Orwell nous avait prévenus, nous achetons les écrans qui se retournent contre nous

On fait de nombreux parallèles entre le roman 1984 d’Orwell et notre société technologique actuelle. Mais Orwell nous avait prévenus des subtilités de cette ère du tout connecté. Et notre prison numérique commence souvent par nos propres choix de consommation. Choix, qui progressivement, deviennent des obligations.


On fait de nombreux parallèles entre le roman 1984 d'Orwell et notre société technologique actuelle. Mais Orwell nous avait prévenus des subtilités de cette ère du tout connecté. Et notre prison numérique commence souvent par nos propres choix de consommation. Choix, qui progressivement, deviennent des obligations.

Les ventes du roman de , 1984 (1949), ont enregistré récemment des hausses considérables, à deux reprises, en réponse à des événements politiques. Au début de 2017, l’idée de nous rappelait , un protagoniste du livre et en tant que greffier au ministère de la Vérité, il était un modificateur professionnel des faits. Et en 2013, le lanceur d’alerte de la National Security Agency a comparé explicitement la surveillance gouvernementale généralisée à ce qu’Orwell avait imaginé : Les types de collecte dans le livre avec les microphones, les caméras et les télévisions qui nous regardent ne sont rien comparés à ce que nous avons aujourd’hui.

Les télécrans de 1984

Snowden avait raison. En relisant 1984 en 2018, on est frappé par les télévisions qui nous regardent, qu’Orwell appelait télécrans. Le est l’un des premiers objets que nous rencontrons : L’instrument (le télécran, il s’appelait) pouvait être obscurci, mais il n’y avait aucun moyen de l’éteindre complètement. Il est omniprésent, dans chaque salle privée et espace public, jusqu’à la fin du livre, il continue de répandre son récit de prisonniers, de butins et de massacres même après que Smith se soit résigné à son pouvoir.

Ce qui frappe le plus dans l’omniprésence du télécran est de savoir à quel point Orwell avait à la fois raison et tort par rapport à notre présent technologique. Les écrans ne sont pas seulement une partie de la vie aujourd’hui : ils sont nos vies. Nous interagissons numériquement si souvent et si profondément que c’est difficile pour beaucoup d’entre nous d’imaginer (ou de se souvenir) à quoi ressemblait la vie auparavant. Et maintenant, toute cette interaction est enregistrée. Snowden n’était pas le premier à montrer à quel point les smartphones et les sont loin de ce qu’Orwell imaginait. Il ne pouvait pas savoir à quel point nous serions impatients de rétrécir nos télécrans et de les transporter partout avec nous, ou avec quelle facilité nous signerions les données que nous produisons pour les entreprises qui alimentent notre besoin de se connecter. Nous sommes tellement entourés par des télécrans que même Orwell n’aurait pas pu imaginer notre monde actuel.

Le numérique commence par nos propres choix

Ou peut-être aurait-il pu l’imaginer ? Orwell nous donne quelques indices sur l’origine des télécrans, des indices qui pointent vers une origine surprenante de l’état totalitaire que décrit 1984. Le fait de les prendre au sérieux signifie regarder vers le monde de l’entreprise plutôt que vers nos gouvernements actuels comme la source probable de la disparition de la liberté. Si Orwell avait raison, alors le choix du consommateur, en fait, l’idéologie du choix lui-même, pourrait être la façon dont l’érosion du choix a vraiment commencé.

Le premier indice se présente sous la forme d’une absence technologique. Pour la première fois, Winston se retrouve dans une pièce sans écran :

Il n’y a pas de télécran ! Il ne put s’empêcher de murmurer. Ah, dit le vieil homme, je n’ai jamais eu une de ces choses. Trop cher. Et je n’en ai jamais ressenti le besoin, d’une manière ou d’une autre. Bien que nous apprenions à prendre les déclarations du vieil homme avec un grain de sel, il semble qu’à un moment donné, pour certaines personnes, la possession d’un télécran était une question de choix.

Le deuxième indice se trouve dans un livre dans le livre : une histoire censurée de la montée du Parti, écrite par l’un de ses premiers architectes devenus depuis l’ennemi du peuple. Le livre attribue la technologie à la destruction de la vie privée et nous entrevoyons ici le monde dans lequel nous vivons : Avec le développement de la télévision et l’avancée technique qui a permis de recevoir et de transmettre simultanément sur le même instrument, la vie privée a pris fin.

Ressentir le besoin de se connecter

Que nous dit l’histoire du télécran sur la façon dont nous vivons aujourd’hui ? Les allusions à la réticence d’un vieil homme et au pouvoir de la télévision suggèrent que le dépassement totalitaire pourrait ne pas commencer au sommet, du moins, pas dans le sens que nous imaginons souvent. Le libre accès à notre vie intérieure commence comme un choix, une décision de s’inscrire à un produit parce que nous en ressentons le besoin. Quand l’action de nos désirs sur le marché signifie que nous transmettons nos données à des entités corporatives, alors l’érosion du choix se révèle être la conséquence du choix, ou du moins, la conséquence de la célébration du choix.

Deux historiens ont récemment pointé vers cette conclusion, de manière très différente.

La première, Sarah Igo de l’Université Vanderbilt au Tennessee, a soutenu que les exigences des Américains en matière de vie privée semblent être allées de pair avec leurs décisions de la sacrifier au cours du 20e siècle.1 Les citoyens ont simultanément protégé et diffusé leur vie privée à travers des sondages et des médias sociaux, acceptant peu à peu que la vie moderne signifie contribuer et en récolter les fruits aux données dont nous dépendons de plus en plus. Bien que certaines de ces activités aient été choisies plus facilement que d’autres, Igo montre comment le choix lui-même est apparu à côté du point de vue des .

Pendant ce temps, l’historienne Sophia Rosenfeld de l’Université de Pennsylvanie a soutenu que la liberté elle-même était réduite au choix, en particulier le choix entre un ensemble limité d’options, et que sa réduction a marqué une révolution dans la politique et la pensée. Comme les options sont vannées à ceux que nous pouvons trouver en ligne, un vannage mené sous la bannière du choix, alors nous commençons à ressentir les conséquences de ce changement dans nos propres vies.

Quand nos choix deviennent des contraintes

On peut facilement imaginer acheter un télécran, en effet, beaucoup d’entre nous en possèdent. Et on peut aussi imaginer en avoir besoin, ou les trouver si commodes qu’ils se sentent obligatoires. Le grand pas est quand la commodité devient obligatoire : quand nous ne pouvons pas remplir la déclaration de nos impôts, compléter le recensement ou contester une réclamation sans un écran.

Comme l’a dit un sage : Qui a dit que le client a toujours raison ? Le vendeur, personne d’autre que le vendeur. Quand les entreprises attisent notre envie de se connecter et de récolter les données, alors nous ne sommes pas surpris. Quand les mêmes entreprises sont traitées comme des services publics, travaillant côte à côte avec les gouvernements pour nous connecter, c’est à ce moment-là que nous devrions être surpris, ou du moins méfiants. Jusqu’à présent, le choix d’utiliser Gmail ou Facebook ressemble à un choix. Mais le point où le choix devient une contrainte peut être difficile à repérer.

Quand vous avez besoin d’une carte de crédit pour acheter un café ou utiliser une application pour déposer une plainte, alors nous le remarquons à peine. Mais quand un smartphone est essentiel pour les travailleurs migrants, ou quand remplir le recensement nécessite d’aller en ligne, alors nous franchissons une étape de non-retour. Avec le recensement américain en ligne en 2020 et des questions sur la façon dont toutes ces données seront collectées, stockées et analysées, alors nous pourrions être plus proches de cette étape que nous le pensions.

Traduction d’un article d’Aeon par Henry Cowles, professeur adjoint d’histoire à l’université du Michigan.

Aeon counter – do not remove

Sources

1.
The Known Citizen. hup.harvard.edu. http://www.hup.harvard.edu/catalog.php?isbn=9780674737501. Published July 25, 2018. Accessed July 25, 2018.
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *