Pourquoi la vaccination contre le paludisme perd rapidement son effet protecteur —


  • FrançaisFrançais



  • Des scientifiques du Centre allemand de recherche sur le cancer (DKFZ) ont étudié la réponse immunitaire humaine après immunisation avec l’agent pathogène du paludisme Plasmodium falciparum. Leur objectif était de découvrir contre quels composants protéiques les cellules T auxiliaires ainsi induites sont dirigées. À la surprise des chercheurs, les cellules T auxiliaires ont réagi exclusivement à la séquence protéique de la souche vaccinale et n’ont montré pratiquement aucune réactivité croisée avec les variants pathogènes naturels. Cela pourrait expliquer pourquoi les infections naturelles, auxquelles les habitants des zones endémiques sont constamment exposés, offrent peu de protection contre les nouvelles maladies avec d’autres souches, et pourquoi l’effet de la vaccination disponible à ce jour ne dure que peu de temps.

    Malgré des succès impressionnants dans la lutte contre le paludisme, plus de 600 000 personnes dans le monde meurent encore chaque année de cette maladie tropicale, selon l’Organisation mondiale de la santé. La grande majorité des cas mortels de paludisme sont causés par l’agent pathogène Plasmodium falciparum. A ce jour, il n’existe qu’un seul vaccin homologué contre cet organisme unicellulaire, et son efficacité, déjà assez faible, ne dure pas longtemps.

    Le vaccin est dirigé contre la CSP, la protéine quantitativement dominante à la surface des « sporozoïtes ». Les sporozoïtes sont le stade de l’agent pathogène du paludisme qui se transmet par la piqûre du moustique et pénètre dans le sang humain. « Pour améliorer le vaccin, nous devons comprendre quels anticorps protecteurs sont induits par l’immunisation. Mais la production de tels anticorps dépend dans une large mesure de l’aide des soi-disant cellules folliculaires T auxiliaires », explique Hedda Wardemann du German Cancer Centre de recherche. « Ils garantissent que les cellules B se transforment en cellules plasmatiques productrices d’anticorps et en cellules B mémoire. »

    Pour étudier en détail la réponse des cellules auxiliaires T contre le CSP, l’équipe dirigée par l’immunologiste du DKFZ Wardemann a examiné le sang de volontaires infectés par des sporozoïtes P. falciparum tués de la souche vaccinale. Les volontaires étaient d’origine européenne et n’avaient eu aucun contact antérieur avec des agents pathogènes du paludisme. Les chercheurs ont analysé les cellules T auxiliaires folliculaires spécifiques de Plasmodium induites au niveau de la cellule unique. En particulier, ils ont concentré leur recherche sur les séquences de CSP qui sont reconnues par les récepteurs des cellules T auxiliaires.

    Les analyses ont révélé que les récepteurs des lymphocytes T ciblaient principalement les acides aminés 311 à 333 du CSP. Mais une autre observation a stupéfié les chercheurs : il n’y avait pratiquement aucune réactivité croisée entre les clones individuels de lymphocytes T. « Les récepteurs se lient très spécifiquement uniquement aux épitopes CSP de la souche vaccinale utilisée. Même les déviations d’un seul composant d’acide aminé n’étaient pas tolérées dans certains cas », explique Wardemann.

    L’immunologiste souligne que dans la population naturelle de P. falciparum, les polymorphismes de séquence se produisent à un degré élevé dans cette région du CSP. « La spécificité des clones de lymphocytes T empêche les infections naturelles constamment récurrentes par l’agent pathogène d’agir comme un » rappel « naturel ». Cela pourrait peut-être expliquer pourquoi l’effet protecteur du vaccin contre le paludisme s’estompe si rapidement », a déclaré Wardemann. Le chercheur recommande que le développement ultérieur du vaccin teste si l’induction d’un spectre plus large de cellules T auxiliaires pourrait générer une protection immunitaire plus durable.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Centre allemand de recherche sur le cancer (Deutsches Krebsforschungszentrum, DKFZ). Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.