Pourquoi se précipite-t-on pour créer des robots ?


  • FrançaisFrançais

  • La robotique est devenue un investissement majeur pour de nombreuses entreprises. La Chine est la pionnière pour remplacer sa main-d’oeuvre par des robots. Mais pourquoi ? Est-ce que le gouvernement veut libérer ses citoyens ? Non, c’est à cause de 12 %. Les salaires en Chine ont augmenté de 12 % et c’est suffisant pour investir des milliards de dollars dans des machines.


    Les robots vont voler votre travail, mais uniquement si vous êtes bien payé

    MIT Technology Review consacre un long dossier à la tendance de l’automatisation en Chine. La plupart des grandes usines créent des robots qui sont plus performants. Foxconn, le fabricant des iPhone, voyait déjà des millions de robots dans ses usines dès 2014. Mais c’est bien de créer des robots, mais encore faut-il qu’ils soient performants. Dans l’article, on peut lire que les entreprises n’ont pas le choix. Les salaires des Chinois en zone urbaine n’ont cessé d’augmenter tandis que des pays comme le Vietnam cassent les prix. Depuis 2001, le salaire a augmenté à un taux effarant (texto) de 12 %. Et c’est là qu’on doit se poser la question.

    On doit créer les robots pour éviter l’augmentation des salaires

    Est-ce qu’on investit des milliards de dollars afin d’éviter de donner 12 % à un mec qui aspire juste à des conditions de vie plus honorables ? Si c’est la principale raison de créer des robots, alors elle est non seulement minable, mais elle doit être combattue avec toute la force à notre disposition. À aucun moment, on ne nous promeut des robots qui vont aider l’humanité alors que c’est le but de la technologie à la base. On continue de croire aveuglément dans la technologie alors qu’elle contribue constamment à augmenter les inégalités et à nous faire voir un avenir très sombre.

    Même pas foutu de coller correctement une étiquette

    Mais un avenir dominé par les robots est loin d’être certain. Le robot doit être programmé avec une minutie très précise même pour la tâche la plus ingrate pour un humain. Par exemple, on crée un robot pour coller des étiquettes sur un carton. En premier lieu, le robot doit être positionné au millimètre près par rapport au carton. Le carton doit être également bien positionné ce qui n’est pas toujours le cas dans une chaine de montage. Si le carton est mal placé, alors le robot s’arrête et toute la chaine de montage est bloquée. En revanche, même si c’est un ouvrier très incompétent, il verra le carton mal placé et il collera correctement l’étiquette de manière instinctive. Si le robot n’est pas capable de remplir une tâche aussi basique, alors il faudra attendre longtemps pour que les robots nous remplacent. Et en fait, on risque d’avoir un marché du travail absurde, comme le système néo-libéral, où les ouvriers humains devront corriger les erreurs des robots qui sont censés les remplacer à la base.

    Les robots sont nuls, mais les algorithmes sont une autre paire de manches

    La plupart des perspectives observent la robotisation de la Chine pour dire que les robots vont dominer le monde du travail. Mais pour rassurer les cols blancs, on leur dit que les robots vont remplacer uniquement les tâches ingrates et pénibles et qu’on devrait s’en débarrasser de toute façon. Et cette perspective est totalement faussée parce qu’on regarde uniquement la Chine qui est un pays industriel alors qu’il faut regarder au niveau mondial. La Chine a tout intérêt à automatiser sa main d’oeuvre parce que cela concerne une grande partie de sa force du travail. Mais dans les autres pays, ce n’est pas la robotisation qui prédomine, mais l’intelligence artificielle qui n’est pas du tout la même chose puisqu’il menace tous les emplois qui sont bien payés.

    Qui a gagné contre le champion du monde du jeu de Go ? Un algorithme. Qui a écrit un livre de qualité suffisant pour passer la première étape d’un prix littéraire ? Un algorithme ? Qui va remplacer les avocats dans 10 ans ? Un algorithme. Vous voyez la tendance ? Si on suit la logique néo-libérale, alors sa philosophie est l’accumulation de profits sans aucune limite. Et dans cette logique, ils n’ont aucun intérêt à investir dans la robotique puisque les ouvriers sont déjà très mal payés. Mais ils ont tout intérêt à créer des algorithmes pour remplacer des gens qui font des tâches répétitives ou créatrices, mais qui sont très bien payés, car la société leur confère un statut social élevé par nature. Un juriste, même s’il ne fait que de la documentation pour un dossier juridique, sera toujours mieux considéré qu’un ouvrier, alors que sa tâche peut être aisément remplacée par un algorithme qui est gratuit pour l’entreprise à part l’investissement de départ.

    On peut arguer que l’algorithme peut rejoindre la robotique pour remplacer tout le monde, mais ce n’est pas possible. Pour remplacer les travailleurs manuels, il faut que la science puisse reproduire la dextérité d’une main qui colle une étiquette et on est à des décennies d’avoir cette précision. Au final, la robotisation menace bien les emplois, mais ce n’est pas ceux qu’on croit. L’ambition de l’automatisation consiste à remplacer les boulots les mieux rémunérés pour boucler la boucle néo-libérale.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *