La manifestation ne suffit pas pour renverser un dictateur: l’armée doit aussi changer de camp

Seul le changement de camp de l’armée détermine si une révolution va réussir ou non. Mais pourquoi des militaires changeraient-ils de camp est une autre histoire.


Des soldats armés portent une bannière où on peut lire "Communisme" dans la rue Nikolskaïa, Moscou, octobre 1917 - Wikipédia
Des soldats armés portent une bannière où on peut lire "Communisme" dans la rue Nikolskaïa, Moscou, octobre 1917 - Wikipédia

Que faut-il pour renverser un ? Réfléchissant sur cette question en exil, Léon Trotsky a écrit dans Histoire de la révolution russe (1930) :

Il ne fait aucun doute que le sort de chaque à un moment donné est décidé par une rupture dans la disposition de l’. Ainsi, dans les rues et les places, par les ponts, aux portes de la caserne, se déroule une lutte incessante, désormais dramatique, maintenant imperceptible, mais toujours une lutte désespérée pour le coeur du soldat.

Les manifestations de masse sont voués à l’échec

Aussi solitaire que puisse paraître le pouvoir d’un dirigeant autoritaire, les dictateurs ne règnent jamais seuls. Lorsque les forces de l’ordre renoncent au devoir ou aux rebelles, le régime s’effondre. Quand ils restent fidèles, le régime reste debout. Les manifestations de masse ne suffisent jamais.

Pendant la révolution tunisienne, la mutinerie qui a finalement conduit le président Zine el Abidine Ben Ali à la fuite du pouvoir le 14 janvier 2011 a commencé dans une unité de police d’élite exceptionnellement déployée pour protéger le ministère de l’Intérieur contre la plus grande à ce jour. Lorsque les manifestants se sont dirigés vers le palais présidentiel, la désobéissance s’est étendue aux autres forces de sécurité et Ben Ali a été contraint de s’enfuir quelques heures plus tard. Lorsque la police s’est retournée, le régime est tombé.

Mais on comprend mal pourquoi les forces militaires et de police décident de suivre une ligne de conduite plutôt qu’une autre. Les principales explications de la défection militaire lors des soulèvements révolutionnaires mettent l’accent sur les intérêts personnels ou professionnels. Dans cette logique, les griefs incitent à l’action des officiers rebelles, qui espèrent un meilleur accord dans un nouveau système politique. Les loyalistes, quant à eux, cherchent à préserver leurs avantages matériels.

Les militaires agissent à leurs avantages… comme tout le monde

Derrière ce réalisme hobbesien farfelu, l’argument repose sur un simple récit de bon sens: les gens font ce qui leur est le plus avantageux. La réclamation est attrayante lorsqu’elle est faite à distance et avec le recul. Mais il a du mal à expliquer pourquoi des hommes qui ont consacré leur carrière au service d’un gouvernement et qui ont forgé leur identité professionnelle sur un socle disciplinaire finiraient par se retourner et commettre l’insubordination. L’argument ne nous dit pas comment les membres des forces armées et de sécurité parviennent à modifier leur compréhension de leurs intérêts face à des troubles de masse.

La décision de se rebeller est loin de la mise en œuvre d’intérêts matériels évidents et bien compris. Il est également facile d’ignorer à quel point un dilemme éthique peut poser une répression massive aux soldats et aux policiers professionnels. Prenons le cas d’un pays en pleine révolte. Des dizaines ou des centaines de milliers de manifestants envahissent les rues de sa capitale.

Le dirigeant autoritaire ne peut plus compter sur sa police secrète et ses unités anti-émeute. Il doit mobiliser les forces de réserve, qui portent généralement des munitions réelles et n’ont ni formation ni expérience en matière de gestion de la foule. Ces hommes sont confrontés à un choix difficile. La défense du régime est au prix d’une effusion de sang massive. Le devoir ou la rébellion sont menacés de cour martiale et de mort.

Un dilemme éthique et individuel

Même pour ceux qui ont l’expérience de la répression, être forcé de tuer des dizaines ou des centaines d’innocents est souvent une perspective profondément désagréable. Le dilemme est d’abord éthique et individuel: il trahit un choix difficile entre servir son gouvernement et servir son pays. Mais cela devient vite collectif. Lorsqu’un officier se rend compte qu’il n’est pas seul dans son dilemme, il commence à se demander si ses collègues vont suivre les ordres. De ce doute émerge la possibilité de sa propre désobéissance.

Des mutineries militaires et policières éclatent rarement face à de petites manifestations, mais elles surviennent de manière fiable lorsque les soulèvements révolutionnaires atteignent une masse critique, rendant à une échelle démesurée la seule option de survie du gouvernement. En 2019, des manifestants dispersés au Soudan ont défié les forces de sécurité pendant plus de trois mois sans provoquer de défections à grande échelle; mais lorsque l’opposition s’est réunie le 6 avril devant le siège de l’armée, les soldats ont vacillé.

Le deuxième jour, ils ont protégé les manifestants contre les milices loyalistes. Et le 12 avril 2019, l’appareil militaire et de sécurité s’est retourné contre le président Omar al-Bashir. Les rébellions qui commencent lors des soulèvements se propagent souvent comme une traînée de poudre dans l’appareil militaire et de sécurité.

Le changement de camp peut se faire en quelques minutes

La révolution russe de 1917 a commencé lorsque le Régiment de sauveteurs Volynski a refusé de « continuer à servir de bourreaux« , comme l’a dit l’historien soviétique E. Burdzhalov en 1967; la mutinerie se propagea ensuite rapidement dans les régiments voisins à Petrograd. Burdzhalov a écrit qu’au soir aucun général tsariste n’aurait pu prendre en charge la situation pour sauver l’autocratie. Ce serait toutefois une erreur de lire cette dynamique principalement comme des symptômes de griefs répandus et de longue date au sein des forces armées et de sécurité.

A la place, ils doivent davantage aux tentatives des officiers de s’aligner sur un autre chef. Une fois que la mutinerie a commencé, la menace de violence fratricide entre les loyalistes et les rebelles pèse lourdement sur les calculs des officiers. Les prétendus loyalistes vont souvent de pair avec une mutinerie pour éviter les querelles internes. En Tunisie, le chef de la rébellion contre Ben Ali a rassemblé deux unités supplémentaires en prétendant agir sur ordre; quand ses collègues ont compris qu’il avait menti, ils sont restés à ses côtés au lieu de tourner les armes contre lui.

Quelques minutes plus tard, le responsable de la sécurité de Ben Ali, un loyaliste, a convaincu le président de monter à bord d’un avion à destination de l’Arabie saoudite, affirmant qu’il craignait un bain de sang. Dans d’autres cas, les rebelles potentiels s’abstiendront de se joindre à une mutinerie qui, selon eux, échouera.

L’explication par la théorie des jeux

En Chine, des troupes ont fraternisé avec des manifestants sur la place Tiananmen en 1989, alors que les officiers condamnaient publiquement la décision du gouvernement de proclamer la loi martiale. Malgré cette vacillation, aucun officier n’a pris l’initiative de monter une rébellion ouverte. Le gouvernement a réaffirmé l’initiative et a écrasé de manière décisive le .

Dans le langage de la théorie des jeux, de telles mutineries sont des jeux de coordination: des situations dans lesquelles des individus cherchent à suivre la même ligne de conduite au détriment de leurs propres préférences, car agir de manière contradictoire représente le pire résultat possible pour tous.

Chacun doit déterminer ce que les autres vont faire, c’est pourquoi les attentes, qui sont les croyances mutuelles sur ce qui va suivre, vont influencer le comportement de conduite. Que les mutineries dans les moments révolutionnaires réussissent ou échouent doit davantage à la capacité des rebelles à donner l’impression qu’ils vont réussir inéluctablement qu’aux griefs préexistants de leurs collègues.

Ce point a de profondes implications épistémologiques pour notre compréhension des résultats révolutionnaires. Les soulèvements commencent souvent de la même manière, mais empruntent des chemins très différents, allant des révolutions politiques à la restauration autoritaire, en passant par la guerre civile et les révolutions sociales.

Les analyses scientifiques sociales des révolutions cherchent généralement à surmonter les bouleversements d’événements pour mettre au jour des schémas de causalité souterrains liant des facteurs évoluant lentement, la composition des classes sociales, la structure de l’État, les conditions économiques, à des résultats différents.

Mais si les forces armées font ou brisent des révolutions et si leur position tient à des événements qui se produisent sur l’échelle temporelle des heures, voire des minutes, la valeur explicative de tels comptes rendus structurels des révolutions perd beaucoup de son avantage. Pour expliquer la divergence des pays, nous devons au contraire développer de meilleures théories concernant l’impact des événements révolutionnaires typiques, tels que les manifestations de masse, les défections et les mutineries.

Traduction d’un article sur Aeon par Jean-Baptiste Gallopin, PhD en sociologie de l’université de Yale.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, average: 3,50 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *