La critique de la science médicale a atteint des sommets avec l'épidémie de coronavirus. Conflits d'intérêt, des scientifiques devenus des bureaucrates pour le profit, des tonnes de médicaments inutiles et couteux. Une alternative est de proposer une "médecine douce" et ce n'est pas un terme hippie pour fumer des pissenlits. Mais de découper de tout ce qui dépasse dans la médecine actuelle pour faire ce qu'elle devrait censé faire, soigner les gens le mieux possible et à moindre cout en évitant de les considérant comme des enfants à pilules au passage. 0

Une médecine douce pourrait transformer radicalement la pratique médicale

La critique de la science médicale a atteint des sommets avec l’épidémie de coronavirus. Conflits d’intérêt, des scientifiques devenus des bureaucrates pour le profit, des tonnes de médicaments inutiles et couteux. Une alternative est de proposer une « médecine douce » et ce n’est pas un terme hippie pour fumer des pissenlits. Mais de découper de tout ce qui dépasse dans la médecine actuelle pour faire ce qu’elle devrait censé faire, soigner les gens le mieux possible et à moindre cout en évitant de les considérant comme des enfants à pilules au passage.

La société occidentale a éloigné l'idée de la mort grâce aux avancées médicales. Toutefois, supprimer la mort est une chose impossible et cela peut donner une atrophie de la société sans cette acceptation. La médecine occidentale, basée sur ses principes aristotélicienne, possède des limites et peut-être qu'on devrait se tourner vers la philosophie d'Heidegger pour trouver cette raison d'être. 0

Tôt ou tard, nous allons mourir, une raison d’être peut-il nous aider ?

La société occidentale a éloigné l’idée de la mort grâce aux avancées médicales. Toutefois, supprimer la mort est une chose impossible et cela peut donner une atrophie de la société sans cette acceptation. La médecine occidentale, basée sur ses principes aristotélicienne, possède des limites et peut-être qu’on devrait se tourner vers la philosophie d’Heidegger pour trouver cette raison d’être.

La crise du coronavirus a montré la futilité du secteur privé. Un secteur rapace, destructeur et dont l'inutilité est confondante. Des services publics forts, avec la santé, l'éducation, la liberté, l'information, l'électricité, l'eau, sont les seules garanties d'une société en bonne santé dans tous les domaines. Si on laisse le profit privé, gérer le monde comme on le fait actuellement, alors il suffit de regarder par la fenêtre pendant les confinements sur ses principaux résultats : Le néant et la mort. 0

Le profit privé ne doit plus être glorifié au sacrifice du bien public

La crise du coronavirus a montré la futilité du secteur privé. Un secteur rapace, destructeur et dont l’inutilité est confondante. Des services publics forts, avec la santé, l’éducation, la liberté, l’information, l’électricité, l’eau, sont les seules garanties d’une société en bonne santé dans tous les domaines. Si on laisse le profit privé, gérer le monde comme on le fait actuellement, alors il suffit de regarder par la fenêtre pendant les confinements sur ses principaux résultats : Le néant et la mort.

Entre les optimistes et les pessimistes sur le changement climatique, Kant peut donner une piste de réflexion. Faire quelque chose même quand tout est perdu, juste parce que c'est la bonne chose à faire ou le faire parce qu'on a tout intérêt à le faire dans un espèce d'appel à la justice morale suprême ? 0

Y a-t-il une limite à l’optimisme en matière de changement climatique ?

Entre les optimistes et les pessimistes sur le changement climatique, Kant peut donner une piste de réflexion. Faire quelque chose même quand tout est perdu, juste parce que c’est la bonne chose à faire ou le faire parce qu’on a tout intérêt à le faire dans un espèce d’appel à la justice morale suprême ?

L'antisémitisme dans l'époque médiévale était bien caché pour nos yeux modernes. Un hibou, pour nous contemporains, représenterait la sagesse, mais pour le chrétien médiéval, il représente un juif, animal considéré comme impur. Le bestiaire n'est pas un simple livre avec des jolies images. La symbolique qui lui est associée est forte et parfois sombre. 0

Pour voir l’antisémitisme dans les bestiaires médiévaux, cherchez le hibou

L’antisémitisme dans l’époque médiévale était bien caché pour nos yeux modernes. Un hibou, pour nous contemporains, représenterait la sagesse, mais pour le chrétien médiéval, il représente un juif, animal considéré comme impur. Le bestiaire n’est pas un simple livre avec des jolies images. La symbolique qui lui est associée est forte et parfois sombre.