Quasiment aucune différence entre un papier publié sur arXiv et sa version dans une revue scientifique

Une recherche, publiée en 2016, montre qu’il n’y a aucune différence significative entre un papier publié dans un serveur de prépublication comme arXiv et le même papier qui sera publié dans une revue évaluée par les pairs. Cela signifie que contrairement à ce qu’ils prétendent, les éditeurs n’ajoutent quasiment pas de valeur ajoutée.


Une recherche, publiée en 2016, montre qu'il n'y a aucune différence significative entre un papier publié dans un serveur de prépublication comme arXiv et le même papier qui sera publié dans une revue évaluée par les pairs. Cela signifie que contrairement à ce qu'ils prétendent, les éditeurs n'ajoutent quasiment pas de valeur ajoutée.

Un papier, publié en 2016 sur arXiv, analyse les différences entre la version d’un papier sur un serveur de prépublication comme arXiv et sa version « officielle » dans une revue évaluée par les pairs.1 Notons qu’il date de 2016 et qu’il vient seulement d’être publié dans la revue International Journal on Digital Libraries en février 2018.2

La manne de la publication scientifique

La publication scientifique est un marché gigantesque. On estime que le secteur de la publication du STM (Science, technologie et médecine) valait 25 milliards de dollars en 2016 et 40 %, soit près de 10 milliards de dollars allaient directement aux revues scientifiques.3 Le reste provenant des bibliothèques et des centres de documentation. Une étude de 2015 par Elsevier a montré que les publications de l’Université de Californie (UC) représentaient 8,3 % de toutes les publications aux États-Unis de 2009 à 2013 et que les bibliothèques de l’UC ont racheté toutes ces publications à Elsevier. Sur chaque papier, une revue peut faire un bénéfice net allant de 30 à 40 %.4

De plus, le prix de l’accès aux papiers scientifiques varie selon la valeur du marché et non du prix réel du papier. Si les budgets des universités sont à la hausse, alors les prix le seront également. De plus, de nombreux chercheurs publient d’abord leurs papiers dans des serveurs de prépublication comme arXiv pour avoir les avis des autres chercheurs et apporter les corrections si c’est nécessaire. Ensuite, une revue va proposer aux chercheurs d’officialiser la publication.

Un modèle tout gagnant pour les revues

Quand on parle du cout de la publication scientifique, notamment de l’affaire de Sci-Hub, les revues scientifiques prétendent qu’elles ajoutent une valeur ajoutée au papier. Cependant, la recherche est financée par l’université qui va également procéder à une évaluation interne. Une université ne va pas prendre le risque de laisser passer un papier qui est totalement moisi (même si elles laissent passer beaucoup de choses). Ensuite, contrairement à ce qu’on pense, l’évaluation par les pairs est généralement gratuite pour les revues.

Cela ne signifie pas que l’évaluateur, « travaillant » pour une revue scientifique, n’est pas payé. En fait, il est rémunéré par son université même si celle-ci considère cette activité avec une grimace, car pendant l’évaluation, le chercheur ne travaille pas pour l’université.5 C’est pourquoi de nombreux chercheurs évaluent bénévolement les papiers sur leur temps libre. La seule récompense est qu’on peut mettre ses évaluations dans un CV. Et donc, l’évaluation par les pairs est nécessaire, mais cette étude démontre que tout ce travail d’évaluation, tellement vanté par les revues scientifiques, se fait déjà en amont dès la publication sur le serveur de prépublication.

Des différences minimes entre les versions d’un papier

Les chercheurs ont analysé le titre, l’abstract et le corps du texte de près de 12 000 papiers. Pour comparer, ils ont cherché si le papier avec un lien DOI (Digital Object Identifier) qui sont des normes de lien pour une publication scientifique. Un papier prépublié ne peut pas avoir de DOI, mais une revue scientifique peut l’avoir. De ce fait, les chercheurs ont comparé la version prépubliée et celle qui est publiée dans la revue en analysant les différences entre les 2 étapes. Cela permet de déterminer si les évaluateurs de la revue ont fait des modifications qui justifient la valeur ajoutée promue par les éditeurs.

Les chercheurs ont utilisé une échelle de similarité allant de 0 à 1 avec 1 qui indique des versions identiques des 2 versions du papier. Sur le titre, la majorité des papiers ont un niveau de similarité de 0,9 à 1 (cela n?indique quasiment aucun changement), sur l’abstract, on a également la majorité des papiers qui sont notés à 0,9 et sur le corps du texte, on a une note allant de 0,7 à 1. Cela indique que des changements ont été effectués, mais cela reste principalement de la sémantique, principalement pour améliorer la lisibilité du papier. Et comme on l’a mentionné, 90 % des papiers sont d’abord publiés sur arXiv et ces résultats de similarité entre les versions, montrent que les revues ne font quasiment rien pour l’améliorer.

Les revues scientifiques sont-elles simplement des parasites ?

Donc, résumons, les recherches sont entièrement financées par les universités, donc par l’argent du contribuable, les évaluateurs sont aussi payés par les universités, les publications scientifiques ne font rien pour améliorer le papier, mais donc, quelle est leur utilité ? L’étude a des limitations. En premier lieu, la recherche s’est concentrée sur arXiv qui publie principalement des papiers de sciences dures et il faudrait reproduire ces résultats dans les sciences humaines en sachant qu’il existe désormais des serveurs de prépublications dédiés comme BioRxiv (biologie) ou PsyArXiv (psychologie).6 7 De plus, les chercheurs n’ont pas analysé la bibliographie qui est quand même le pilier d’un papier. Le dernier point est qu’il y quand même des auteurs qui publient directement dans des revues ce qui fait qu’elles doivent jouer leur rôle d’évaluation.

Toutefois, le fait de ne voir aucun changement dans la totalité du papier soulève des questions sur l’utilité de ces revues scientifiques qui vantent constamment l’évaluation par les pairs. De plus, les revues sont en pénurie d’évaluateurs, car ces derniers n’ont pas la reconnaissance qu’ils méritent. Mais les revues scientifiques refusent de changer et quand une initiative comme Sci-Hub voit le jour, alors ces mêmes revues vont se précipiter dans les tribunaux en considérant que c’est du piratage. Est-ce que le piratage est interdit, mais que le parasitisme est encouragé dans la publication scientifique ? Et pour boucler la boucle de l’ironie, ce papier, qui montre l’inutilité des revues scientifiques, coute 34,95 euros pour lire dans une revue alors qu’il est disponible depuis 2 ans sur arXiv.

Sources

1.
Comparing Published Scientific Journal Articles to Their Pre-print Versions. arXiv. https://arxiv.org/pdf/1604.05363.pdf. Published March 14, 2018. Accessed March 14, 2018.
2.
Klein M, Broadwell P, Farb SE, Grappone T. Comparing published scientific journal articles to their pre-print versions. I. February 2018. doi:10.1007/s00799-018-0234-1
3.
The STM Report – An overview of scientific and scholarly journal publishing. stm-assoc.org. http://www.stm-assoc.org/2015_02_20_STM_Report_2015.pdf. Published March 14, 2018. Accessed March 14, 2018.
4.
Larivière V, Haustein S, Mongeon P. The Oligopoly of Academic Publishers in the Digital Era. Glanzel W, ed. P. 2015;10(6):e0127502. doi:10.1371/journal.pone.0127502
5.
Do peer reviewers receive any salary? academia.stackexchange.com. https://academia.stackexchange.com/questions/75147/do-peer-reviewers-receive-any-salary. Published March 14, 2018. Accessed March 14, 2018.
6.
bioRxiv. bioRxiv. https://www.biorxiv.org/. Published March 14, 2018. Accessed March 14, 2018.
7.
PsyarXiv. PsyarXiv. https://psyarxiv.com/. Published March 14, 2018. Accessed March 14, 2018.
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *