Comment la politique de la peur nous mène au tribalisme

Chaque attentat est un prétexte pour créer du tribalisme dans les sociétés modernes. Et ce tribalisme est possible parce que les politiciens et les médias détournent nos circuits de la peur.


Chaque attentat est un prétexte pour créer du tribalisme dans les sociétés modernes. Et ce tribalisme est possible parce que les politiciens et les médias détournent nos circuits de la peur.
Image by Steve Bidmead from Pixabay

Le massacre cruel de 50 personnes en Nouvelle-Zélande a été un autre rappel tragique de la capacité des humains à tuer sans pitié leur propre espèce sur la seule base de leurs croyances, de la manière dont ils prient, de la race ou de la nationalité à laquelle ils appartiennent. Il existe une longue histoire de crainte que les autres transforment les êtres humains en armes illogiques et impitoyables, au service d’une .

La , vieille comme la vie

La peur est sans doute aussi vieille que la vie. Elle est profondément enracinée dans les organismes vivants qui ont survécu à l’extinction après des milliards d’années d’évolution. Ses racines sont profondément ancrées dans notre être psychologique et biologique fondamental et c’est l’un de nos sentiments les plus intimes. Le danger et la sont aussi vieux que l’histoire humaine, de même que la et la religion.

Les démagogues ont toujours utilisé la peur pour intimider leurs subordonnés ou leurs ennemis, et pour guider la tribu par ses chefs. La peur est un outil très puissant qui peut brouiller la logique de l’homme et modifier son comportement.

Je suis un psychiatre et neuroscientifique spécialisé dans la peur et les traumatismes et j’ai des réflexions fondées sur des preuves sur la façon dont la peur est abusée en politique.

Nous apprenons la peur des compagnons de tribu

Comme les autres animaux, nous, humains, pouvons apprendre de la peur de l’expérience, par exemple en étant attaqués par un prédateur. Nous apprenons également de l’observation, par exemple en voyant un prédateur attaquer un autre humain. Et, nous apprenons par instructions, par exemple en apprenant qu’il ya un prédateur à proximité.

Apprendre de nos congénères, membres de la même espèce, est un avantage évolutif qui nous a empêché de répéter les expériences dangereuses d’autres humains. Nous avons tendance à faire confiance aux membres de notre tribu et aux autorités, en particulier en cas de danger. C’est adaptatif: des parents et des vieillards sages nous ont dit de ne pas manger telle plante ou de ne pas aller dans une zone boisée, sinon nous serions blessés. En leur faisant confiance, nous ne mourrions pas comme cet arrière-grand-père en mangeant cette plante. De cette façon, nous avons accumulé des connaissances.

Le tribalisme, partie intégrante de l’histoire humaine

Le tribalisme fait partie intégrante de l’histoire humaine. Il y a toujours eu des compétitions entre groupes d’humains de différentes manières et avec des visages différents, du nationalisme brutal du temps de guerre à la forte loyauté envers une équipe de football. Les preuves issues des neurosciences culturelles montrent que notre cerveau réagit même différemment, à un niveau inconscient, simplement à la vue de visages d’autres races ou de cultures.

Chaque attentat est un prétexte pour créer du tribalisme dans les sociétés modernes. Et ce tribalisme est possible parce que les politiciens et les médias détournent nos circuits de la peur.

Image by Josch13 from Pixabay

Au niveau tribal, les gens sont plus émotifs et par conséquent moins logiques: les fans des deux équipes prient pour que leur équipe gagne, en espérant que Dieu prendra parti dans un match. D’autre part, nous régressons vers le tribalisme lorsque nous avons peur. C’est un avantage évolutif qui conduirait à la cohésion du groupe et nous aiderait à combattre les autres tribus pour survivre.

Le tribalisme est l’échappatoire biologique sur laquelle de nombreux hommes politiques ont misé depuis longtemps: en exploitant nos peurs et nos instincts tribaux. Quelques exemples sont le nazisme, le Ku Klux Klan, les guerres de religion et l’âge sombre. Le modèle typique est de donner aux autres humains une étiquette différente de celle que nous avons et de dire qu’ils vont nous faire du mal à nous-mêmes ou à nos ressources et faire de « l’autre groupe » un concept.

Il ne faut pas nécessairement que ce soit la race ou la nationalité, qui sont utilisées très souvent. Cela peut être n’importe quelle différence réelle ou imaginaire: libéraux, conservateurs, peuples du Moyen-Orient, hommes blancs, droite, gauche, musulmans, juifs, chrétiens, sikhs. La liste se rallonge de plus en plus.

En établissant des frontières tribales entre nous et eux, certains politiciens ont très bien réussi à créer des groupes virtuels de personnes qui ne se communiquent pas, mais se détestent sans même se connaître: c’est l’animal humain en action !

La peur est mal informée

Un soldat m’a dit un jour : Il est beaucoup plus facile de tuer quelqu’un que vous n’avez jamais rencontré à distance. Lorsque vous regardez à travers la lunette, vous voyez juste un point rouge, pas un humain. Moins vous en savez sur eux, plus il est facile de les craindre et de les haïr.

Cette tendance humaine et cette capacité de destruction de ce qui est inconnu est un fardeau pour les politiciens qui veulent exploiter la peur : si vous avez grandi uniquement autour de personnes qui vous ressemblent, n’écoutez qu’un seul média et entendez le même vieil oncle qui vous dit que ceux qui pensent différemment vous haïssent et sont dangereux, alors la peur et la haine inhérentes à ces personnes invisibles sont un résultat compréhensible (mais imparfait).

Pour nous rallier à leurs causes, les politiciens, parfois avec l’aide des médias, font de leur mieux pour nous séparer, pour que les « autres » réels ou imaginaires ne soient qu’un « concept ». Parce que si nous passons du temps avec d’autres, leur parlons et mangeons avec eux, alors nous apprendrons qu’ils sont comme nous: des humains dotés de toutes les forces et de toutes les faiblesses que nous possédons. Certains sont forts, certains sont faibles, certains sont drôles, certains sont stupides, certains sont gentils et d’autres pas trop gentils.

La peur est illogique et souvent muette

Très souvent, mes patients atteints de phobies commencent par : Je sais que c’est stupide, mais j’ai peur des araignées. Ou peut-être des chiens ou des chats, ou autre chose. Et je réponds toujours : Ce n’est pas stupide, c’est illogique. Nous, les humains, avons différentes fonctions dans le cerveau et la peur contourne souvent la logique. Il existe plusieurs raisons. Mais la principale est que la logique est lente tandis que la peur est rapide. En cas de danger, il faut être rapide: d’abord courir ou tuer, puis réfléchir.

Les politiciens et les médias utilisent très souvent la peur pour contourner notre logique. Je dis toujours que les médias américains sont des pornographes de catastrophes, ils travaillent constamment pour susciter l’émotion de leur public. Ce sont des sortes d’émissions de téléréalité politique, surprenantes pour beaucoup d’autres que les États-Unis.

Quand une personne en tue quelques-uns dans une ville de plusieurs millions d’habitants, ce qui est bien sûr une tragédie, la couverture des grands médias pourrait laisser penser que toute la ville est assiégée et dangereuse.

Si un immigré clandestin assassine un citoyen américain, certains politiciens utilisent la peur avec l’espoir que peu de gens lui demanderont : C’est terrible, mais combien de personnes ont été assassinées dans ce pays par des citoyens américains aujourd’hui ? Ou : Je sais qu’il y a plusieurs meurtres chaque semaine dans cette ville, mais pourquoi suis-je si effrayé maintenant que celui-ci est présenté par les médias?

Nous ne posons pas ces questions, car la peur contourne la logique.

La peur peut devenir violente

Il y a une raison pour laquelle la réponse à la peur appelle le combat ou la fuite. Cette réponse nous a permis de survivre aux prédateurs et aux autres tribus qui ont voulu nous tuer. Mais encore une fois, c’est une autre faille de notre biologie que d’abuser de tourner notre agression envers les autres, qu’il s’agisse de vandaliser leurs temples ou de les harceler sur les médias sociaux.

Lorsque les idéologies parviennent à s’emparer de nos circuits de peur, nous régressons souvent vers des animaux illogiques, tribaux et agressifs, devenant nous-mêmes des armes, des armes que les politiciens utilisent pour leur propre agenda.

Traduction d’un article de The Conversation par Arash Javanbakht, professeur associé de psychiatrie à la Wayne State University.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, average: 2,00 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *