Twitter : Un algorithme peut détecter des contenus sponsorisés

Twitter fait en sorte de mélanger le contenu sponsorisé et les Tweets normaux. La mention sponsorisée est toujours présente, mais elle est discrète. Un algorithme permet de détecter la popularité artificielle d’un Tweet ou d’une campagne. Cela permet de détecter de prétendus Hashtags populaires alors que c’est juste une stratégie de marketing des marques.


Un algorithme peut détecter du contenu sponsorisé sur Twitter

Un test de dopage pour les campagnes en ligne. Un peut détecter quand un Hashtag ou un meme reçoit plus d’attention qu’il n’en mérite. Cela peut démontrer qu’il a reçu un boost artificiel provenant de campagnes massivement sponsorisées ou des utilisateurs influents qui ont accepté un gros chèque. L’algorithme a été développé par Emilio Ferrara de l’université de Southern California.

Normalement, Twitter mentionne les Tweets sponsorisés. Mais on peut promouvoir les Hashtags par d’autres moyens tels que des sites web ou la télévision. Si on peut apprendre les caractéristiques d’une campagne sponsorisée, alors on peut les détecter et les bloquer.

L’équipe a entrainé leur algorithme pour qu’il étudie des Tweets sponsorisés par Twitter. Il apprend leur aspect et leur méthode de propagation. Une fois qu’il est entrainé, il va également trouver des Hashtags normaux tels que #GameofThrones ou #AmericanIdol. Dans l’ensemble, l’algorithme a eu une réussite de 95 % en manquant un seul Hashtag qui était sponsorisé par Twitter. Ferrara et ses collègues ont présenté leur résultat à la Tenth International AAAI Conference qui concerne le web et les médias sociaux.

Jacob Ratkiewicz, un ingénieur de Google, a déclaré qu’il était impressionné par la performance de l’algorithme. La détection de bots Twitter est une chose, mais c’est une autre histoire quand ce sont des humains qui tentent de vous refiler une publicité clandestine. Selon cet ingénieur, l’algorithme est capable de regarder une activité humaine et de déterminer si elle est artificielle ou légitime. C’est remarquable.

Mais il y a des publicités qui peuvent passer entre les mailles du filet selon Christo Wilson de la Northeastern University. Supposons que l’entreprise Shell demande à Kim Kardashian de tweeter quelque chose. Cela semble organique, car l’algorithme sera trompé par la célébrité indépendamment du fait que celle-ci puisse tweeter à propos de son postérieur ou du pétrole. Mais Wilson ajoute que cet algorithme peut nous aider à détecter une grande partie des contenus sponsorisés et c’est un exploit.

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *