La recherche LJI révèle à quel point les lymphocytes T agressifs peuvent aggraver les maladies cardiaques


  • FrançaisFrançais



  • La prévention de l’athérosclérose, la cause sous-jacente des maladies cardiaques, signifie que les scientifiques doivent comprendre comment les cellules immunitaires entraînent l’inflammation dans les artères.

    Le défi est que les lymphocytes T impliqués dans l’athérosclérose sont très rares et extrêmement difficiles à trouver dans la circulation sanguine. « Il s’agit d’un problème classique d’aiguille dans la botte de foin », déclare le professeur Klaus Ley, MD de l’Institut La Jolla d’immunologie (LJI).

    Mais les lymphocytes T ne peuvent pas se cacher indéfiniment. Dans une étude publiée récemment dans Nature Recherche cardiovasculaireLey et ses collègues décrivent un groupe de lymphocytes T qui attaquent une protéine appelée apolipoprotéine B (APOB).

    L’APOB est le principal composant protéique du LDL, ou « mauvais » cholestérol. Des plaques dangereuses peuvent se former dans les artères à mesure que les niveaux de LDL augmentent dans le sang. Ces plaques peuvent entraîner une inflammation, bloquer le flux sanguin et même se briser pour déclencher des accidents vasculaires cérébraux et des crises cardiaques.

    Ley et ses collègues ont découvert que les lymphocytes T qui ciblent l’APOB peuvent contribuer à l’inflammation et favoriser la progression de l’athérosclérose. En fait, des expériences de suivi sur des souris ont montré qu’à mesure que la maladie s’aggrave, un phénomène appelé « expansion » des lymphocytes T conduit à de plus en plus de ces lymphocytes T réactifs à l’APOB dans la circulation sanguine.

    « Les lymphocytes T spécifiques à l’APOB deviennent plus agressifs une fois que la maladie a commencé », explique Ley.

    La nouvelle étude est la première à décrire les lymphocytes T impliqués dans l’athérosclérose avec un haut niveau de détail. Ley et ses collègues ont analysé des échantillons de sang de huit femmes d’une cohorte diversifiée de femmes dans la cinquantaine et la soixantaine (volontaires de l’étude interagences sur le VIH des femmes financée par les NIH).

    L’équipe du LJI a collaboré avec des scientifiques de l’Albert Einstein College of Medicine pour analyser soigneusement plus de 12 000 lymphocytes T de ces patients à l’aide de deux techniques de pointe : le séquençage de l’ARN unicellulaire et le séquençage des récepteurs des lymphocytes T. Dans cet immense pool de cellules T, 110 cellules se sont démarquées et les scientifiques ont découvert que ces cellules étaient capables de cibler l’APOB.

    En zoomant davantage, les chercheurs ont découvert que les lymphocytes T ciblant l’APOB ressemblent à un type de lymphocyte T appelé lymphocyte T régulateur (Treg), qui régule normalement l’inflammation. Pourtant, ces lymphocytes T ne se comportaient pas comme des Tregs normaux. Il semble que ces nouvelles cellules T développent une nouvelle identité à mesure que les maladies cardiaques se développent.

    Cette étude est une bonne nouvelle pour l’avenir du traitement des maladies cardiaques. Ley dit que la détection de ces lymphocytes T peut conduire à des diagnostics pour mieux détecter les maladies cardiaques – et la gravité de la maladie – grâce à un échantillon de sang. Ces connaissances rapprochent également Ley du développement d’un vaccin qui atténue cette activité dangereuse des cellules immunitaires pour prévenir l’athérosclérose.

    À l’avenir, Ley prévoit d’examiner un groupe de patients plus large qui comprend également des hommes atteints d’athérosclérose. Il espère entrer en contact avec davantage de patients atteints de maladies cardiovasculaires et travailler avec leurs médecins pour collecter de petits échantillons de sang pour la recherche clinique. « Le facteur limitant dans ce travail est l’accès aux échantillons de patients », dit-il.

    Cette recherche a été soutenue par une bourse de recherche de la Japan Society for the Promotion of Science Overseas, une bourse de recherche de la Uehara Memorial Foundation et les National Institutes of Health (subventions HL 136275, 145241, 148094, K01HL137557). Le Zeiss LSM 880 Airyscan Confocal a été financé par la subvention NIH S10OD021831.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Institut La Jolla d’immunologie. Original écrit par Madeline McCurry-Schmidt. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.