Soyez malin : On apprend davantage en faisant confiance

La baisse de confiance interpersonnelle, dans les médias et dans les autorités scientifiques est à son plus bas niveau. Mais en fait, on apprend davantage en faisant confiance.


Des membres des Castellers de Barcelona construisent une tour humaine à Tarragone, en Espagne, en octobre 2007 - Crédit : Maja Hitij/Getty
Des membres des Castellers de Barcelona construisent une tour humaine à Tarragone, en Espagne, en octobre 2007 - Crédit : Maja Hitij/Getty

Nous connaissons tous des personnes qui ont trop souffert de la : clients arnaqués, amants en colère, amis boudés. En effet, la plupart d’entre nous ont été trompés par une mal placée. Ces expériences personnelles et indirectes nous portent à croire que les gens ont trop confiance en eux et qu’ils frôlent souvent la crédulité. En fait, nous n’avons pas assez confiance en nous.

La confiance interpersonnelle et dans les médias

Prenez des données sur la confiance aux États-Unis (il en irait de même dans les pays démocratiques les plus riches du moins). La confiance interpersonnelle, qui permet de savoir si les gens pensent que les autres sont dignes de confiance, a atteint son niveau le plus bas depuis près de 50 ans. Pourtant, il est peu probable que les gens soient moins fiables qu’auparavant: la chute massive de la criminalité au cours des dernières décennies suggère le contraire. La confiance dans les médias est également au plus bas, même si les principaux médias ont un bilan impressionnant (sinon impeccable) d’exactitude.

Entre temps, la confiance dans la science a relativement bien résisté, la plupart des gens faisant confiance aux scientifiques la plupart du temps. Pourtant, dans certaines régions du moins, du changement climatique à la vaccination, une partie de la population ne fait pas suffisamment confiance à la science, avec des conséquences dévastatrices. Les spécialistes des sciences sociales disposent de nombreux outils pour étudier le degré de confiance et de fiabilité des personnes.

Le jeu de confiance

Le plus populaire est le jeu de confiance, dans lequel deux participants jouent, généralement de manière anonyme. Le premier participant reçoit une petite somme d’argent, disons 10 dollars, et est invité à décider du montant à transférer à l’autre participant. Le montant transféré est ensuite triplé et le second participant choisit le montant à reverser au premier.

Dans les pays occidentaux au moins, la confiance est récompensée: plus le premier participant transfère d’argent, plus le deuxième participant renvoie d’argent, et donc plus le premier participant reçoit d’argent. Malgré cela, les premiers participants ne transfèrent en moyenne que la moitié de l’argent qu’ils ont reçu. Dans certaines études, une variante a été introduite, permettant aux participants de connaître l’appartenance ethnique de chacun.

Les préjugés ont amené les participants à se méfier de certains groupes, les Israéliens d’origine orientale (immigrés asiatiques et africains et leur progéniture née en Israël), ou les étudiants noirs en Afrique du Sud, en leur transférant moins d’argent, même si ces groupes s’avéraient tout aussi fiables que des groupes plus estimés. Si les gens et les institutions sont plus dignes de confiance que ce que nous leur accordons, pourquoi ne faisons-nous pas les choses correctement ? Pourquoi ne faisons-nous pas plus confiance ?

Avoir raison ou non de faire confiance

En 2017, le sociologue Toshio Yamagishi a eu la gentillesse de m’inviter dans son appartement de Machida, une ville de la région métropolitaine de Tokyo. Le cancer qui allait lui prendre la vie quelques mois plus tard l’avait affaibli, mais il conservait un enthousiasme juvénile pour la recherche et un esprit vif. À cette occasion, nous avons discuté d’une idée qui a de profondes conséquences pour la question à traiter: l’asymétrie informationnelle entre confiance et non-confiance.

Lorsque vous faites confiance à quelqu’un, vous finissez par déterminer si votre confiance était justifiée ou non. Une connaissance lui demande s’il peut s’inviter chez vous pendant quelques jours. Si vous acceptez, vous découvrirez s’il est ou non un bon invité. Un collègue vous conseille d’adopter une nouvelle application logicielle. Si vous suivez ses conseils, vous saurez si le nouveau logiciel fonctionne mieux que celui auquel vous étiez habitué.

En revanche, lorsque vous ne faites pas confiance à quelqu’un, le plus souvent, vous ne trouvez jamais si vous auriez dû leur faire confiance. Si vous n’invitez pas votre connaissance, vous ne saurez pas s’il aurait été un bon invité ou non. Si vous ne suivez pas les conseils de votre collègue, vous ne saurez pas si la nouvelle application logicielle est réellement supérieure, et donc si votre collègue donnera de bons conseils dans ce domaine.

Une asymétrie de l’information

Cette asymétrie d’information signifie que nous apprenons plus en faisant confiance qu’en ne faisant pas confiance. De plus, lorsque nous faisons confiance, nous n’apprenons pas seulement des personnes spécifiques, nous apprenons plus généralement du type de situations dans lesquelles nous devrions ou ne devrions pas faire confiance. Nous commençons à mieux faire confiance.

Yamagishi et ses collègues ont démontré les avantages d’ de la confiance. Leurs expériences ressemblaient à des jeux de confiance, mais les participants pouvaient interagir les uns avec les autres avant de prendre la décision de transférer de l’argent (ou non) à l’autre. Les participants les plus confiants étaient plus aptes à déterminer qui serait digne de confiance ou à qui transférer de l’argent.

Nous retrouvons le même schéma dans d’autres domaines. Les gens qui font davantage confiance aux médias sont plus informés sur la politique et l’actualité. Plus les gens font confiance à la science, plus ils possèdent des connaissances scientifiques. Même si cette preuve reste corrélationnelle, il est logique que les personnes qui ont davantage confiance en elles devraient mieux savoir à qui faire confiance. Dans la confiance comme dans tout le reste, la pratique rend parfait.

La peur de faire trop confiance

La perspicacité de Yamagishi nous fournit une raison de faire confiance. Mais alors, l’énigme ne fait que s’approfondir: si la confiance offre de telles possibilités d’apprentissage, nous devrions faire trop confiance, plutôt que pas assez. Ironiquement, la raison même pour laquelle nous devrions davantage faire confiance, le fait que nous obtenons plus d’informations en faisant confiance que de ne pas faire confiance, pourrait nous inciter à avoir moins confiance.

Lorsque notre confiance est déçue, lorsque nous faisons confiance à quelqu’un que nous ne devrions pas avoir, les coûts sont importants et notre réaction varie de l’ennui à la fureur et au désespoir. L’avantage, ce que nous avons appris de notre erreur, est facile à négliger. En revanche, le coût de ne pas faire confiance à une personne de confiance est en principe quasiment invisible.

Nous ne sommes pas au courant de l’amitié que nous aurions pu nouer (si nous laissions cette connaissance s’inviter chez nous). Nous ne réalisons pas à quel point certains conseils auraient été utiles (si nous avions utilisé le conseil de notre collègue concernant la nouvelle application logicielle). Nous ne faisons pas assez confiance car les coûts d’une confiance erronée sont trop évidents, alors que les avantages (d’apprentissage) de la confiance erronée, ainsi que les coûts d’une méfiance erronée, sont en grande partie cachés.

Nous devrions considérer ces coûts et avantages cachés: pensez à ce que nous apprenons en faisant confiance, aux personnes avec lesquelles nous pouvons nous lier, au savoir que nous pouvons acquérir. Donner une chance aux gens n’est pas seulement une chose morale à faire. C’est aussi la bonne chose à faire.

Traduction d’un article sur Aeon par Hugo Mercier, chercheur au CNRS (Institut Jean Nicod). Il est l’auteur du livre intitulé The Enigma of Reason.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 4,00 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *