Lancet vs Scalpel : la guerre des drones russes est lancée


  • FrançaisFrançais

  • L’armée russe a reçu 15 drones Scalpel, qui offrent une portée opérationnelle similaire aux Lancet, mais à un prix dix fois inférieur. Quelles sont les différences entre ces deux modèles de drones kamikazes ?


    Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram

    Crédit : Tass

    L’armée russe a reçu le premier lot de drones Scalpel, qui marquent le début d’une nouvelle ère dans la technologie militaire. Conçus par le bureau d’études Vostok, ces drones offrent une plus grande portée opérationnelle que les Lancet éprouvés.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Selon le bureau d’études, “Après avoir lancé la production initiale à petite échelle de la plateforme Scalpel, nous fabriquons environ 20 drones par mois. Selon la demande, il y a un potentiel pour augmenter considérablement la production. Pour l’instant, un lot de Scalpels, composé de 15 drones, a été fourni à la région SVO.”

    Les retours d’expérience du test du Scalpel ont montré des résultats positifs sur ces véhicules aériens sans pilote [UAV]. “Les pilotes ont trouvé l’appareil facile à manipuler, et stable lors des piqués, ce qui facilite le ciblage. La simplicité de l’appareil pour la préparation du vol a également été très appréciée“, ont ajouté les concepteurs.

    Si le Scalpel présente quelques lacunes par rapport au drone kamikaze Lancet, il les compense par un prix plus abordable [environ 3 300 dollars] et une plus grande résistance aux interférences. D’ici la fin du mois de janvier 2024, des plans sont en cours pour améliorer le Scalpel avec une caméra offrant un grossissement de 10 à 30 fois, ainsi qu’un système de capture et de ciblage des objectifs.

    Actuellement, le poids de la charge utile de ce drone est de 5 kilogrammes, avec un poids au décollage de 10,5 kilogrammes. Il affiche une vitesse de croisière de 120 kilomètres par heure, et il peut couvrir une distance de vol de 40 kilomètres. Pour Alexander Khodakovsky, un officier impliqué de près dans ce projet, l’objectif principal est maintenant de “faire passer ce drone abordable, efficace et à longue portée à la production de masse“.

    Quelles sont les différences ?

    Lorsque l’on examine les drones Lancet et Scalpel, leurs similitudes semblent plus marquées que leurs différences. La ressemblance frappante dans le design, des ailes en forme de croix reliées au milieu et aux extrémités du fuselage, accompagnées d’une dérive, est notable dans les deux modèles.

    Fait intéressant, la portée opérationnelle des modèles de base des deux drones est également assez similaire, avec une distance maximale de 40 km. Cependant, il est important de noter que des améliorations récentes ont considérablement augmenté la portée opérationnelle du Lancet en Russie. Des indications suggèrent que des frappes ont été effectuées sur des positions ukrainiennes depuis un lieu russe voisin situé à environ 60-70 km.

    Cependant, en examinant les vitesses de vol maximales de ces drones, une différence clé apparaît. Les informations du bureau d’études Vostok indiquent que le Scalpel atteint une vitesse maximale de 120 km/h. En revanche, le Lancet peut atteindre plus du double de cette vitesse, un remarquable 300 km/h.

    Les 15 unités Scapel envoyées en Ukraine étaient probablement destinées à des tests de vol et à une destruction éventuelle. À cet égard, le Lancet a l’avantage, d’avoir presque une année d’avance. En fait, plusieurs drones Lancet peuvent être lancés à partir d’une seule plateforme et travailler en unisson, comme un essaim. Une autre différence significative est l’incertitude quant au fait que le Scalpel atteindra même la version 2.0, surtout si l’on considère qu’il est presque dix fois moins cher que le Lancet.

    Spéculer sur la nature de la charge militaire du Scalpel est difficile en raison de l’absence d’informations spécifiques. Néanmoins, il est raisonnable de supposer que le Scalpel n’égale pas la puissance destructrice du Lancet. Cette hypothèse prend en compte quelques facteurs, dont le coût inférieur du Scalpel, sa taille plus petite, et le processus de lancement actuel d’une rampe de lancement par drone.

    Objectifs présumés

    Il reste incertain qui ou quoi sera à la réception des nouvelles armes Scalpel de la Russie. L’impact de la frappe du Lancet a déjà montré une force destructive importante, qu’il s’agisse de véhicules blindés lourds comme des SUV, des véhicules de combat d’infanterie, ou de menaces plus importantes comme des obusiers automoteurs et des chars Leopard 2.

    Il est plausible que le Scalpel, économique, sera principalement employé contre des cibles moins robustes, qui comprennent des véhicules de transport comme des SUV, des camions et des buggies. Déployer le Lancet contre ces cibles pourrait en effet s’avérer être une stratégie réussie, mais potentiellement excessive compte tenu du coût qu’il représente. D’où la nécessité d’armes, comme le Scalpel, qui offrent des capacités destructrices similaires au Lancet, mais à un prix plus abordable.

    Selon la charge utile, de petites cachettes abritant des soldats ennemis pourraient également être dans le viseur du Scalpel. Les drones FPV opèrent généralement dans ces zones, mais le Scalpel pourrait renforcer les efforts de surveillance et de reconnaissance en tandem avec ces drones. De plus, il pourrait être déployé pour des frappes finales si les opérations dévient du cours prévu.

    Une autre perspective intrigante est l’emploi potentiel de canons Scalpel et de leurs systèmes de lancement dans des véhicules d’infanterie ou des véhicules blindés, servant de puissance de feu supplémentaire pour compléter les armements existants sur divers véhicules terrestres. La Russie a récemment signalé son intention d’entreprendre de telles entreprises, indiquant que le Scalpel pourrait potentiellement être intégré prochainement.

    Les ailes croisées

    À première vue, il semble que le design du Scalpel ne diffère pas beaucoup de son prédécesseur, le Lancet, notamment dans l’utilisation d’ailes croisées. Mais cela nous amène à nous demander, pourquoi le bureau d’études russe Vostok choisirait-il de reproduire ce design ?

    Certes, le Lancet a fait ses preuves, mais il doit y avoir une explication plus profonde pour l’utilisation continue de cette configuration d’aile. Plusieurs ingénieurs aéronautiques, notamment d’origine russe, suggèrent une meilleure stabilité de vol comme un avantage clé. Ce design permet de répartir uniformément la portance sur l’envergure, minimisant la possibilité que le drone subisse une instabilité de roulis ou de tangage. En conséquence, il peut maintenir une trajectoire de vol stable avec un contrôle et une maniabilité plus faciles.

    Un autre avantage notable est la réduction de la résistance. La forme profilée créée par les ailes croisées minimise les forces de traînée agissant sur le drone pendant le vol.

    Enfin, le design à ailes croisées peut augmenter le rapport portance-traînée du drone. En ajustant minutieusement la forme et l’angle d’attaque de l’aile, il est possible de générer une plus grande portance tout en maintenant une traînée minimale.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *