Le moine bouddhiste qui est devenu un apôtre de la liberté sexuelle

La liberté sexuelle est encore très restreinte dans le monde bouddhiste. Et le Traité de Passion écrit par Gendun Chopel, un moine bouddhiste, a tenté d’amener cette liberté dans un monde où il reste de nombreux progrès à faire.


Détail d'un manuscrit népalais de Kama Sutra - Crédit : Wellcome Collection
Détail d'un manuscrit népalais de Kama Sutra - Crédit : Wellcome Collection

Ne pas contraindre ou battre quelqu’un avec méchanceté,
Ne pas poignarder cruellement quelqu’un avec une lance ;
La passion est offerte à un humain passionné.
Ce n’est peut-être pas une vertu, mais comment pourrait-elle être un péché ?
Extraits du Traité de Passion (1967) par Gendun Chopel

Les moines bouddhistes suivent beaucoup de règles, 253 dans une tradition, 200 dans une autre. Comme le dit l’histoire, toutes les règles ont été établies par le Bouddha en personne. Cependant, il ne les a pas tous énoncés d’un coup, comme Moïse descendant du mont Sinaï avec les dix commandements. Au lieu, on estime qu’elles ont évolué de manière organique, le Bouddha ne dictant une règle qu’après avoir jugé un acte particulier comme une faute. La première des règles à établir ne visait pas le meurtre ; c’était contre le sexe.

L’interdiction du sexe dans le bouddhisme

L’incident a été provoqué par un homme nommé Sudinna, qui a quitté sa femme et ses parents pour devenir moine. Quelque temps plus tard, il est rentré chez lui et a fait l’amour avec sa femme, non pas pour l’amour ou l’envie, mais à la demande de sa mère. Cette dernière craignait que si son mari et elle meurent sans héritier, le roi s’empare de leurs biens. Bien qu’il n’y ait pas eu de règle contre les moines ayant des rapports sexuels à ce moment-là, Sudinna s’est senti coupable et a raconté à d’autres moines ce qui s’était passé. Ces moines en ont parlé au Bouddha, qui a convoqué Sudinna pour peut-être la pire des sentences dans la littérature bouddhiste :

Homme sans valeur, il serait préférable que ton pénis aille dans la bouche d’un serpent venimeux que dans le vagin d’une femme. Il serait préférable que ton pénis aille dans la bouche d’une vipère noire plutôt que dans le vagin d’une femme. Il serait préférable que ton pénis soit collé dans une fosse de braises ardentes, flamboyantes et brillantes que dans le vagin d’une femme. Pourquoi donc ? Car tu souffrirais peut-être jusqu’à l’agonie ou la mort, mais au moins, à la rupture de ton corps après la mort, tu ne tomberas pas dans la privation, la mauvaise destination, l’abîme et l’enfer.

Au cours de la longue histoire du bouddhisme, la majeure partie de sa vaste littérature a été composée par des moines célibataires. Les rapports sexuels, définis comme la pénétration dans un orifice, équivalente à la dimension d’une graine de sésame, ont été la première transgression à entraîner l’expulsion permanente de l’ordre monastique. Les moines ont écrit des oeuvres considérables de misogynie, telles que le Blood Bowl Sutra où le sang est le sang menstruel.

Le contrôle des pratiques sexuelles

Ils ont également cherché à contrôler la vie sexuelle des laïcs bouddhistes en imposant un large éventail de restrictions telles que l’interdiction des relations sexuelles pendant la journée ou la pénétration de tout orifice autre que le vagin. Ces règles sont restées en place, citées dans les discussions modernes sur les attitudes bouddhistes envers le sexe gay et lesbien. Les textes bouddhistes en Asie ont présenté les moines comme des modèles de chasteté. Mais leur représentation, dans les pièces de théâtre et les romans de diverses terres bouddhistes, était très différente. Ainsi en Europe médiévale, les moines étaient souvent décrits comme des libertins.

Un contre-récit important sur le sexe est venu avec la popularité de ce qu’on appelle le tantra, un mouvement qui a commencé en Inde environ un millénaire après la mort du Bouddha. Alors que le sexe était depuis longtemps considéré comme une pollution, il a été transformé en un chemin de pureté. Les textes tantriques élaboraient des arguments élaborés sur les états sublimes de félicité disponible à travers l’orgasme et exposaient des techniques secrètes qui aboutissaient à des états profonds de félicité corporelle. Certains prétendent que le sexe était non seulement acceptable, mais nécessaire, que tous les bouddhas du passé avaient atteint l’illumination et la bouddhéité par le biais de relations sexuelles tantriques.

L’avènement du tantra

Mais ce n’est qu’au XXe siècle que nous trouvons une critique soutenue des normes monastiques et de la défense du plaisir sexuel dans la littérature bouddhiste en dehors du milieu tantrique. En 1939, l’écrivain tibétain (et ancien moine) Gendun Chopel composa une oeuvre qu’il appela simplement Un traité de passion. Entièrement écrit en vers, c’est l’une des deux seules oeuvres érotiques de la vaste littérature sur le bouddhisme tibétain.

Gendun Chopel est l’intellectuel tibétain le plus célèbre du 20e siècle. Ordonné comme moine à l’âge de 12 ans, il a ensuite excellé aux plus hauts niveaux de l’académie bouddhiste avant de quitter le Tibet en 1934. Il a passé les douze années suivantes en Inde, dans l’État du Sikkim et au Sri Lanka qui sont des bastions de la littérature sanskrite, mais à un moment donné, il a abandonné ses voeux monastiques. Au cours de cette période, il a écrit et peint abondamment, produisant des essais et des traductions savants, un guide de voyage et un article de journal expliquant aux Tibétains que la terre est ronde.

Le traité de passion de Gendun Chopel

L’un des classiques sanskrits qu’il a étudiés était le Kama Sutra. Sachant que l’érotisme était un genre de littérature indienne inconnu au Tibet, Gendun Chopel a décidé de composer son propre traité sur la passion, un ouvrage qui s’inspire des manuels de sexe sanskrit et de sa propre expérience, en grande partie des jours et des nuits qu’il a passés dans les bordels de Calcutta avec plusieurs amantes qu’il nomme et qu’il remercie.

Après avoir renoncé au voeu de célibat quelques années auparavant, sa poésie scintille avec l’émerveillement de quelqu’un qui découvre les joies du sexe, d’autant plus mémorables qu’ils lui sont interdits depuis si longtemps. Son vers est teinté de nuances d’ironie, d’esprit d’abnégation et d’amour des femmes, non seulement comme source de plaisir masculin, mais comme partenaire à part entière du jeu de la passion. Dans le Traité, Gendun Chopel cherche à comprendre la véritable nature de la félicité tantrique et son lien avec les plaisirs de l’amour :

Les collines et les vallées d’un lieu ajoutent à sa beauté.
Les épines de la pensée sont la racine de la maladie.
Arrêter la pensée sans méditation,
Pour la personne ordinaire, ne vient que dans le bonheur du sexe.

Gendun Chopel est arrivé en Inde au plus fort du mouvement indépendantiste, alors que les patriotes hindous et musulmans cherchaient à se libérer des chaînes de la servitude britannique. Il était profondément attaché à leur cause, ramenant plusieurs de ses principes au Tibet. Pourtant, Gendun Chopel était aussi un apôtre d’une autre sorte de liberté : la liberté sexuelle.

La liberté sexuelle pour tous

Il a condamné l’hypocrisie de l’Église et de l’État, décrivant le plaisir sexuel comme une force de la nature et un droit humain universel. Le Kama Sutra était destiné à l’élite sociale ; la littérature tantrique était destinée aux avancés spirituellement. Et que ce soit pour le gentilhomme cultivé ou le yogi tantrique, les instructions étaient fournies aux hommes. En revanche, dans son Traité, Gendun Chopel a tenté d’extirper l’érotisme de la classe dirigeante et de le donner aux travailleurs du monde entier :

Que tous les gens humbles qui vivent sur cette large terre
Soient délivrés de la fosse des lois impitoyables
Et soient capable de se livrer, avec liberté,
Dans les plaisirs communs, si nécessaires et justes.

La libération sexuelle a depuis été défendue dans d’autres pays et dans d’autres langues, entraînant souvent des conséquences désastreuses pour les révolutionnaires. Et c’était le cas pour Gendun Chopel au Tibet, le site d’une autre révolution. Il était retourné à Lhassa en 1945 après 12 ans à l’étranger. Au début, il était la vedette de la ville, dînant tous les soirs chez un aristocrate différent.

Mais bientôt, il fut soupçonné, probablement incité par la délégation britannique. En 1946, Gendun Chopel a été arrêté pour des accusations de contrefaçon frauduleuses. Il a été emprisonné pendant trois ans à la prison au pied du palais du Dalaï-Lama, libéré dans le cadre d’une amnistie générale lorsque le jeune (et actuel) Dalaï-Lama a atteint sa majorité. Le 9 septembre 1951, alors que les troupes de l’Armée populaire de libération entraient à Lhassa, arborant des banderoles proclamant le retour du Tibet dans la patrie de la Chine, Gendun Chopel était un homme brisé qui devait être relevé de son lit de mort pour assister au défilé. Son traité n’a été publié qu’en 1967, longtemps après sa mort, et non au Tibet, mais en Inde, où de nombreux Tibétains avaient suivi le dalaï-lama en exil.

Le livre de Gendun Chopel n’a pas contribué à la révolution sexuelle qui a eu lieu en Europe et aux États-Unis dans les années soixante. Pourtant, en lisant ses instructions pour le jeu de la passion, il est clair que beaucoup reste à faire, tant dans le monde bouddhiste qu’au-delà.

Traduction d’un article sur Aeon par Donald S Lopez Jr, professeur émérite d’études bouddhistes et tibétaines à l’université du Michigan.

Aeon counter – do not remove

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

1 réponse

  1. Ratana shifu dit :

    (Règles) “253 dans une tradition, 200 dans une autre”… “toutes les règles ont été établies par le Bouddha en personne. ”
    Non, vous êtes mal informé. Les règles vont de 127 jusqu’à 449. Ceci seulement pour les traditions qui connaissent l’ ordination traditionelle pour moines (hommes/femmes) qui vivent une vie célibataire. Cette ordination ‘s apelle upasampadá en Hybrid Sanskrit et Pali.
    Bouddha lui-même a établie quelques-uns de ces règles. Les générations après lui en ont ajoutés.
    Votre ami Chopel n’a pa reçu le upasampada; il vit selon quelques règles que l’on a établies dans les Himalaya. Il n’est donc pas en position de changer les règles, et n’a pas la possibilité de faire des suggestions dans les rangs des traditions auquel il n’appartient pas; on ne l’entendra pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *