Préférez-vous avoir un poisson ou savoir pêcher ?

Apprendre à pêcher est un mantra qu’on entend souvent, mais encore faut-il savoir ce qu’on fait du poisson.


Apprendre à pêcher est un mantra qu'on entend souvent, mais encore faut-il savoir ce qu'on fait du poisson.

Imaginez ce qui suit. Vous vivez une vie avec suffisamment d’argent, de santé et de temps pour permettre une heure ou deux de détente insouciante, assis sur le canapé à la fin de la journée devant une grande télévision, regardant sans enthousiasme un documentaire sur l’énergie solaire avec un verre de vin et en faisant défiler votre téléphone.

Il se trouve que vous entendez un fait sur le changement climatique, quelque chose à voir avec les chiffres récents des émissions. Maintenant, ce même soir, un ami qui peine à respecter ses engagements financiers vient d’arriver à son deuxième emploi et manque le documentaire (et la détente). Plus tard dans la semaine, lorsque vous vous rencontrez tous les deux autour d’un verre et que votre ami ignore les chiffres récents des émissions, quel genre de supériorité intellectuelle ou morale est vraiment justifiée de votre part ?

 La acquise

Cet exemple est conçu pour montrer que la de la vérité pourrait très bien n’avoir rien à voir avec nos propres efforts ou notre caractère. Beaucoup naissent dans une pauvreté extrême avec peu de chances d’avoir une bonne éducation, et d’autres grandissent dans des communautés religieuses ou sociales qui interdisent certaines pistes de réflexion. D’autres sont encore confrontés à des restrictions en raison de la langue, des transports, de l’argent, de la maladie, de la technologie, de la malchance, etc.

La vérité, pour diverses raisons, est beaucoup plus difficile d’accès à ces moments-là. À l’extrémité opposée de l’échelle, certains reçoivent effectivement la vérité sur une question comme s’il s’agissait d’une pièce sur leur oreiller, matérialisant agréablement et pas un gros problème. La fierté de cette simple connaissance de la vérité ignore la façon dont certaines personnes en viennent à la posséder sans aucun soin ni effort, et la manière dont d’autres s’efforcent sans relâche contre les probabilités et la manquent toujours.

Nous savons mieux que vous

L’expression «Nous connaissons la vérité [et, peut-être que, vous l’ignorez]», militarisée et présentée sans aucune modestie qualificative, ne reconnaît pas les privilèges extraordinaires si souvent impliqués dans cette acquisition même, traçant une ligne d’exclusion qui néglige presque tout le reste d’importance.

Une bonne attitude envers la connaissance transparaît à travers divers traits de caractère qui nous mettent dans une relation saine avec elle. Les philosophes appellent ces traits des vertus épistémiques. Au lieu de féliciter les personnes qui possèdent un certain savoir, nous devons féliciter ceux qui ont la bonne attitude à son égard, car seul ce repère inclut également ceux qui luttent pour la vérité et qui la manquent pour des raisons qui ne relèvent pas entièrement de leur contrôle.

Considérez des traits tels que l’humilité intellectuelle (une volonté de se tromper), le courage intellectuel (pour poursuivre des vérités qui nous mettent mal à l’aise), l’ouverture d’esprit (pour contempler tous les côtés de l’argument, limiter les idées préconçues), et la curiosité (pour rechercher continuellement) . Vous pouvez voir que la personne prête à se corriger, courageuse dans sa quête de la vérité, ouverte d’esprit dans ses délibérations et conduite par une profonde curiosité a une meilleure relation avec la vérité même lorsqu’elle échoue parfois à l’obtenir que l’indifférente personne à qui on remet occasionnellement la vérité sur un plateau d’argent.

Savoir pêcher ou non

Dans un sens, il est difficile de répondre à la disjonction « Est-il préférable de savoir ou de chercher à savoir ? » Car il ne contient pas assez d’informations. En ce qui concerne la connaissance (la première moitié de la disjonction), nous voulons également savoir comment cette connaissance s’est produite.

Autrement dit, les connaissances ont-elles été acquises malgré le désintérêt et la paresse du possesseur, ou ont-elles été acquises par une recherche diligente ? S’il s’agit de ce dernier, alors il vaut mieux le savoir puisque la seconde moitié de la disjonction est également accueillie dans la première: la possession du savoir et l’attitude de le rechercher. Nous pouvons construire sur l’idée avec un autre exemple.

Préférez-vous avoir un poisson ou savoir pêcher ? Encore une fois, nous avons besoin de plus d’informations. Si avoir le poisson est le résultat de savoir pêcher, alors les deux moitiés de la disjonction ne sont pas nécessairement mutuellement exclusives, et cette combinaison est l’idéal. Mais, si l’avoir est le résultat d’attendre que quelqu’un vous donne un poisson, il vaut mieux savoir comment le faire vous-même. Car là où l’agent en attente espère de la chance ou de la charité, l’agent qui sait pêcher peut retourner à la rivière chaque matin et chaque soir, jetant sa ligne dans l’eau encore et encore jusqu’à ce qu’il soit satisfait de la capture.

Des piliers de chance et de privilège

Et il en va de même avec la connaissance. Oui, il vaut mieux le savoir, mais uniquement lorsque cela implique une attitude d’accompagnement. Si, au contraire, la possession de connaissances repose principalement sur les piliers sporadiques de la chance ou du privilège (comme c’est souvent le cas), sa position est incertaine et en danger de fierté non fondée (sans parler des complications concomitantes de la fierté).

Divisés en deux catégories distinctes, nous devrions donc préférer chercher à savoir. Comme pour l’agent qui sait pêcher, celui qui cherche des connaissances peut sortir dans le monde, parfois échouer et parfois réussir, mais en tout cas capable de continuer jusqu’à ce qu’elle soit satisfaite de ses prises, une connaissance acquise. Et puis, le lendemain, elle pourrait retourner à la rivière et tout recommencer.

Une personne finira par se heurter au monde, logiquement, moralement, socialement, voire physiquement. Certaines collisions seront à peine perceptibles, d’autres seront catastrophiques. La posture cohérente de la recherche de la vérité nous donne la meilleure chance de voir clairement, et c’est ce que nous devons louer et valoriser.

Traduction d’un article sur Aeon par Jonny Robinson, tuteur et conférencier au département de à l’université Macquarie.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 4,00 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *