Comment la Big Histoire nous raconte comment les femmes royales exercent le pouvoir

La Big Histoire, s’inspirant du Big Data, utilise l’analyse des données pour avoir plus de précisions sur l’histoire. Et on a de nouveaux éclairages sur la façon dont les femmes royales exerçaient le pouvoir.


La puissance derrière le trône. La tombe d'Eleanor d'Aquitaine aux côtés de Henri II d'Angleterre dans l'église de l'abbaye de Fontevraud à Anjou, en France - Crédit : Martin Cooper/Flickr
La puissance derrière le trône. La tombe d'Eleanor d'Aquitaine aux côtés de Henri II d'Angleterre dans l'église de l'abbaye de Fontevraud à Anjou, en France - Crédit : Martin Cooper/Flickr

Eleanor d’Aquitaine est souvent décrite comme l’une des reines les plus puissantes de l’. Épouse, mère et conseillère des rois, croisée, propriétaire terrien, protectrice des arts, son pouvoir devint si grand, au moins aux yeux d’un époux royal, Henri II d’Angleterre, qu’il choisit de la mettre en prison. Mais si Eleanor n’était pas exceptionnelle ? Et si, dans la manière et le degré avec lesquels elle exerçait le pouvoir, elle était très en ligne avec les femmes royales à travers l’ ?

Les femmes royales dans l’histoire

Cette suggestion n’est pas originale. Elle a été soulevée par un groupe universitaire persistant, bien que minoritaire, principalement des archéologues féministes telles que Joyce Marcus et Joan Gero, pendant des décennies, mais le problème a toujours été d’identifier une norme pour le pouvoir royal. Dans un papier récemment publié, l’anthropologue politique Paula Sabloff de l’Institut Santa Fe du Nouveau-Mexique tente justement de le faire, en comparant les rôles et l’influence politique des femmes royales dans huit sociétés prémodernes couvrant cinq continents et plus de 4000 ans.

Le Santa Fe Institute se consacre à l’étude de la complexité et est apte à traiter de grandes quantités de données à cette fin. Au cours de la dernière décennie, ses chercheurs ont tourné leur attention vers l’histoire humaine en demandant si notre interprétation des archives historiques pouvait être améliorée en regroupant des données sur le passé et en utilisant une analyse statistique pour en identifier les tendances.

La Big Histoire

Cette approche pourrait s’appeler Big Histoire, par analogie avec le Big Data (bien que le terme Big Histoire ait été utilisé d’une autre manière), et certains de ses défenseurs ont déjà écrit à ce sujet sur Aeon. L’étude de Sabloff ne prétend pas être une grande histoire, mais elle prétend avoir un pouvoir comparatif. Cela crée des similitudes frappantes entre des sociétés qui, étant tellement éloignées dans le temps et dans l’espace, ne peuvent se copier. C’est la méthode la plus proche à ce jour pour identifier une norme royale.

Avec l’aide d’une petite armée d’étudiants et de citoyens scientifiques, Sabloff a construit, pendant cinq ans, une série de bases de données sur 14 États prémodernes. Parmi ceux-ci, huit avaient suffisamment d’informations sur les femmes royales pour soutenir la comparaison. Le plus ancien était l’Egypte de l’Ancien Empire (2686-2181 av. J.-C.), le plus jeune proto-historique Hawaïen qui était une société qui a duré du 16ème siècle jusqu’à l’arrivée des premiers Européens en 1778.

La même structure royale dans des royaumes à travers les âges

Entre les deux, on a les royaumes Aztèque, Inka, Maya, Zapotèque, la fin de la Chine méridionale et le royaume Mari de la vieille Babylone. Cela va de cités-états avec des dizaines de milliers d’habitants à des empires de plusieurs dizaines de millions. Certains ont pratiqué la primogéniture, d’autres pas. Ils variaient en ce qui concerne leurs règles en matière de succession, les femmes gouvernantes, le mariage entre parents et la séparation des sexes, ce qui signifie que chaque sexe avait son souverain assorti. En bref, ils étaient des mondes à part.

Et pourtant, selon Sabloff: on a l’émergence d’une structure similaire. Dans les huit sociétés, les femmes royales exerçaient le pouvoir de quatre façons au minimum : elles influençaient la politique; elles ont influencé le comportement de ceux qui sont au-dessus et au-dessous d’eux dans leur rang; elles ont servi d’intermédiaire et elles ont servi de mécènes.

En outre, elles ont souvent été impliqués dans la détermination de la succession, la gouvernance, la formation d’alliances et l’expansion ou la défense d’un territoire. Parmi les plus puissantes, on avait les reines souveraines. Celles-ci étaient rares, la seule société de l’échantillon de Sabloff qui les tolérait était les Mayas, mais elles avaient presque autant de punch politique que leurs homologues masculins.

Des pouvoirs de gouvernance très puissants

Au 7ème siècle de notre ère, Lady K’awiil Ajaw de Cobá, dans la péninsule du Yucatan, présida un formidable groupe de guerriers et d’hommes d’État. À sa mort, elle laissa l’un des royaumes les plus prospères de l’histoire maya.

Même si elles étaient exclues du poste de haut niveau, ces femmes étaient puissantes. Dans quatre des sociétés, les veuves des dirigeants ont agi en tant que régents pour leurs fils et disposaient des mêmes pouvoirs décisionnels que les hommes. Lady Hao de Chine a perdu son statut d’épouse principale à la mort de son fils, mais l’a récupéré en recrutant une armée de plus de 13 000 hommes et en la conduisant à la guerre.

Les Hawaïens pratiquaient la séparation des sexes et le pouvoir des femmes royales était limité par rapport à celui des hommes, mais il était toujours considérable. Elles contrôlaient le même montant de richesse, concluaient leurs propres transactions, distribuaient leurs propres cadeaux, proposaient des améliorations à apporter à l’agriculture et à l’aquaculture et ordonnaient des exécutions et des grâces.

Des femmes actives dans la gestion du royaume

Le cas le plus documenté de l’échantillon de Sabloff est celui du royaume Mari du IIe millénaire avant notre ère, grâce à un corpus de près de 20 000 documents, des tablettes d’argile écrites en akkadien, découverts dans les vestiges de la ville par les archéologues français des années 1930. La plupart des documents sont administratifs, mais la cache contient également des centaines de lettres échangées entre le roi Zimri-Lim, ses épouses et ses filles mariées, et révèlent la répartition des pouvoirs entre elles.

C’étaient des femmes actives, explique Nele Ziegler, assyriologue du Centre national de la recherche scientifique à Paris, qui étudie le corpus depuis des décennies. Quand le roi était absent, c’était la , et non le premier ministre ou qui que ce soit d’autre, qui était la personne la plus importante à la cour. Le roi était très souvent absent, note-t-elle, la guerre étant une situation presque constante à cette époque.

Des influences alternatives

Sabloff nous oblige à nous demander ce que nous entendons par agence politique. Dans la plupart des cas, par exemple, les femmes n’avaient aucun mot à dire sur le mariage. Elles étaient utilisés comme monnaie de négociation par leurs parents de sexe masculin dans un paysage d’alliances politiques en perpétuel changement. Elles répondaient à leurs maris et étaient généralement exclues de la guerre et de la prise de décisions. Mais elles ont trouvé d’autres moyens d’influencer dont certains n’étaient pas disponibles pour les hommes.

Bien sûr, ils ont donné naissance à de futurs héritiers et, dans de nombreuses sociétés, la succession était bilatérale, ce qui signifie qu’elle pouvait passer par les lignées maternelle ou paternelle. Ces femmes avaient le pouvoir du sang, selon Sabloff. Elles ont espionné pour leurs parents, avec qui leur loyauté est souvent restée. Une princesse aztèque a brûlé la ville de son mari afin que son père puisse la conquérir plus facilement.

Dans l’ombre des hommes, mais toujours à coté

C’étaient des chanteuses et des conteuses à la cour et elles utilisaient ces arts pour influencer le comportement, pensez à Shéhérazade dans Mille et une nuits. Et il n’était pas rare qu’elles monopolisent l’accès aux dieux. Les principales épouses ont consulté des oracles au nom de leurs maris, ou ont véhiculé des prophéties ou des rêves. En ce qui concerne le rapport sur la campagne militaire entreprise par mon seigneur, écrit Shibtu, l’épouse principale de Zimri-Lim, alors qu’il se trouvait en train de combattre un rival, j’ai interrogé un homme et une sur les signes et l’oracle pour mon seigneur est très favorable.

Les femmes royales ont souvent réussi à construire une agence politique alors qu’elles étaient des pions, conclut Sabloff, et leur société le leur permettait. Les rôles qu’elles ont occupés et les pouvoirs qu’elles ont exercés se chevauchent avec ceux de leurs homologues masculins, mais ils ne sont pas les mêmes et les femmes les mettent au service de différentes circonscriptions, parfois concurrentes. Marcus, Gero et d’autres avaient donc raison quand ils disaient que le changement de société, l’histoire, ne pourrait être compris s’il était ignoré.

Ainsi, Eleanor commence à avoir l’air plus ordinaire quand on la compare avec ses consœurs royales. Mais avec un grand pouvoir vient une grande responsabilité et elles ont aussi pris de mauvaises décisions de temps en temps. Dans une autre lettre à son mari, Shibtu a annoncé qu’un oracle avait prévu sa victoire sur le roi babylonien Hammurabi. La trace de Zimri-Lim disparait en 1761 avant notre ère, quand Hammurabi a pillé Mari et que Shibtu a sans doute disparu avec lui.

Traduction d’un article sur Aeon par Laura Spinney, journaliste scientifique qui a publié dans des magazines comme The Economist ou National Geographic. Elle est l’auteure d’un livre intitulé Pale Rider: The Spanish Flu of 1918 and How it Changed the World.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 3,00 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *