Étiqueté : Génétique

Des pigeons migrateurs provenant du Denver Museum of Nature & Science - Crédit : Rene O'Connell 0

Le pigeon migrateur montre l’effet de la sélection naturelle dans une grande population

Le pigeon migrateur, connu également comme la Tourte ou colombe voyageuse, a connu une histoire dramatique. Sa population est passée de 3 milliards à 0 en quelques décennies. Et désormais, une étude suggère que c’est justement sa grande taille de population qui a facilité son extinction à cause de certains effets de la sélection naturelle. Toutefois, l’hypothèse avancée par les chercheurs est à prendre avec la précaution qui s’impose.

Un village typique Goroka dans les Hautes-Terres orientales en Papouasie-Nouvelle-Guinée - Crédit : Papua New Guinea Institute of Medical Research 0

Une grande diversité génétique dans les populations de la Papouasie-Nouvelle-Guinée

Les chercheurs rapportent une grande diversité génétique chez les populations de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Dans certains cas, la différence génétique entre les habitants des hauts plateaux et le reste du pays est plus importante que celles des populations en Europe et en Asie. Cela suggère que les Âges du Bronze et du Fer ont eu des impacts considérables sur l’homogénéisation génétique de nombreuses sociétés humaines.

Dans une étude qui a analysé un échantillon considérable de génomes dans la population américaine et britannique, les chercheurs rapportent que la sélection naturelle de l'évolution est constamment à l'oeuvre même dans des périodes courtes afin de réduire les traits associés à la maladie d'Alzheimer et au tabagisme important entre autres. 0

L’évolution réduit les traits associés à la maladie d’Alzheimer et au tabagisme

Dans une étude qui a analysé un échantillon considérable de génomes dans la population américaine et britannique, les chercheurs rapportent que la sélection naturelle de l’évolution est constamment à l’oeuvre même dans des périodes courtes afin de réduire les traits associés à la maladie d’Alzheimer et au tabagisme important entre autres.

Une étude sur BioRxiv met en doute les résultats d'une étude précédente largement médiatisée sur le fait qu'on avait pu modifier des embryons humains pour corriger des maladies à l'aide de la technologie CRISPR. Selon la nouvelle étude, des mécanismes alternatifs sont possibles pour expliquer les résultats. 1

Des doutes sur la modification des embryons humains via CRISPR

Une étude sur BioRxiv met en doute les résultats d’une étude précédente largement médiatisée sur le fait qu’on avait pu modifier des embryons humains pour corriger des maladies à l’aide de la technologie CRISPR. Selon la nouvelle étude, des mécanismes alternatifs sont possibles pour expliquer les résultats.