Chloroquine, passé et présent

Comme je l’ai mentionné dans un précédent article, la chloroquine, comme traitement contre le coronovirus est intéressant, mais il faut des essais à grande échelle. Car les effets secondaires peuvent être importants. Ci-dessous, l’histoire de la chloroquine.


Comme je l'ai mentionné dans un précédent article, la chloroquine, comme traitement contre le coronovirus est intéressant, mais il faut des essais à grande échelle. Car les effets secondaires peuvent être importants. Ci-dessous, l'histoire de la chloroquine.

Maintenant que la chloroquine fait la une des journaux, j’ai pensé qu’il pourrait être intéressant de regarder de plus près le composé. La première partie de ce post sera lourde en chimie, nous verrons plus loin la pharmacologie et les utilisations médicales.

Les Incas utilisaient déjà la

Comme je l'ai mentionné dans un précédent article, la chloroquine, comme traitement contre le coronovirus est intéressant, mais il faut des essais à grande échelle. Car les effets secondaires peuvent être importants. Ci-dessous, l'histoire de la chloroquine.La chloroquine est réputée comme antipaludique, et l’histoire des antipaludéens commence bien sûr par la quinine (à droite). C’est le composé actif de l’écorce de quinquina, dont les propriétés médicinales étaient connues depuis longtemps chez les indigènes d’Amérique du Sud dans les régions tropicales des Andes, les Incas et le ou les peuples que les Incas absorbaient dans leur empire. Ils ne semblaient pas l’utiliser comme traitement contre le paludisme en soi, mais était plutôt connu comme un traitement contre les frissons, provoqué soit par des températures basses, soit par le paludisme lui-même.

Les conquérants espagnols l’ont introduit en Europe dans les années 1600. L’étude de l’écorce de quinquina et de ses extraits est un élément clé de l’histoire de la chimie médicinale en tant que science, le composé pur a été extrait en 1820 par Caventou et Pelletier, et le développement du mauve de Perkin était une tentative de Perkin lui-même de synthétiser la quinine.

D’un point de vue chimique, ce travail était condamné à l’échec, car il n’a pas pu faire de la quinine, mais le colorant violet qu’il a produit l’a rendu riche, célèbre et a donné un coup de fouet à l’industrie des colorants synthétiques et à la chimie organique industrielle en général. La quinine elle-même n’a pas été synthétisée avant 1944, un effort de guerre de Woodward et von Doering, et il n’y a jamais eu de synthèse pouvant rivaliser avec l’extraction de l’écorce.

Tentation de synthétiser la quinine

Comme je l'ai mentionné dans un précédent article, la chloroquine, comme traitement contre le coronovirus est intéressant, mais il faut des essais à grande échelle. Car les effets secondaires peuvent être importants. Ci-dessous, l'histoire de la chloroquine.La recherche d’alternatives à la quinine a commencé tôt, notamment parce que le produit naturel lui-même était d’abord un monopole de la couronne espagnole et plus tard (via un espionnage horticole similaire à ce qui s’est passé avec la production de caoutchouc), un marché créé par les Hollandais via des plantations en Indonésie. En 1891, Paul Ehrlich lui-même a découvert que le bleu de méthylène (à droite, les colorants synthétiques, montrant leurs machins) était en fait un composé antipaludéen, même s’il n’était pas vraiment assez efficace pour prendre le relais de la quinine elle-même.

Comme je l'ai mentionné dans un précédent article, la chloroquine, comme traitement contre le coronovirus est intéressant, mais il faut des essais à grande échelle. Car les effets secondaires peuvent être importants. Ci-dessous, l'histoire de la chloroquine.De plus, aux doses nécessaires, elle avait tendance à transformer les gens en Schtroumpfs (ils devenaient bleus dans diverses parties). C’est ce que vous obtenez lorsque vous démarrez une industrie pharmaceutique à partir d’une industrie des pigments et des colorants.

Autre exemple, le premier sulfamide, Prontosil, avait tendance à rougir définitivement les gens; il n’a été découvert que plus tard que la partie colorant rouge n’était qu’un bagage structurel et que toute l’activité était dans le petit sulfonamide sur le côté. L’un des étudiants de Bayer, Wilhelm Röhl, travaillait chez Bayer et a lancé un programme pour tester les composés synthétiques de l’entreprise pour l’activité paludéenne et pour faire des analogues autour des actifs. Cela a conduit en 1931 à la quinacrine (à droite), également connue sous le nom de mépacrine ou sous son ancien nom commercial d’Atabrine.

Transformer les gens en couleur de l’arc-en-ciel

Vous pouvez voir les racines bleues de méthylène dans sa structure, bien que celle-ci ne soit pas bleue, elle est jaune et a également eu un effet de coloration notable sur le patient. Il est assez efficace comme antipaludique et a été utilisé en grande quantité pendant la Seconde Guerre mondiale, mais il a de graves effets secondaires. Non seulement il jaunit, mais il peut entraîner des effets psychologiques (dépression et psychose), des convulsions, des acouphènes permanents et des problèmes d’équilibre, etc. D’autres antipaludéens plus récents comme la méfloquine (Lariam) ont les mêmes problèmes.

Comme je l'ai mentionné dans un précédent article, la chloroquine, comme traitement contre le coronovirus est intéressant, mais il faut des essais à grande échelle. Car les effets secondaires peuvent être importants. Ci-dessous, l'histoire de la chloroquine.Et la chloroquine aussi, à droite. Celle-ci a été synthétisé en 1934 par Hans Andersag chez Bayer, et l’évaluation initiale du médicament par Bayer l’a identifié comme trop toxique pour un usage humain. Cela a ensuite été considéré comme une erreur majeure («l’erreur de résochine», en utilisant le nom commercial allemand du médicament), car il est devenu un médicament antipaludique majeur après la Seconde Guerre mondiale.

Il a été considéré comme une avancée majeure dans la mesure où il avait une forte activité antipaludique et ne faisait pas réellement changer les gens en différentes couleurs d’arc-en-ciel. Vous pouvez voir comment celui-ci provenait de la quinacrine, coupant simplement ce troisième anneau, qui se débarrasse également des propriétés d’absorption de la lumière visible colorée.

Des effets secondaires importants

Et cela revient également un peu plus près de la quinine, en tant que quinoléine substituée avec un groupe aminoalkyle en position 4. Mais cela peut encore conduire à la dépression et à d’autres effets. L’hydroxychloroquine est apparue dans les années 1950 et a juste un groupe OH supplémentaire qui se détache de l’un de ces N-éthyles à la fin de la chaîne; c’est assez similaire à la chloroquine elle-même.

Vous vous demandez peut-être comment un médicament antiparasitaire pourrait faire cela, mais le problème est que le mode d’action de tous ces médicaments contre les parasites du paludisme est encore en discussion. Et il y a presque certainement plusieurs modes d’action au travail, qui continueront d’avoir des effets différents dans différents tissus humains, etc. Et il y a des effets secondaires dans l’œil. Il a été suggéré comme complément à certains régimes de thérapie contre le cancer, mais il y a aussi des problèmes au niveau des reins.

Donc, si vous voyez quelqu’un expliquer en toute confiance à quel point la chloroquine exerce une activité antivirale quelle qu’elle soit, n’hésitez pas à lire autre chose. Personne n’est encore sûr. Les virus ont certainement moins de pièces mobiles que les trypanosomes, donc il pourrait être plus facile de comprendre ce qui se passe, mais quiconque a fait un «ID cible» vous dira de travailler davantage.

Des pistes sur le zinc

Il existe toutes sortes de suggestions, dont certaines sont issues d’hypothèses antipaludiques. Une idée que je trouve particulièrement amusante, pour des raisons personnelles, est l’idée de complexer les ions zinc. Je dis cela parce qu’il y a plus de 20 ans, j’étais sur un projet ciblant une enzyme particulière de la phosphatase (je sais, je sais, elle était aussi vouée à l’échec que tous les autres travaux sur la phosphatase de cette époque …).

Notre composé principal était assez similaire à la chloroquine, ce qui est intéressant parce que je travaillais pour Bayer à l’époque – il y avait encore beaucoup de telles structures depuis longtemps dans la collection de composés. Malheureusement, aucun des analogues que nous avons créés n’était le moins du monde actif, alors j’ai fait ce que j’aurais dû faire dès le début et j’ai commandé une partie de l’échantillon de poudre d’origine pour une analyse plus stricte.

L’envoyer pour analyse élémentaire et vérifier toutes les boîtes d’éléments métalliques ont révélé qu’il s’agissait d’environ 40% de zinc en poids, et un échantillon sans zinc était, vous l’aurez deviné, à peu près aussi actif que l’amidon de maïs. Alors oui, je peux au moins croire que ces choses complexent le zinc, pour ce que ça vaut.

Attendons les essais à grande échelle

Et jusqu’à aujourd’hui. Comme je l’ai dit hier, je trouve les rapports d’activité chloroquine/hydroxychloroquine contre le très intéressants, mais préliminaires. Il n’y a pas encore eu d’essai bien contrôlé, et malheureusement, les effets observés sont toujours le genre de choses qui peuvent sembler excitantes mais disparaissent lorsque vous regardez de près.

Je veux dire que. Cela arrive tout le temps, demandez à quelqu’un d’autre qui fait de la recherche sur les médicaments pour gagner sa vie. Si ce médicament n’est pas utile, envoyer des centaines de millions de personnes pour avaler tout ce qu’ils peuvent trouver sera une énorme perte de temps et d’argent, et nuira en outre activement aux gens. Ce n’est pas un composé bénin; il ne doit être pris que lorsque vous avez de solides attentes en matière de prestations et (en le répétant), nous ne l’avons pas encore.

De meilleurs essais progressent en ce moment: attendez-les. Les fabricants de médicaments génériques (Teva et Mylan, je l’ai vu jusqu’à présent, et il y a aussi ça), qui augmentent la production, doivent rester prudent. Si cela se concrétise, alors nous en aurons besoin de beaucoup de doses. Mais nous devrons également le donner aux personnes malades à cause de l’infection virale, rappelez-vous cela, et je crains que beaucoup de gens dans le monde commencent à le prendre maintenant dans l’espoir d’un effet prophylactique, ce qui (le répète) est une mauvaise idée.

Traduction d’un article de Derek Lowe dans son blog chez Science Mag. Il analyse la découverte de médicaments et l’industrie pharmaceutique.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, average: 3,00 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *