SourceGraph pour un Open Source rentable


  • Français

  • SourceGraph est une startup qui veut que l’Open Source rapporte de l’argent à partir d’une certaine limite. Le modèle de SourceGraph donne le code, mais ce n’est pas compatible avec les licences habituelles du GPL.


    Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram

    SourceGraph veut gagner de l'argent avec sa licence Fair Source, inspiré de l'Open Source

    Quand on nous dit que l’Open Source est exploité à outrance et que les développeurs ne gagnent jamais un centime, certains protestent en citant l’exemple de Redhat. Redhat a réalisé un chiffre d’affaires de 2 milliards de dollars en 2015 et pourtant, tous ses produits sont Open Source. Et on peut trouver de nombreux forks sur les distributions et les produits de Redhat, car l’entreprise ne fait pas payer le code, mais le support technique. Ce succès de Redhat est considéré comme une exception dans le monde de l’Open Source où la plupart des projets ont dû mal à joindre les 2 bouts. On se souvient de l’Open SSL qui avait dû mal à collecter 3 000 dollars par année.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    SourceGraph et sa licence Fair Source

    SourceGraph a publié son outil de collaboration sous une licence appelée Fair Source. Le principe est qu’on peut utiliser gratuitement le code à condition qu’on possède un projet qui implique moins de 15 employés. Si vous utilisez un projet sous Fair Source et que vous décidez de monter une entreprise avec plus de 15 personnes, alors vous devrez payer à la fois le code et le produit. Pour SourceGraph, c’est une alternative à l’Open Source traditionnel où chacun peut prendre le code, le modifier et le distribuer en respectant la même licence.

    Du moment que le code est utilisé dans une entreprise de taille suffisante, alors il est normal que le code et son produit deviennent rentables. Le principal problème de Fair Source est qu’il est incompatible avec des licences telles que la GPL de l’Open Source. La GPL implique une liberté totale sur la modification et l’utilisation. Cela signifie que Fair Source ne peut pas profiter de la visibilité de la GPL.

    Les modèles de financement inexistants de l’Open Source

    Le fait de payer pour du code sera une hérésie pour les partisans de l’Open Source, mais il faut que le projet soit rentable. Automattic, le créateur de WordPress, propose des options Premium pour les blogs hébergés sur sa plateforme. D’autres proposent des options supplémentaires payantes pour un produit sous Open Source. En fait, de nombreuses entreprises se lancent dans l’Open Source, mais elles se cassent rapidement la gueule par manque de financements. La plupart de ces entreprises se plaignent que les gros ténors du secteur utilisent leurs produits sans verser un seul centime.

    Les contributions inutiles de l’Open Source par les géants du web

    Ces derniers mois, on voit de plus en plus de géants du web qui proposent leurs outils en Open Source. Mais on se rend compte que ces outils sont loin de convenir à tous les développeurs et surtout que ces géants donnent quelques miettes en gardant leur meilleur produit. Google propose Kubernetes sous Open Source qui permet de gérer de grandes quantités de données à travers des milliers de serveurs. Mais Google ne va surement pas publier le code source de son moteur de recherche.

    Facebook a publié la base de données Cassandra sous Open Source, mais on n’a rien sur les algorithmes de sa Timeline. Microsoft a publié le Framework d’intelligence artificielle qui permet à Cortana de comprendre les commandes vocales, mais Cortana elle-même reste propriétaire. On voit que les géants du web font semblant de contribuer à l’Open Source, mais c’est réservé pour des domaines secondaires et tellement spécialisés qu’ils sont inutiles pour l’Open Source au quotidien. Et cela montre que si on ne verrouille pas le code de ses principaux produits, alors on ne pourra jamais gagner d’argent.

    Fair Source est une alternative bancale qui pose de nombreux problèmes sur l’éthique, mais c’est un début pour trouver un vrai modèle de monétisation de l’Open Source. Et Fair Source n’est pas la seule initiative, car d’autres entreprises telles que DataDuck, CodeEnvy ou Gitlab ont déjà créent des licences similaires pour leur produit.

     

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009. Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire. Pour me contacter personnellement : Whatsapp : +261341854716 Telegram : http://telegram.me/HoussenMoshine Mon compte Facebook Mon compte Twitter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *