Le vrai colonialisme de la Silicon Valley


  • FrançaisFrançais

  • Marc Andreessen s’est fait détruire sur le web après sa déclaration sur le fait qu’il était immoral que l’Inde rejette le projet Free Basics by Facebook. Mais sa déclaration montre la mentalité colonialiste qui prévaut dans toute la Silicon Valley.


    La mentalité colonialiste de la Silicon Valley

    Il est difficile de devenir le maitre du monde. Vous êtes assis tranquillement dans votre fauteuil à 3 000 dollars et vous avez résolu tous les problèmes de l’univers et voilà que des manants veulent ruiner votre ordre social bien établi. Quand l’Inde a décidé de rejeter le service Free Basics by Facebook, certaines personnes dans la Silicon Valley ont estimé que l’Inde ’était pas assez intelligente pour prendre cette décision.

    Free Basics aka internet.org est la tentative de Facebook de proposer un accès internet gratuit aux pays pauvres. Mais ce ’est pas de l’internet et ce n’est pas gratuit. C’est juste un service qui donne accès gratuitement à quelques sites triés sur le volet. Comment le gouvernement indien ose-t-il dire aux gens ce qu’ils peuvent avoir ou non ? C’est le boulot de Facebook et non de la plus grande démocratie de la planète. Marc Andreessen, un des membres du conseil d’administration, a estimé que la décision de l’Inde était moralement incorrecte. Il est étrange que la Silicon Valley nous sorte des principes moraux alors que la région a été la première à lutter contre la moralité en faveur d’une politique ultra néo-libérale.

    Le néo-libéralisme veut proposer la meilleure solution pour une élite par une élite. Les autres péquenots doivent suivre la cadence jusqu’à ce qu’ils meurent d’épuisement. Mais Andreessen ne s’arrête pas là, car il a encore ajouté que l’anticolonialisme a été économiquement catastrophique pour l’Inde depuis des décennies alors pourquoi s’arrêter maintenant ? Le Tweet a été supprimé par la suite et Zuckerberg a dû s’excuser publiquement pour un tel commentaire de merde. Andreessen a aussi présenté des excuses, car une telle déclaration peut nuire considérablement à l’action de Facebook en Bourse.

    Cet incident individuel montre toute la mentalité prévalente de la Silicon Valley. Ils pensent qu’ils ont la solution à tout et qu’ils ont les données pour le prouver. La Valley compte sans doute les esprits les plus brillants et quand ils s’aperçoivent que des pays comme l’Inde possèdent aussi des cerveaux brillants, alors ils essaient de les convaincre d’adhérer à leur mentalité.

    Le principal problème de la Silicon Valley est qu’ils estiment que les gouvernements sont devenus archaïques et qu’ils ne comprennent rien à la technologie. Et c’est sans doute vrai dans de nombreux cas, mais si les gouvernements ne connaissent rien à la technologie, alors les entreprises technologiques ne connaissent rien à la démocratie. Le mois dernier, Google a dû payer des taxes d’environ 185 millions de dollars. Et pendant les audits, le gouvernement britannique a demandé son salaire à un responsable de Google. Matt Brittin est le chef des opérations de Google en France, au Moyen-Orient et en Afrique. Et il ignorait totalement ce qu’il gagnait par an. Les gens se sont étonnés, mais c’est un comportement normal, car la Silicon Valley a l’habitude de vivre dans sa bulle éloignée des réalités du reste du monde.

    La Silicon Valley veut créer un système de société parfaite. Une société qui ’est pas contrôlée par les gouvernements et où les gens sont plus connectés à une entreprise de la Valley qu’à tout le reste. La promesse de la Valley est simple. Elle vous donne une chose et vous lui fournissez toutes vos informations à leurs algorithmes. Après tout, c’est le Like de Facebook qui nous a permis de comprendre à quel point nous aimons certaines choses. Et la Silicon Valley est frustrée quand vous ne lui obéissez pas. Elle a besoin de votre numéro de téléphone ou de votre adresse mail, mais uniquement pour vous protéger. Mais ces informations lui permettent évidemment de construire le profil le plus complet possible.

    C’est une chose tellement évidente que tout le monde estime que c’est normal. Vos données alimentent les annonceurs qui rapportent de l’argent à ces entreprises. Mais si cela commence d’un point de vue financier, alors cela peut aller rapidement vers une dictature plus sournoise. Des algorithmes peuvent déterminer les actualités que vous aimez ou que vous devez lire. Un algorithme peut vous diriger vers un certain point de vue politique selon vos préférences, mais il ne comprend pas que ce sont les contradictions qui créent un consensus politique. Plusieurs études suggèrent que les utilisateurs de réseaux sociaux sont enfermés dans une bulle d’information subjective et cela va empirer à mesure que la Silicon Valley étendra son emprise sur tous les pays. Mais la Silicon Valley doit comprendre que les humains sont des créatures rebelles et imprévisibles. Plus on tente de les enchainer et plus, ils sont tentés de se rebeller contre leurs maitres sur la place publique.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

    Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *