L'Europe attaque le Bitcoin et le carte de paiement prépayée pour lutter contre le terrorisme

L’Union Européenne va renforcer considérablement ses lois concernant l’utilisation du Bitcoin et des cartes prépayées afin de lutter contre le terrorisme. Une tentative de plus pour renforcer le monopole du système financier traditionnel.


L'Union Européenne veut attaquer le Bitcoin et les cartes de paiements prépayées pour lutter contre le terrorisme

La Commission Européenne va proposer des lois plus strictes sur le et les cartes de paiement prépayées à la fin du mois de juin 2016. Pour répondre aux attaques de Paris, la Commission veut limiter les transferts bancaires qui ne passent pas par le Terrorist Financing Tracking Programme (TFTP). Le TFTP est un programme très controversé des Américains pour surveiller toutes les transactions passant par le réseau SWIFT qui gère tous les transferts bancaires internationaux. Il a été mis en place après les attaques du 11 septembre 2001. Pour Valdis Dombrovskis, vice-président de la Commission Européenne, il faut supprimer tous les moyens de financement des terroristes et le Bitcoin et les cartes prépayées sont la principale cible.

Des preuves de l’identité réelle de l’utilisateur avec le Bitcoin

Parmi les mesures envisagées par l’UE, il faudra que les utilisateurs de Bitcoin et de carte prépayée fournissent leurs vrais identités s’ils veulent effectuer des transactions dans le territoire européen. La Commission Européenne veut également suivre l’exemple de la France afin de limiter les montants qu’on peut charger dans une carte prépayée.

Jusqu’à maintenant, aucune des enquêtes n’a pu déterminer que les terroristes utilisent massivement le Bitcoin ou les cartes de paiement prépayées. En fait, les terroristes de Paris ont principalement utilisé du cash qui est beaucoup plus anonyme. De plus, les paiements anonymes concernent 80 % des transactions avec le Bitcoin. De ce fait, ces lois ne sont qu’une tentative de plus pour attaquer directement le Bitcoin et on a ajouté la  pour que l’attaque ne soit pas trop évidente.

Un prétexte pour attaquer les paiements alternatifs

Etant donné que Visa ou Mastercard proposent aussi des cartes prépayées, on voit mal comment les européens pourraient les bannir, car elles sont très populaires auprès des utilisateurs, car cela leur permet d’effectuer des transactions avec beaucoup plus de liberté. Enfin, l’argument de l’anonymat ne tient pas la route puisqu’on doit déjà fournir des informations d’identité pour avoir une carte de paiement prépayée dans certains pays et la plupart des plateformes de Bitcoin demandent des informations telles qu’un compte bancaire afin d’identifier les transactions.

Source : Reuters

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *