles

Dans The Genius of Erasmus Darwin (2005), UC Smith et Robert Arnott décrivent le médecin, le naturaliste et le poète comme étant le « Léonard anglais ». Pourtant, ce Darwin mérite souvent une simple note de bas de page dans la biographie de son petit-fils. Dans The Poetry of Erasmus Darwin: Enlightened Spaces, Romantic Times (2013), Martin Priestman remarque que peu d’écrivains peuvent être aussi pénalisés par un nom de famille qui appartient si clairement à un autre.

Alors que le jeune Darwin fournissait le mécanisme scientifique de l’évolution et une lecture rapide de l’origine des espèces (1859) montre qu’il était un styliste habile, son grand-père a accompli quelque chose d’exemplaire. Charles a énuméré les détails de l’évolution, mais Erasmus en a anticipé les grandes lignes. Le jeune Darwin écrivait en prose et l’aîné l’imaginait dans la poésie, sans doute le brouillon le plus important des vers scientifique en anglais, un genre malheureusement négligé.

Le Temple de la Nature d’Erasmus Darwin

La réputation d’Erasmus Darwin reposait sur son texte biologique Zoonomia (1794-1796), sa politique radicale englobant l’abolitionnisme et le droit de vote des femmes et sa poésie dans The Botanic Garden (1791) où il popularisa le système de classification biologique de Carl Linnaeus, faisant pour lui ce qu’Alexander Pope a fait pour Isaac Newton.

Mais le Temple de la Nature, une épopée sur l’histoire de l’univers, était son chef-d’œuvre. Desmond King-Hele, dont la biographie Erasmus Darwin: A Life of Unequalled Achievement (1999) reste la norme, affirme qu’il était le plus grand édifice imaginatif de l’histoire du monde, car il était le premier à en arriver à exprimer pleinement et exposer une vision presque correcte du développement de la vie sur Terre.

Le Temple de la Nature est prophétique. Il décrit un Big Bang il y a des milliards d’années et la vie organique issue d’une soupe primordiale, mise en œuvre selon un processus régulé par la guerre, la peste, la maladie et la pénurie qui balayent les myridades du superflu sur Terre. Les deux longs poèmes de Darwin ont été écrits dans le but de placer l’imagination sous le signe de la science, ce qui en fait l’un des seuls poètes à se consacrer à la science comme l’expliquent Smith et Arnott.

Le mélange de la poésie et de la science

Cependant, c’est une erreur de lire la poésie de Darwin comme un simple exercice du ver de mirliton de la vulgarisation. Le savant Stuart Harris note que Darwin était le terrain d’entente entre la poésie et la science. Dans des épopées telles que The Temple of Nature, il est plus juste de dire avec Smith et Arnott que l’empirisme et le verset abordent la condition de l’unité: et à travers elle, la poésie exprime une véritable science contemporaine. Comme le philosophe Francis Bacon du 17ème siècle, Darwin était un défenseur infatigable de la méthode scientifique.

King-Hele souligne que Darwin était reconnu partout comme le plus grand poète anglais du monde, une figure qui est presque devenue comme le poète officiel. Ce n’est qu’au 20ème siècle que les historiens ont reconnu l’importance de Darwin à son époque. Samuel Taylor Coleridge, qui méprisait la poésie de Darwin, le désignait toujours comme le premier personnage littéraire en Europe et l’homme le plus original, tandis que pour le romancier gothique Horace Walpole, ses vers était le plus beau des poèmes.

Au moment où les Lumières passèrent au romantisme, la réputation littéraire de Darwin s’en trouva affectée par son attachement au classicisme augustien comme à une lecture archaïque. Priestman écrit que Darwin a souvent été amené à représenter l’aspect de l’avant comme une sorte de publicité avant-après pour le romantisme.

Un poète méconnu et méprisé

Malgré cela, la spécialiste en littérature Jenny Uglow note que Le Temple de la Nature était un trésor étincelant d’images et d’idées… pillé par Shelley, Coleridge et Wordsworth. Même s’ils s’appropriaient ses images, les deux derniers proposaient à Darwin de ne pas parler de sa vaillance et de sa phraséologie stupide dans leurs Lyrical Ballads (1798). Le poète scientifique aurait pu être un homme original, mais, pour Coleridge, j’ai la nausée face au poème de Darwin.

King-Hele a déploré que les académiciens littéraires actuels… aiment enterrer Darwin… en tant que dernier de cette race en voie de disparition, les poètes au 18ème siècle à couplets rimés. La prosodie de Darwin évoque les mètres mesurés et parcimonieux et les schémas de rimes des poètes un demi-siècle plus tôt, mais King-Hele souligne que le fait d’ignorer son vers est inacceptable. Uglow décrit comment les vers de Darwin forment un arc entre deux époques, la dernière floraison exubérante de l’expérience des Lumières et de l’optimisme, mais aussi un recueil du mouvement romantique naissant. Le chaînon manquant de l’histoire littéraire du XVIIIe siècle, l’équivalent poétique d’un australopithèque.

Une grande tradition de la poésie scientifique avec Lucrèce ou Ovide

Bien que de forme classique, le contenu de Darwin était radical, un verset qui prend la transformation naturelle à sa base. Il a des précédents, l’ancien roman de Lucrèce sur la nature des choses en est un exemple évident. Affirmant que « les yeux ne peuvent pas voir les premiers commencements de choses », les conceptions épicurienne et matérialiste de Lucrèce semblent modernes, avec Sur la nature des choses promouvant l’empirisme et une physique atomiste (et une éthique laïque connexe). Lucrèce écrit : « La vie est une longue lutte dans le noir« , ce qui résonne dans « la mort, la nuit et le chaos se mélangent » de Darwin. Des sentiments qui font référence à la fois à l’inscrétabilité du savoir et à la brutalité de la vie.

De plus, les Metamorphoses d’Ovide a une apparence évolutive à son sujet mythologique, où le sentiment que tout est modifié, rien ne meurt reflète une sorte de panthéisme écologique darwinien. Ovide et Darwin voient tous les deux l’immanence dans la nature, où tous les écosystèmes sont dépendants, mais cela, loin d’impliquer les doctrines surnaturelles de la résurrection, est une immortalité implicite dans le matérialisme, défendue par la décomposition. Comme Darwin écrit:

De là, quand un monarque ou un champignon meurt

Mais, comme quelques heures ou années courtes tournent

Revienne à la nouvelle vie des insectes non numérotés,

De nouveaux boutons entourent la plante microscopique.

Ailleurs, j’ai soutenu que des poètes tels que John Milton et Walt Whitman pourraient être classés dans la catégorie scientifiques. Pourtant, Darwin n’est vraiment qu’un mouvement. Des arguments pourraient être avancés à propos de l’imagerie scientifique du pape à Emily Dickinson, mais le vers de Darwin est singulier, car rien n’est proche du Jardin botanique et en particulier du Temple de la nature quant à la détermination du poète à explorer la science empirique. Darwin ne chercha pas à avoir une métaphore de la nature, la nature était la chose proprement dite.

Il est ironique que la plus grande encapsulation poétique de l’évolution ait été écrite avant l’existence d’une théorie réelle de la sélection naturelle. La littérature anticipe et prépare; elle peut envisager des possibilités non réalisées. La fantaisie poétique préfigure la prose scientifique. Si jamais une époque a nécessité l’imagination poétique scientifique, c’est bien la nôtre. À une époque qui a besoin de cette guérison et de cette sagesse sur le monde naturel, nous avons également besoin de poètes capables de relever le défi, capables de chanter une chanson sur l’évolution, le changement climatique. Dans un sens faible, mais optimiste, ils peuvent peut-être guérir le monde.

Traduction d’un article sur Aeon par Ed Simon, auteur pour le site The Millions et un éditeur chez Berfrois. Il est l’auteur d’America and Other Fictions.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *