La naissance du livre, sur les chrétiens, les romains et le codex

Sur l’histoire de la naissance du livre. Le codex, première version du livre, est-il l’oeuvre des premiers chrétiens ?


Codex Sinaiticus (IVe siècle, Méditerranée orientale - Crédit : Trustees of the British Library
Codex Sinaiticus (IVe siècle, Méditerranée orientale - Crédit : Trustees of the British Library

Un n’est que le nom romain d’un livre composé de pages et relié habituellement à gauche. Son prédécesseur était le rouleau ou le rouleau de livre, qui était déroulé au fur et à mesure que vous lisiez.

Le codex

Le codex est manifestement supérieur: on peut tenir de nombreux volumes (du latin pour rouleau de livre, ); les codex ont une couverture intégrée pour la protection; et des pages pouvant être numérotées à titre de référence, à partir desquelles est née une corne d’abondance de tables des matières et d’index.

Le codex n’a été adopté que très tard dans le monde antique. Les premiers chrétiens, cependant, ont adopté le codex avec un enthousiasme singulier. L’adoption plus large de cette forme semble avoir correspondu à la propagation du . Au 4ème siècle, St Augustin illustre la différence entre un codex et un rouleau et le lancinant du codex.

Augustin et le livre

Pas encore baptisé, dans son jardin où il lisait, Augustin nous dit qu’il a entendu un chant de voix d’enfant: Tolle Lege ! (Lève-toi et lis). Alors il attrapa son livre et ouvrit sur une page aléatoire. Ses yeux se posèrent sur un passage des Lettres aux Romains de Paul. Les mots qu’il a trouvés étaient la clé de sa conversion. Le livre ne pouvait pas être un rouleau: c’était un codex des évangiles. Mais beaucoup de ses autres livres, souvent non chrétiens, étaient des rouleaux.

Presque tous les textes chrétiens antiques étaient des codices et à chaque nouvelle découverte extraite des sables égyptiens, cela a été confirmé, sauf à de rares exceptions prouvant la règle. Les historiens en ont conclu que, même si les chrétiens n’ont probablement pas inventé le codex, leurs scribes en ont transmis l’usage général au monde romain et, ce faisant, l’ont transmis ainsi qu’une grande partie de ce qui subsiste de la littérature classique.

Les premiers codex avec les chrétiens

Mais l’impossibilité d’expliquer l’origine et la nature exactes de ce codex chrétien brouille toute enquête, et pour cause: cette conclusion est fausse. Bien que presque tous les premiers textes chrétiens soient un codex, tous les premiers codex ne sont pas chrétiens.

Une aura persistante d’opposition contredit la vision historique du christianisme et de Rome. Pour l’historien anglais du XVIIIe siècle, l’introduction d’un christianisme tourné vers l’intérieur sapait l’empire romain de vigueur et de cohésion sociale. , sociologue américain de la religion, a affirmé plus récemment que l’introduction du christianisme constituait une revitalisation nécessaire d’une culture énervée et dissipée. Ce sont les domaines représentatifs de l’érudition que les dernières décennies d’études ont travaillé pour se détendre, améliorant ainsi notre compréhension des chrétiens en Méditerranée romaine.

Le traitement des premiers chrétiens

Un moment montre la considération des premiers chrétiens par les Romains eux-mêmes. Au 2e siècle, Pline le Jeune (neveu du célèbre Pline l’Ancien, gouverneur de province d’une partie de la Turquie actuelle) écrit à l’empereur Trajan pour obtenir des conseils sur le traitement des chrétiens, une secte en pleine croissance sur son territoire.

Codex : Sur l'histoire de la naissance du livre. Le codex, première version du livre, est-il l'oeuvre des premiers chrétiens ?

Finalement, il a découvert en interrogeant d’anciens membres chrétiens de la société que les chrétiens se rassemblaient pour ne pas commettre de crimes, mais qu’ils prêtaient serment pour écarter le crime. Il a imposé une légère punition pour avoir rejeté le culte impérial, renoncé à leur Dieu et preuve, par un sacrifice, de sa loyauté ou de la mort. L’empereur a accepté, disant à Pline de ne pas chercher de chrétiens à persécuter et de se méfier des accusations anonymes. Gibbon pensait que les Romains se mettaient en quatre pour être justes.

Une coexistence méfiante

Malgré le drame, ces preuves suggèrent une sorte de coexistence méfiante, voire d’intégration, que le récit historique confirme. Nous connaissons cet échange dans le dixième volume des lettres de Pline. Le premier manuscrit dont nous ayons la preuve est un codex d’environ Ve siècle. Il en reste six feuilles à la Morgan Library de New York.

Mais la collection a initialement été distribuée non pas sous forme de codex, mais sous forme de feuilles de livre. Pline a utilisé des rouleaux de livre, tandis que les chrétiens avec lesquels il a dialogué ont utilisé le codex. L’idée du codex chrétien par opposition à la liste païenne du livre reste l’un des rares axes de division cités avec véhémence.

Le codex, très apprécié par les romains

Pline, dans ses lettres, ne mentionne jamais de forme de livre autre que le rouleau, mais il mentionne un certain Marcus Valerius Martialis, alias Martial, un poète d’épigrammes spirituelles de satire scabreuse. Martial, récemment décédé à l’époque, avait écrit quelques mots aimables sur Pline dans un poème et Pline les avait rappelés à un ami. Martial était également un fan connu du codex. Dans le deuxième poème de son premier livre d’épigrammes, il donne des instructions à un libraire qui pourrait obtenir une copie de ses œuvres sous forme de codex, si facilement transportable qu’une main pourra me tenir.

Dans d’autres poèmes, Martial décrit des éditions classiques de codex, rédigées par des auteurs tels que , , , Ciceron et , que l’on pouvait trouver à Rome au Ier siècle sous forme de cadeaux Saturnales. Ces mentions isolées ont provoqué des contorsions savantes. C’était une première expérience !

On s’identifie davantage à Augustin

Martial et le libraire étaient des partenaires dans une entreprise ratée ! Mais nous avons un fragment d’un codex latin ancien, une histoire militaire. Nous avons également un fragment d’Egypte décrivant un libraire itinérant qui vendait des rouleaux et des codex. Et dans une écriture récemment découverte, le médecin grec du IIe siècle, Galien, raconte la perte de ses biens dans l’incendie d’un entrepôt à Rome, y compris de beaux codex.

Cette preuve d’une utilisation aussi précoce de manière courante par certains Romains non chrétiens se heurte à l’embrassement universel du codex par les premiers chrétiens, et l’idée de son christianisme essentiel demeure. C’est peut-être parce que le livre, tel que nous le connaissons, est lié à notre notion de progrès intellectuel et rejette donc les considérations pratiques.

Cela trouve du réconfort dans l’égale centralité du livre par rapport à la religion chrétienne. Nous nous identifions davantage à Augustin qui ridiculisait les petits dieux pour tout et n’importe quoi des Romains qu’à l’Augustin dont l’éclatement des Évangiles se reflète dans une tendance non chrétienne (et centrée sur le codex).

La courbe en S de la diffusion des nouvelles inventions

Une résolution sort des années 1940. Bryce Ryan et Neal Gross ont invité les agriculteurs de deux villes de l’Iowa à comprendre en quoi l’utilisation d’un nouveau maïs à semence hybride avait une incidence sur l’adoption de technologies agricoles bénéfiques. Leur papier de 1943 était un document fondateur de la théorie de la diffusion des innovations. Une adoption réussie est caractérisée par une courbe en forme de S qui croît avec le temps. Cela commence lentement, avec les innovateurs et les utilisateurs précoces, puis s’accélère quand une masse critique est atteinte, puisqu’à ce que l’univers des adoptants potentiels devienne dominé par des conservateurs à la traîne.

Nous ne pouvons pas interroger les anciens Romains, mais, classés par date, les restes de livres de la Méditerranée qui subsistent, regroupés par codex et rouleau, décrivent une courbe en forme de S commençant au début de notre ère et atteignant une masse critique. solidement devant le christianisme. Rome aurait adopté le codex, chrétiens ou non.

Les chrétiens, des adopteurs précoces du livre

Et la prédilection chrétienne ? Les chrétiens ont participé en tant qu’adopteurs précoces. Des caractéristiques pratiques ont motivé leur utilisation. La facilité de référence, la capacité et la portabilité auraient recommandé le codex pour les chrétiens, tout comme ces facteurs l’ont recommandé à Martial.

Le regretté T C Skeat, papyrologue et ancien conservateur des manuscrits au British Museum de Londres, a fait des expériences avec des rouleaux de papier peint pour montrer qu’avec la pratique, la lecture de la liste de livres n’était pas nettement inférieure à un codex. Notre censure moderne continue par les Romains de ne pas avoir adopté le codex plus tôt (ses composants de base étaient connus depuis des millénaires) oublie la ressource la plus importante du monde romain: les esclaves. Les esclaves copiaient, assemblaient, récupéraient, lisaient et rembobinaient des rouleaux de livre pour des patriciens très occupés (comme Pline).

Le même défi pour les oeuvres numériques ?

Le paysage changeant actuel de la lecture numérique présente également un monde dominé par des externalités négatives: des ouvriers invisibles et mal rémunérés qui numérisent de vieux livres (à savoir, la main désincarnée occasionnelle dans un gant en latex scintillait sur une page de Google Books); les défis environnementaux et sanitaires de l’exploitation minière des terres rares et du travail de longue haleine pour assembler nos appareils électroniques; et la combustion des énergies fossiles dans l’atmosphère pour faire passer des octets de littérature dans des baies de stockage et les envoyer sur leur chemin.

Après tout, nous ne pouvons pas regarder en arrière sur le passage du rouleau au codex pour donner un lustre spirituel à ce changement, mais en trouver un, actionné par la même accumulation de décisions individuelles pratiques; difficile à prévoir, mais impératif dans le résultat.

Traduction d’un article sur Aeon par Benjamin Harnett, chercheur dans les Classiques et ingénieur, et qui écrit aussi de la fiction et de la poésie.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 4,00 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *