jeudi , 26 avril 2018

La pollution sonore provoque un stress chronique chez les oiseaux

Les oiseaux exposés au bruit persistant des compresseurs de gaz naturel présentent des symptômes remarquablement similaires à ceux des personnes souffrant de stress post-traumatique selon une nouvelle étude.


La pollution sonore provoque un stress chronique chez les oiseaux
Un merle bleu de l'ouest - Crédit : Nathan Kleist
Dans une étude publiée dans les PNAS, les chercheurs ont constaté que les adultes et les oisillons de trois espèces d’oiseaux présentaient de multiples signes de stress chronique causé par la pollution sonore, notamment une augmentation de l’anxiété et de la distraction et de l’hypervigilance.

L’impact de la pollution sonore chez les oiseaux

L’étude est la première à tester les relations entre le bruit, les hormones du stress et la forme physique chez les animaux qui se reproduisent dans les zones naturelles avec un bruit constant issu d’une activité humaine. Selon le co-auteur de l’étude, Rob Guralnick, conservateur associé de la biodiversité au Florida Museum of Natural History, la nuisance sonore constante pourrait jouer le rôle de couverture acoustique en étouffant les repères audio utilisés par les oiseaux pour détecter les prédateurs, les rivaux et leurs propres espèces. Incapables de discerner si leur environnement est sûr, les oiseaux mères doivent choisir entre rester sur leurs gardes au nid et trouver de la nourriture pour leurs petits.

Les oisillons dans les environnements les plus bruyants avaient des tailles corporelles plus petites avec un développement réduit des plumes en diminuant potentiellement leurs chances de survie. Les taux d’éclosion chez les merles bleus de l’ouest, l’espèce la plus tolérante à la nuisance sonore incluse dans l’étude, ont chuté en réponse au bruit.

Ces oiseaux ne peuvent pas échapper à ce bruit, c’est persistant et ce bruit neutralise complètement leur capacité à collecter des signaux de l’environnement selon Guralnick. Ils sont perpétuellement stressés parce qu’ils ne peuvent pas comprendre ce qui se passe. De la même manière que le stress constant a tendance à dégrader de nombreux aspects de la santé d’une personne, cela déclenche également une série d’effets sur la santé physiologique et la forme physique des oiseaux.

Le bruit artificiel neutralise la collecte des signaux environnementaux

Une équipe de recherche dirigée par Nathan Kleist a placé 240 nichoirs décalés à des distances précises des compresseurs de gaz. Cela a permis aux chercheurs d’examiner les réponses au stress des oiseaux nicheurs à travers un gradient mesurable de nuisance sonore selon Guralnick.

Des compresseurs à gaz à coté d'un nichoir à oiseaux - Crédit : Nathan Kleist

L’équipe a testé les taux de corticostérone, l’hormone du stress, chez trois espèces : les merles bleus occidentaux, les merles bleus des montagnes et les Tyrans à gorge cendrée. En s’attendant à ce que les taux de corticostérone soient élevés, les chercheurs ont constaté le contraire. Plus le bruit des compresseurs de gaz est fort, plus les taux de corticostérone de base des oiseaux sont bas. Ces résultats étaient consistants chez les adultes et les poussins des trois espèces.

Bien qu’initialement surprenants, les résultats ont été mis en évidence par rapport aux études en laboratoire sur le stress chronique. Un corticostérone faible peut être un signe que le stress est si intense que le corps a choisi les niveaux de base de l’hormone comme un moyen d’auto-protection.

Un niveau de corticostérone très bas indique paradoxalement un stress intense

En apparence, vous pourriez observer ce résultat et supposer que cela signifie qu’ils ne sont pas stressés selon Christopher Lowry, co-auteur de l’étude et physiologiste du stress à CU Boulder. Mais ce que nous apprenons de la recherche sur les humains et les rongeurs est qu’avec des facteurs de stress inévitables incluant le stress post-traumatique chez l’homme, les hormones du stress sont souvent chroniquement faibles.

Lors de l’analyse de la réponse des poussins à une menace soudaine, les chercheurs ont constaté que la corticostérone des oiseaux montait en flèche par rapport aux niveaux typiques de stress élevé et qu’il avait dû mal à revenir au niveau de base. Le lien entre les niveaux inférieurs de corticostérone et les pics anormaux dans la corticostérone aiguë déclenchée par les facteurs de stress est également cohérent aux études de stress chronique antérieures sur l’homme et les rongeurs selon Guralnick.

Il s’agit d’un alignement net entre deux types de littérature entièrement différents, des études sur le stress et des études sur la conservation et la physiologie selon le chercheur. Le lien entre ces niveaux d’hormones faibles et élevés permet d’expliquer pourquoi les données sur la corticostérone provenant d’études antérieures sur la physiologie de la conservation semblaient omniprésentes ce qui éclaire le modèle sous-jacent et suggère un nouveau paradigme sur la façon dont le bruit affecte la faune.

Les niveaux de bruit dans les champs de gaz naturel ne sont pas inhabituellement fort comparés au bruit d’origine humaine dans de nombreuses autres parties du pays ce qui a des implications importantes pour la protection de la faune et peut-être de la santé humaine.

Cette étude montre que la pollution sonore réduit l’habitat des animaux et influe directement sur leur forme physique et leurs populations selon Guralnick. Cela réduit la capacité de survie de ces oiseaux. En fin de compte, c’est une image assez accablante de l’impact du bruit artificiel sur les populations naturelles d’animaux.

Une augmentation de 10 décibels du bruit au-dessus des niveaux naturels peut réduire la zone d’écoute des animaux de 90 % selon les chercheurs. Aux États-Unis, la superficie des terres caractérisées par cette augmentation modérée du bruit est estimée à 485 268 kilomètres carrés, soit plus que la superficie du Texas.

L’ouïe est un système de surveillance universel à travers les vertébrés incluant les humains selon le co-auteur Clinton Francis, professeur adjoint de biologie à la California Polytechnic State University. L’ouïe est également le sens qui reste actif même pendant le sommeil et d’autres cas d’inconscience. Comme nous et d’autres animaux qui disposent de l’audition, il n’est pas exagéré d’extrapoler à des impacts physiologiques similaires sur les humains.

Source : PNAS (http://dx.doi.org/10.1073/pnas.1709200115)

N'oubliez pas de voter :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Rejoignez :


Soutenez-nous financièrement.

Même 1 dollar peut nous aider !

A propos de Jacqueline Charpentier

mm
Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG