Découverte de 18 nouvelles espèces d’araignées pélicans à Madagascar

Les chercheurs rapportent la découverte de 18 nouvelles espèces d’araignées Pélicans à Madagascar. L’araignée Pélican, déjà réputée pour son apparence étrange, possède la particularité de manger les autres araignées.


Eriauchenius milajaneae (dans l'image ci-dessus) est l'une des 18 nouvelles espèces de l'araignée Pélican découverte à Madagascar - Crédit : Hannah Wood, Smithsonian
Eriauchenius milajaneae (dans l'image ci-dessus) est l'une des 18 nouvelles espèces de l'araignée Pélican découverte à Madagascar - Crédit : Hannah Wood, Smithsonian

En 1854, on a découvert une étrange araignée dans de l’ambre vieux de 50 millions d’années. Avec une structure allongée en forme de cou et de longues parties buccales qui dépassaient de la tête comme un bec incliné, l’arachnide ressemblait étrangement à un petit . Quelques décennies plus tard, quand des araignées pélicans vivantes ont été découvertes à , les archéologues ont appris que leur comportement était aussi inhabituel que leur apparence, mais comme ces araignées vivaient dans des régions reculées du monde, on les avait peu étudiés jusqu’à récemment.

18 nouvelles espèces de l’

Au Musée national d’histoire naturelle du Smithsonian, conservatrice des arachnides et des myriapodes, Hannah Wood a examiné et analysé des centaines d’araignées pélicans sur le terrain à Madagascar et les spécimens conservés dans les collections des musées. Son analyse, centrée sur les araignées des genres Eriauchenius et Madagascarchaea, a classé les araignées qu’elle a étudiées en 26 espèces différentes dont 18 n’ont jamais été décrites. Wood et son collègue Nikolaj Scharff de l’Université de Copenhague décrivent les 26 espèces d’araignées pélicans dans la revue Zookeys.

Eriauchenius milajaneae (dans l'image ci-dessus) est l'une des 18 nouvelles espèces de l'araignée Pélican découverte à Madagascar - Crédit : Hannah Wood, Smithsonian

Eriauchenius milajaneae (dans l’image ci-dessus) est l’une des 18 nouvelles espèces de l’araignée Pélican découverte à Madagascar – Crédit : Hannah Wood, Smithsonian

Wood estime que les araignées pélicans sont bien connues des arachnologues non seulement pour leur apparence inhabituelle, mais aussi pour la façon dont ils utilisent leurs longs cous et leurs parties buccales semblables à des mâchoires pour s’attaquer à d’autres araignées. Ces araignées témoignent de la biologie unique qui s’est diversifiée à Madagascar.

Les araignées pélicans sont des chasseurs actifs, elles rôdent dans la forêt la nuit et suivent de longues traînées de soie qui les mène à leur proie araignée. Quand une araignée pélican trouve une victime, elle se tend rapidement et l’empale sur ses longues mâchoires ou chélicères. Ensuite, elle tient la capture loin de son corps pour se protéger des contre-attaques potentielles jusqu’à ce que la victime meurt.

Des fossiles vivants

Les araignées pélican modernes sont des fossiles vivants selon Wood, car elles sont remarquablement semblables aux espèces trouvées dans les fossiles datant de 165 millions d’années. Étant donné que les araignées vivantes ont été trouvées après que leurs ancêtres aient été découverts dans les archives fossiles et présumées éteintes, elles peuvent être considérées comme un taxon Lazare (C’est un taxon existant qu’on a cru disparu et qui semble réapparaître à un moment donné). En plus de Madagascar, des araignées pélicans modernes ont été trouvées en Afrique du Sud et en Australie et c’est un schéma de distribution qui suggère que leurs ancêtres ont été dispersés sur ces terres quand le supercontinent Pangée a commencé à se disloquer il y a 175 millions d’années.

Une araignée Pélican (en haut) qui chasse une autre araignée (en bas) - Crédit : Nikolaj Scharff

Une araignée Pélican (en haut) qui chasse une autre araignée (en bas) – Crédit : Nikolaj Scharff

Madagascar abrite un grand nombre d’espèces végétales et animales qui n’existent que sur l’île, mais jusqu’à récemment, on avait trouvé seulement quelques espèces d’araignées pélicans. En 2000, l’Académie des sciences de Californie a lancé un vaste inventaire d’arthropodes à Madagascar en recueillant des araignées, des insectes et d’autres invertébrés de toute l’île.

Les araignées Pélicans témoignent de la biodiversité unique de Madagascar

Wood a utilisé ces collections ainsi que des spécimens d’autres musées et des araignées qu’elle a collectées pendant son propre travail de terrain à Madagascar pour mener son étude. Ses observations détaillées et les mesures de centaines de spécimens ont mené à l’identification de 18 nouvelles espèces, mais Wood estime qu’il y en a plus.

Les araignées collectées par Wood, incluant les holotypes (les spécimens exemplaires) pour plusieurs des nouvelles espèces, rejoindront la collection nationale entomologique des États-Unis au Smithsonian qui est la deuxième plus grande collection d’insectes au monde où elles seront conservées et accessible recherche par des scientifiques à travers le monde.

Toutes les araignées pélican décrites par Wood vivent seulement à Madagascar, une île dont l’énorme biodiversité est actuellement menacée par une déforestation généralisée. La nouvelle espèce augmente la compréhension des scientifiques de cette biodiversité et permettra de déterminer comment les caractéristiques inhabituelles des araignées pélicans ont évolué et se sont diversifiées au fil du temps. Ils soulignent également la nécessité de conserver ce qui reste des forêts malgaches et de leur biodiversité.

Source : ZooKeys (http://dx.doi.org/10.3897/zookeys.727.20222)

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (5 votes, moyenne : 4,80 sur 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *