Explorer l’ascendance hébraïque du prophète Mohammad

Plusieurs hypothèses se bousculent sur la lignée et l’ascendance du prophète Mohammad. L’une d’elles lui attribue une ascendance hébraïque plutôt qu’arabe. Mais comme d’habitude dans les croyances et la théologie, il y a beaucoup de places pour l’interprétation.


Plusieurs hypothèses se bousculent sur la lignée et l'ascendance du prophète Mohammad. L'une d'elles lui attribue une ascendance hébraïque plutôt qu'arabe. Mais comme d'habitude dans les croyances et la théologie, il y a beaucoup de places pour l'interprétation.

En Occident, le débat sur les origines du Mohammad a fait l’objet d’études limitées. Les croyances populaires traditionnelles et contemporaines concernant les et l’ forment la perception populaire de Mohammad. Les archives historiques indiquent que la descendance linéaire hébraïque de Mohammed remontant à , fils du patriarche Abraham et de sa seconde épouse Hagar, est unique et distincte.

L’examen des versets coraniques met en évidence une relation complexe et intime entre les Israélites en tant que peuple élu et Mohammad en tant que descendant exceptionnellement direct d’Ismaël. Selon le récit biblique, alors que les Israélites étaient choisis en tant que tribu, les Arabes ne l’étaient pas, mais seulement la descendance linéaire de Mohammad à Ismaël.

Muhammad est souvent défini et perçu comme un arabe au sens le plus simpliste traditionnel-contemporain. L’analyse de Reuven Firestone illustre bien cette perception dans son ouvrage A introduction to Islam for jews (2008), dans lequel il expliquait que les Arabes existaient bien avant les musulmans, mais que l’ est apparu comme un arabe opposé à l’israélite ou au monothéisme gréco-romain. Islamic Beliefs and Practices, dans lesquelles l’éducation de Mohammad est décrite dans le contexte des traditions arabes et de l’apprentissage de l’arabe le plus pur.

Pourtant, d’un point de vue historique, l’émergence de l’arabe en tant qu’identité distinctive et cohérente n’a pris forme qu’après l’introduction de l’islam. Comme Peter Webb l’a expliqué, les impressions familières sur leur origine en tant que bédouins pré-islamiques chevauchant des chameaux dans le désert sont un de ces mythes que les musulmans ont créés pour oublier le fait que la conscience de l’identité arabe ne s’est développée que pendant la période islamique.1

Qui est Muhammad ?

Muhammad bin Abdullah bin Abdul Muttalib a vécu dans l’. Il est le prophète et fondateur de l’islam. Selon la foi islamique, le Coran tel que révélé à Mohammad représente la dernière écriture sainte des religions monothéistes abrahamiques, à la suite des évangiles de Jésus.

Muhammad est né à environ en 570 dans la petite ville de , dans l’ouest de l’Arabie, connue sous le nom de Hejaz. Orphelin à l’âge de 6 ans, Mohammad a eu une enfance difficile. Bien qu’il soit né dans un clan relativement pauvre, sa lignée généalogique en tant que membre de la tribu des Quraysh était respectée dans la société Mecquoise.

En tant que jeune garçon, Muhammad se distinguait par son désir d’explorer l’aspect divin de l’existence. Il s’est isolé et a prié dans une grotte de montagne appelée Hira. À partir de 40 ans, il a raconté avoir rencontré une entité surnaturelle, l’ange Gabriel. Sa rencontre l’a amené à s’interroger sur sa propre santé mentale au début, mais son épouse l’a aidé à reconnaître que les rencontres étaient réelles.

Selon des textes religieux, il reçut de Dieu ses révélations par le truchement de ce qui devint le Coran. Tout en prêchant, Mohammad a gagné des adeptes à La Mecque, mais l’aristocratie polythéiste de la ville s’y est opposée. Après pas plus d’une décennie, une nouvelle et croissante communauté musulmane s’est battue et a vaincu ses opposants polythéistes. En quelques années, la religion islamique s’étendit, balayant les régions méridionales de l’empire byzantin et de l’ensemble de l’empire persan avec une rapidité extraordinaire, ce qui conduisit finalement à faire de l’islam la seconde religion la plus importante au monde.

Muhammad est décédé en 632 avant notre ère alors que l’islam était encore à peine connu en dehors de la péninsule arabique. Sa biographie a été écrite à travers une série d’ouvrages connus sous le nom de Seerah et des recueils de dictons appelés Hadith.

Identité de soi

L’une des rares paroles du prophète Mohammad concernant son identité ancestrale, selon Sahih Muslim (traduit par Ibrahim Omer) : Dieu a choisi Kinanah (une tribu adnanite) de la semence d’Ismaël et il a choisi Quraysh (tribu mecquoise) de Kinanah et il a choisi les enfants de Hashim (l’un des clans de Quraysh), et il m’a choisi parmi les enfants Hashim.

Ici, Muhammad a largement abordé la question de l’ascendance, mais il livre un message important, selon les textes; c’est-à-dire que Dieu l’a choisi comme prophète par le biais d’une descendance linéaire sélective. En d’autres termes, Kinanah a été choisie parmi ses frères, Asad et al-Hun, pour être son ancêtre. Al-Nadr a été choisi parmi ses frères Malik, Abd Manat, Milkan et d’autres. Par conséquent, la descendance linéaire de Mohammad a été précisément choisie parmi les autres lignées ismaélites en Arabie.

Arabes arabisés et indigènes

Etant donné que Mohammad est un descendant d’Ismaël, il était considéré comme faisant partie de la population arabisée non arabe de l’Arabie. Les sources arabes historiques classent les habitants de la péninsule en deux catégories principales : les descendants arabisés impurs d’Ismaël (al-‘arab al-musta’ribah) et les Arabes purs indigènes (al-arab al-aribah) qui descendraient d’un ancêtre nommé Qahtan. La population arabisée est aussi communément identifiée comme étant des Adnanites d’Adnan, l’un des descendants d’Ismaël.

Alors que les groupes arabisés occupaient principalement les régions septentrionale, occidentale et centrale de la péninsule, les indigènes habitaient les régions méridionales. Étant les descendants d’Ismaël, originaires du Levant, les autochtones considéraient ce peuple comme essentiellement non arabe. Le linguiste al-Azhari du 10ème siècle, cité par Richard Hitchcock dans son livre Mozarabs in Medieval and Early Modern Spain (2008), a décrit la population arabisée comme un peuple qui n’était pas d’origine arabe, qui s’est présenté aux Arabes en parlant leur langue et en imitant leur apparence.

L’Arabie

Le contexte et le cadre culturel dans lesquels Mohammad est communément identifié dans les récits contemporains sont submergés par des perceptions mythiques sur l’Arabie et les Arabes. La Mecque, lieu de naissance et lieu de naissance de Mohammad, est traditionnellement dépeint comme un centre commercial pré-islamique prospère situé au carrefour des routes commerciales entre l’Arabie du Sud et le Levant. Wijdan Ali, dans son livre The Arab Contribution to Islamic Art, décrit la contribution arabe à l’art islamique comme un centre commercial majeur et Cyril Glasse qui parle du prestige de la Mecque dans son ouvrage populaire The New Encyclopedia of Islam. Cependant, des recherches récentes suggèrent que la ville n’était pas aussi importante (par exemple, Crone, 2015). Tom Holland, auteur et historien commente dans le documentaire de PBS The Life of Muhammad :

La tradition musulmane nous donne un portrait de la Mecque en tant que grande ville commerçante, grand centre de culte païen et le problème est que l’archéologie et les archives de l’époque ne la corroborent pas. La Mecque, si elle existait, était très éloignée des routes commerciales et nous n’en avons aucune mention avant l’ère islamique.2

En outre, comme Robert Hoyland l’a souligné dans son livre intitulé In God’s Path, la représentation populaire de l’ensemble de la péninsule préislamique arabe en tant que bloc culturel de nomades du désert, renforcée par des stéréotypes tels que celui décrit dans des films tels que Lawrence d’Arabie, relève davantage du mythe que la réalité. Les recherches suggèrent que la péninsule n’a pas été initialement peuplée par un seul groupe, mais par des populations diverses, ou comme Hoyland les appelait de nombreux autres peuples. Hoyland a précisé : En raison de la topographie et du climat variés de l’Arabie, ces autres peuples étaient souvent très distinctifs et avaient des histoires distinctes.

La formation de l’Arabie a été un processus historique progressif de plusieurs siècles. Dès le premier millénaire, des études suggèrent que le développement de la population arabe dans la partie continentale de la péninsule a en partie évolué à la suite de contacts avec deux centres régionaux de civilisation : le Levant au nord-ouest et l’Arabie du Sud. Ceci, bien sûr, est conforme à la catégorisation généalogique traditionnelle des Arabes en tant que populations arabisées d’ascendance levantine et Arabes indigènes originaires des régions du sud.

Sans surprise, comme C.H.M. Versteegh décrit dans son ouvrage classique The Arabic Language, l’évolution de la langue arabe peut être décrite comme l’évolution de langues plus anciennes des deux régions, le sémitique du Nord-Ouest du Levant et le sémitique du Sud de l’Arabie du Sud. Ce n’est qu’après l’extension de l’islam que les deux centres régionaux de civilisation ont adopté l’arabe comme langue officielle. C’est seulement à ce moment-là que les habitants de la péninsule ont fini par partager des caractéristiques culturelles, une identité ethnique, une langue et des intérêts politiques et économiques communs, dans le cadre d’une identité religieuse.

Le Coran

En lisant le Coran, un certain concept théologique émerge; c’est-à-dire que les Israélites sont choisis et que les Arabes ne le sont pas. On peut soutenir que le Coran est aussi favorable aux Israélites que l’Ancien Testament de la Bible, les identifiant fermement comme un peuple élu. Quelques exemples tirés du Coran (dans la traduction de Malik) incluent :

O enfants d’Israël! Souviens-toi de la faveur spéciale que je t’ai accordée; que je t’ai exalté par-dessus toutes les autres nations. (2:47)

Nous avons donné le livre aux enfants d’Israël et leur avons conféré le pouvoir et la prophétie. Nous leur avons donné le bonheur de vivre, nous les avons exaltés au-dessus des nations (45:16)

Nous avons délivré les enfants d’Israël d’un châtiment humiliant infligé par Fir’on (Pharaon), qui était le plus arrogant parmi de tels transgresseurs démesurés. Nous les avons choisis, malgré le fait de connaître leurs faiblesses au-dessus des nations du monde. (44: 30-32)

Alors que le Coran identifie fermement les Israélites comme étant choisis au-dessus des nations du monde, il n’y a pas de verset coranique identifiant les Arabes comme élus. En outre, l’un des rares versets du Coran qui fait référence aux Arabes est dénigrant :

Les Arabes du désert sont les pires de l’incrédulité et de l’hypocrisie et sont moins enclins à reconnaître les limites qu’Allah a révélées à son Rasool [Messager]. Allah est Omniscient et Sage. [9:97]

Dans ce contexte, Mohammad se distingue des Arabes par une descendance ismaélite unique partageant un héritage hébraïque avec les Israélites.

Voyage au mont du temple

Un des événements les plus sacrés de la vie de Mohammed est la nuit des Isra et Miraj, ce qui représente un lien solide entre Mohammad et l’héritage hébraïque-israélite. L’importance de Jérusalem, et en particulier du site du , où Mohammad est monté au ciel, est soulignée cette nuit. Observé au chapitre 17 du Coran appelé al-Isra et détaillé dans d’autres sources, une créature ailée appelée Buraq a transporté Muhammad de La Mecque à la plus grande mosquée, dans ce que l’on pense être à Jérusalem. Là, Muhammad est monté à différents niveaux du ciel où il a finalement été témoin de Dieu. Au cours de son voyage, il a également rencontré des prophètes, notamment Jésus, Moïse et Abraham.

Bien que la traduction moderne du mot Masjid soit mosquée, elle se référait simplement à un lieu de culte sacré à l’époque de Mohammad. Les traditions définissent l’emplacement de cette mosquée à Jérusalem, dans la région du mont du Temple, en l’honneur de la construction ultérieure de la mosquée Al-Aqsa.

Comme on le sait, la mosquée al-Aqsa est construite dans la zone du temple de Jérusalem, également appelé temple d’Hérode, sur le mont du Temple, le centre le plus sacré et historique des Israélites et, plus tard, des Juifs. Comme on le sait dans l’histoire de l’islam, Jérusalem a occupé une place centrale au tout début de l’islam; c’est-à-dire que les musulmans avaient l’habitude de prier vers Jérusalem avant la migration de Mohammad vers Médine et la réorientation des prières musulmanes vers La Mecque.

Les études génétiques

Les études génétiques sur l’ADN de la lignée de Mohammad sont limitées. Family Tree DNA (FTDNA), une entreprise de généalogie et de tests génétiques qui prétendait avoir des marqueurs génétiques isolés, pourrait aider les musulmans à déterminer si leur arbre généalogique remonte au Prophète.3 4 FTDNA a testé des clients qui s’identifiaient traditionnellement dans leur culture d’origine à la descendance de Mohammad. De nombreuses familles à travers le monde arabe, communément désignées par le titre Sharif (arabe pour honorable/noble), prétendent être issues de Mohammad.

La société a affirmé que les ancêtres partagés par ces clients pouvaient renvoyer à l’ADN de Mohammad, un peu comme un ensemble de marqueurs génétiques ont établi un lien entre des Juifs du monde entier qui prétendent par tradition orale être des Kohanim, descendants de l’ancien clan sacerdotal qui aurait été originaire d’Aaron, le frère de Moïse.5

Avec ces différents échantillons, nous avons pu identifier une signature qui se chevauchait dans leur ADN, un fil conducteur pour tous, qui est leur lignée génétique du Prophète, si leur tradition orale est exacte, a déclaré Bennett Greenspan, directeur général de FTDNA, qui aurait constitué l’une des plus grandes bases de données ADN du monde.

Ce que l’entreprise peut trouver dépend de l’exactitude de la signature génétique identifiée par FTDNA. Une descendance partagée peut simplement indiquer que les clients partagent un ancêtre qui a prétendu être descendant de Mohammad. Un grand nombre de personnes du monde arabe ont toujours revendiqué des liens familiaux avec le prophète. Des sources, telles que les écrits de Malik ibn Anas qui vivait au 8ème siècle, suggèrent que la tradition, de revendiquer une descendance de la famille de Mohammad, a commencé peu de temps après la mort de Mohammad.

Les études génétiques sont loin d’arriver à des conclusions définitives sur cette question pour le moment. La question plus aiguë qui se cache derrière cette entreprise est la question plus claire : L’histoire de cette histoire est-elle vraie ? Dans son livre Abraham’s Children, Jon Entine (directeur exécutif de Genetic Literacy Project) a mis en doute les croyances culturelles de longue date concernant l’ascendance du patriarche Abraham.

Il est essentiel que les recherches futures sur ce sujet adoptent une approche objective et abandonnent les stéréotypes de l’Arabie et de l’Arabe. Des sources historiques et généalogiques décrivent la descendance linéaire de Mohammed comme une divinité exceptionnelle et choisie parmi d’autres lignées ismaélites des habitants arabisés de la péninsule. Définie dans les sources historiques comme une ismaélite d’origine non arabe, la perception contemporaine de Muhammed en tant qu’arabe est évidemment plus imaginaire que réelle. Dans le contexte de la théologie, la généalogie ismaélite de Muhammad le situe dans un contexte d’identité hébraïque, par opposition à un Arabe, et le lie fermement aux Israélites en tant que nation choisie.

Traduction d’un article sur Genetic Literacy par Ibrahim M. Omern, écrivain et qui a participé à divers projets de recherche dans le domaine des sciences sociales, couvrant la culture, l’histoire et la linguistique. Il est titulaire d’une maîtrise en animation 3D et s’intéresse de près à la reconstitution d’anciens contextes historiques. Il est également l’auteur du site académique AncientSudan.org.

Sources

1.
Arab Origins: Identity, History and Islam | The British Academy. The British Academy. https://www.thebritishacademy.ac.uk/blog/arab-origins-identity-history-and-islam. Published December 12, 2018. Accessed December 12, 2018.
2.
Life of Muhammad. Life of Muhammad. http://www.pbs.org/program/life-muhammad/. Published December 12, 2018. Accessed December 12, 2018.
3.
DNA Testing for Ancestry & Genealogy | FamilyTreeDNA. ftdna.com. http://www.ftdna.com/. Published December 12, 2018. Accessed December 12, 2018.
4.
DNA could illuminate Islam’s lineage. The National. https://www.thenational.ae/uae/dna-could-illuminate-islam-s-lineage-1.504829. Published December 12, 2018. Accessed December 12, 2018.
5.
Jewish DNA – The Kohanim Gene and the Lost Tribes of Israel. YouTube. https://www.youtube.com/watch?v=ioYAjdDALqk. Published September 25, 2010. Accessed December 12, 2018.
Le Prophète Muhammad. Sa vie d’après les sources les plus anciennes (Broché)
Pour connaître la vie de Muhammad, l’historien dispose de sources anciennes : c’est d’abord le
Sirât Rasûl Allâh, où Ibn Ishâq a réuni les traditions biographiques orales et dont il nous reste une version
du IXe siècle.
De la même époque nous sont parvenues la chronique des Campagnes du Prophète par Wâqidi, et la collection
des Hadith par Bukhârî. Ces sources, et quelques autres, Martin Lings les connaît parfaitement et il y puise,
pour nous donner cette Vie du Prophète, avec un beau talent de conteur. La profusion de détails souvent
inédits fait de cette biographie un monument d’érudition accessible au plus grand nombre.

By (author):  Martin Lings

Neuf: EUR 28,40 EUR En stock
buy now

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

1 réponse

  1. Soual dit :

    Bjr .
    Mohammed etait bien un hébraïque sepharade :
    Sourate 5 v 15 , 19 a 20 , 43 à 44 , 70 etc
    Le coran arabe contient de nombreux mots hebreux non compréhensibles pour un arabe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *