jeudi , 30 mars 2017
Accueil » Technologie » Les changements sur le visa H-1B et son impact sur les entreprises de la Silicon Valley

Les changements sur le visa H-1B et son impact sur les entreprises de la Silicon Valley

Mot-clés: , , , , ,

Bloomberg a mis la main sur une proposition qui va changer radicalement le fonctionnement des visas d’immigration, notamment le fameux H-1B qui permet aux entreprises technologiques de recruter à l’étranger. Désormais, place aux Américains et ouste aux autres !


Les changements sur le visa H-1B et son impact sur les entreprises de la Silicon Valley
La première initiative de l’administration Trump de bannir les réfugiés provenant de plusieurs pays musulmans a été accueillie avec son lot de scandales et d’indignation. On a également des employés de plusieurs entreprises technologiques qui sont dans la panade, mais Bloomberg rapporte qu’il a pu voir la prochaine proposition de loi sur les visas de type H-1B et ça risque de faire très mal aux entreprises technologiques.1

L’une des principales critiques sur les entreprises de la Silicon Valley est qu’elles abusent des visas de l’immigration pour recruter des employés à bas cout via des entreprises de consulting telles que Infosys et Wipro. Si les changements sont effectifs, alors le visa H-1B donnera d’abord la priorité aux Américains avant les immigrés. Les visas d’immigration ont été implémentés à la base pour permettre aux entreprises américaines de recruter à l’étranger si elles ne trouvaient pas de main-d’oeuvre qualifiée sur place. Mais aujourd’hui, les entreprises s’en servent principalement pour des employés d’Inde ou de Chine parce que ces derniers acceptent un salaire moindre comparé à la norme aux États-Unis.

Malheureusement, l’histoire n’est pas aussi simple. Les talents provenant de l’immigration ont permis aux entreprises technologiques d’augmenter leur productivité et leur créativité ce qui leur a permis de devenir les géants qu’on connait aujourd’hui. Et ces géants ont créé des milliers d’emplois via un effet de réaction en chaine. De ce fait, on peut être sceptique comment une restriction de ces visas pourrait bénéficier aux intérêts américains.

Mais les immigrés ne seront pas entièrement pénalisés. Si les changements passent, alors les entreprises devront privilégier les meilleurs talents en leur offrant les meilleurs salaires. Aujourd’hui, un immigrant indien peut travailler pour 40 000 à 60 000 dollars par an pour un job de développeur alors que des entreprises comme Google proposent jusqu’à 100 000 dollars par an. Le premier cas est un employé qui est géré par des entreprises de consulting comme Infosys qui « importent » de la main d’oeuvre à bas prix en gobant une grande marge bénéficiaire au passage grâce aux frais de consulting.

Actuellement, le visa H-1B permet à 85 000 personnes de venir aux États-Unis chaque année. On a également les visas L-1, E-2 et B1. Mais c’est surtout le visa H-1B qui sera la principale cible de cette refonte de l’immigration. En soi, c’est une bonne chose. Car on privilégie les travailleurs américains et on s’assure que les immigrés ne se fassent pas exploiter par des entreprises de consulting qui sont plus des parasites qu’autre chose. Cependant, c’est un changement qui pose aussi des problèmes. Il faut que les citoyens américains puissent satisfaire la demande dans les emplois technologiques et ce n’est pas gagné. Il y a de moins en moins d’étudiants américains qui suivent des études technologiques. Les principales raisons sont le cout des études qui ont explosé ces dernières années et les critères de plus en plus drastiques des meilleures universités. Étant donné que le système éducatif américain est très inégalitaire, il ne peut pas produire suffisamment de talents pour satisfaire la demande.

De plus, les entreprises comme Google et Facebook vont contourner les changements du visa H-1B en créant des annexes en Inde ou en Chine. Ils vont les former là-bas et ils seront payés avec des salaires qui seront 20 fois moindres comparées aux normes américaines. La plupart des entreprises technologiques ont déjà des Hubs dans les pays à fort potentiel sur les métiers technologiques. Donc, un changement plus strict sur les visas de l’immigration aura peu d’impact sur le long terme et il aura même des effets pervers, car les entreprises de la Silicon Valley vont délocaliser de plus en plus.

Sources

1.
Trump’s Next Immigration Move to Hit Closer to Home for Tech. Bloomberg.com. https://www.bloomberg.com/news/articles/2017-01-30/trump-s-next-move-on-immigration-to-hit-closer-to-home-for-tech. Published January 30, 2017. Accessed January 31, 2017.
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Quelle est la fiabilité de cette information ou étude ?


A propos de Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Blogueur frénétique et précaire comme tout blogueur qui se respecte.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG