La mémoire chimique des plantes affecte les chances de survie de la progéniture


  • FrançaisFrançais



  • Des chercheurs de l’Université de Warwick ont ​​découvert le mécanisme qui permet aux plantes de transmettre leurs “mémoires” à leur progéniture, ce qui entraîne des défauts de croissance et de développement.

    Afin de survivre et de prospérer, les plantes ont la capacité unique de détecter et de se souvenir des changements dans leur environnement. Ceci est lié à la modification chimique de l’ADN et des protéines histones, qui modifie la manière dont l’ADN est conditionné dans le noyau de la cellule et les gènes sont exprimés – un processus connu sous le nom de régulation épigénétique.

    Habituellement, ces informations épigénétiques sont réinitialisées lors de la reproduction sexuée pour effacer tout «souvenir» inapproprié de la transmission afin de garantir la croissance normale de la progéniture. Dans l’article “Un nouveau rôle pour les histones déméthylases dans le maintien de l’intégrité du génome des plantes” publié dans la revue elifeil a été constaté que certaines plantes étaient incapables d’oublier cette information et la transmettaient à leur descendance, affectant ainsi leurs chances de survie.

    Les chercheurs ont identifié deux protéines dans Thale Cress (Arabidopsis), auparavant connues uniquement pour contrôler l’initiation et le moment de la floraison, qui sont également responsables du contrôle de la « mémoire végétale » par la modification chimique (déméthylation) des protéines histones.

    Ils ont montré que les plantes incapables de réinitialiser ces marques chimiques lors de la reproduction sexuée, transmettaient cette « mémoire » aux générations suivantes, entraînant des défauts de croissance et de développement.

    Certains de ces défauts étaient liés à l’activation d’éléments d’ADN égoïstes, également appelés «gènes sauteurs» ou transposons, indiquant ainsi que l’effacement de cette «mémoire» est également essentiel pour maintenir l’intégrité des génomes végétaux en faisant taire les transposons.

    Le professeur Jose Gutierrez-Marcos, auteur principal de l’article de l’École des sciences de la vie de l’Université de Warwick, a commenté :

    “Notre étude sur les protéines qui régulent la mémoire des plantes a montré à quel point il est important que les marques chimiques soient réinitialisées lors de la reproduction sexuée afin d’éviter que la progéniture hérite de “mémoires” inappropriées qui conduisent à des défauts de croissance et de développement associés à l’instabilité du génome.

    “La prochaine étape consiste à déterminer comment manipuler ces “mémoires” à des fins de sélection végétale, afin que les générations suivantes fassent preuve d’une plus grande adaptabilité pour leur permettre de prospérer dans un environnement changeant.”

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Université de Warwick. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *